Last site update 22/08/2019

To content | To menu | To search

Jusques à quand...

Europe : Sur 27 pays votants, nom­bre d’élec­teurs ins­crits : 375 mil­lions. Nom­bre d’abs­ten­tions : 213,4 mil­lions.
Ont voté : 161,6 mil­lions.
France : 44,3 mil­lions d’élec­teurs ins­crits. 26,3 mil­lions d’entre eux se sont abs­te­nus.
Ont voté : 17,2 mil­lions.
Et 781 480 élec­teurs ont voté blanc ou nul (soit 1,76 %).

Ce qui, soit dit en pas­sant, réduit sin­gu­liè­re­ment le score réel­le­ment exprimé de tous ceux qui pavoi­sent aujourd’hui :
UMP : 10,8 %, PS : 6,41 %, Europe Éco­lo­gie : 6,33 %, MoDem ; 3,29 %, FN : 2,47 %, Front de Gau­che : 2,35 %, NPA : 1,9 %.

ON A GA-GNÉ !

… titre Ber­nard Lan­glois dans son bloc-notes en livrai­son heb­do­ma­daire du Poli­tis du 11 juin 2009. Iro­nie bien­ve­nue de la part de ce chro­ni­queur hors-nor­mes de la vie poli­ti­que depuis bien long­temps, et dont les ana­ly­ses, en géné­ral bien ins­pi­rées, tran­chent avec le tout-venant du lan­der­neau jour­na­lis­ti­que fran­çais.

Mais pour­quoi donc, repren­dre ce pon­cif : « Le pre­mier parti de l’Union euro­péenne est donc, de très loin, celui des abs­ten­tion­nis­tes. On a ga-gné ! ». Cer­tes. pour pré­ci­ser immé­dia­te­ment après : « Mais ne croyez pas que je me réjouisse de cette ”vic­toire” ! ». À juste titre. Tou­jours lucide, l’ami Ber­nard !

« L’abs­ten­tion, pre­mier parti euro­péen »s’était déjà écrié Anne-Cécile Robert du Monde Diplo­ma­ti­que, au len­de­main du scru­tin euro­péen.

Je résume : « Le vrai parti qui a gagné, c’est celui de l’abs­ten­tion » peut-on lire ici ou là !

Pre­miè­re­ment : Cet énoncé m’appa­raît comme un con­densé de ce qu’il y aurait à décons­truire pré­ci­sé­ment et à inter­ro­ger. Il porte en son sein des para­dig­mes qui, visi­ble­ment, sont posés avec auto­rité comme indé­pas­sa­bles ou incon­tour­na­bles sous peine d’être classé à con­tre-cou­rant ou de se faire taxer de jusqu’au-bou­tiste. Il pose l’élec­tion de repré­sen­tants du peu­ple, le sys­tème élec­to­ral actuel comme le lieu-même, l’uni­que sanc­tuaire et l’abou­tis­se­ment de la démo­cra­tie, sans jamais ques­tion­ner ce Saint-des-Saints.[1]

En second lieu : Il pré­sente l’abs­ten­tion comme un réser­voir de voix qui pour­rait être assi­milé à un tout homo­gène, là où il fau­drait inter­ro­ger le pour­quoi, qua­si­ment en ter­mes socio­lo­gi­ques, voire phi­lo­so­phi­ques, comme lieu de l’impasse à pou­voir s’expri­mer dans le « jeu » ins­ti­tu­tion­nel tel qu’il existe actuel­le­ment, et tel qu’il est accepté par tous ceux qui jouent pré­ci­sé­ment ce jeu : par­tis en pre­mier lieu et citoyens-élec­teurs.

Der­nier point, il insi­nue, pres­que de façon sub­cons­ciente, que la forme « parti » serait la seule forme d’expres­sion poli­ti­que. Celle-ci se retrouve en quel­que sorte « natu­ra­li­sée », avec toute la force d’une évi­dence, comme l’essence même du poli­ti­que. Ce titre, cette sim­ple phrase est un pré­ci­pité de tout ce qui serait à met­tre sens des­sus-des­sous.

