Dernière mise à jour 24/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« ? »

Une com­mune habi­li­tée
Un comme une, habi­le­tés
Un comme une, es qua­lité
Une com­mune cathé­chi­sée
Un comme une, câblés, lis­tés
Un comme une, amis limi­tés

Une com­mune inha­bi­tée
Un comme une, cas d’exi­lés
Une com­mune, cala­mité
Un comme une, cala­mi­nés
Un comme une, habits limés

Une com­mune dis­qua­li­fiée
Une com­mune kar­ché­ri­sée
Un comme une, cri­ti­qués

Hein ?!
Inconnu ?!
Inconnu Kabyle ?!
Incom­mu­ni­ca­bi­lité !


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4/5

  • Note : 4
  • Votes : 1
  • Plus haute : 4
  • Plus basse : 4

Bernard Sabathé

Auteur: Bernard Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Chaton vert Chaton vert ·  24 juin 2009, 10h32

Bon­jour Ber­nard,

Merci pour ce magni­fi­que poème. Bien dans l’esprit du grand Vian !
Au plai­sir de te relire bien­tôt !

Bien à toi,

Jc

Ps : Et puis, incom­mu­ni­ca­bi­lité, c’est tel­le­ment bien senti actuel­le­ment !

xian de séte xian de séte ·  29 juin 2009, 14h10

Quel habile et sub­til kabyle, ce ber­nard !

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fresque_NDL_Vinci_Degage.jpg

Vous, le bâton. Nous, les carottes

Vous, Super Ayrault, de votre légitimité de premier ministre, sous la houlette de Hollande,oser faire tonitruer le bruit des bottes à Notre Dame des Landes.

Lire la suite

Jean_Ferrat.png

Jean, mon pays se perd...

Lettre de Philippe Torreton à Jean Ferrat - Parue le 24 Avril 2012 - J’aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J’aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu’à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j’étais à Entraigues il n’y a pas si longtemps et je n’ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c’est sacré !

Lire la suite