Ose­rons-nous, un jour, poser ces ques­tions :

- Pen­sons-nous que les élec­tions et la repré­sen­ta­ti­vité poli­ti­que attri­buée à une caste de poli­ti­ciens pro­fes­sion­nels soient l’uni­que mode poli­ti­que ?
- Som­mes-nous même con­vain­cus que quoi que ce soit ait été « acquis » un jour par ce modèle ins­ti­tu­tion­nel ?
- Si la réponse à la ques­tion pré­cé­dente s’avère néga­tive – ce qui me sem­ble être, en effet, le cas -, pour­quoi con­ti­nuer à espé­rer dans cette impasse ?
- Les acquis sociaux, les pri­ses de cons­cience et les pro­grès en terme de pro­tec­tion éco­lo­gi­que ne pas­sent-ils pas plu­tôt par les lut­tes ?
- Les avan­cées éthi­ques ou phi­lo­so­phi­ques elles-mêmes, comme le lent déta­che­ment vis-à-vis de la pen­sée magi­que et reli­gieuse, sont-elles le fruit d’un pro­ces­sus élec­to­ral ou d’une guerre de tous les ins­tants con­tre tout ce qui nous con­di­tionne et nous enferme par le  cul­tu­rel », sou­vent autre forme du « cul­tuel » ?

- Les par­tis ou les « mou­ve­ments » poli­ti­ques - euphé­misme post-moderne pour dire à peu près la même chose – dans les­quels nous som­mes som­més de nous recon­naî­tre, à qui nous délé­guons trop sou­vent notre parole, ne sont-ils pas con­sub­stan­tiels à la forme ins­ti­tu­tion­nelle prise par l’exer­cice poli­ti­que depuis le XIXème siè­cle ?
- L’exis­tence de ces par­tis n’est-elle pas con­di­tion­née, ne serait-ce que finan­ciè­re­ment, aux rem­bour­se­ments espé­rés lors des élec­tions ?
- Tout dis­cours sur l’Unité, est alors obso­lète ou une gigan­tes­que tar­tu­fe­rie… et nous le savons bien !

- Beau­coup de gens appar­te­nant à ces par­tis dits de gau­che puis­sance 2 [2] ou alter­na­tifs affir­ment haut et fort et pré­ten­dent appli­quer l’auto­ges­tion… quand ils seront au pou­voir !
- Sous quelle forme cette auto­ges­tion est-elle envi­sa­gea­ble dans le cor­set ins­ti­tu­tion­nel actuel ? Y com­pris au niveau le plus près des pâque­ret­tes et où il serait le plus natu­rel de s’impli­quer : la com­mune ?
- Réqui­sit indis­pen­sa­ble : ces orga­ni­sa­tions à voca­tion élec­to­ra­liste appli­quent-elles cet éten­dard fiè­re­ment brandi de l’auto­ges­tion ?

Répon­dre à cette der­nière ques­tion, c’est soit par­tir dans un gigan­tes­que éclat de rire ou alors dans un mou­ve­ment de colère inex­tin­gui­ble ! Car on ne peut prô­ner haut et fort ce que, par ailleurs et au quo­ti­dien, on ne PRA­TI­QUE pas. Or la praxis est le lieu par excel­lence du poli­ti­que. Terme qu’il fau­drait bien-sûr éga­le­ment (re)défi­nir comme lieu où s’exerce les choix des citoyens. Lieu qui ne peut se con­ce­voir que dans l’exer­cice de l’éga­lité (iso­no­mia, disaient les Athé­niens) c’est-à-dire déci­der ensem­ble ce qui sem­ble bon, à un moment donné, en l’état actuel des con­nais­san­ces - ce qui impli­que la notion essen­tielle de réver­si­bi­lité pos­si­ble des déci­sions pri­ses.

Pour­quoi ne pas dire tout sim­ple­ment que nous som­mes dans la panade ?

Je viens de jeter ici quel­ques pis­tes de réflexion. Je ne suis pas un poli­ti­que et ce qui m’inté­resse c’est beau­coup plus le ter­rain des idées et celui de l’action. Ceci pour dire que nous avons plus que jamais besoin de débat­tre - et je crois que l’un des objec­tifs de Netoyens! est de répon­dre à cette néces­sité -, mais aussi d’ini­tier quel­que chose qui res­sem­ble peu ou prou à une espé­rance : espé­rance que nous pou­vons sor­tir de cette panade, et cela, excu­sez-moi, néces­site une espèce de foi [3], foi en nous-mêmes, en nos pro­pres for­ces mises en com­mun, cer­ti­tude que nous som­mes en mesure d’y tra­vailler en éla­bo­rant d’autres modè­les. La défi­ni­tion d’un ou plu­sieurs autres modè­les qui émer­ge­ront, j’en suis cer­tain, de par le type de maïeu­ti­que que des gens qui s’inter­ro­gent sur les impas­ses de ce sys­tème poli­ti­que sont en train de met­tre en place.

Plu­tôt que de se réjouir des « bons sco­res » de tel ou tel grou­pe­ment poli­ti­que (nous avons vu plus haut les chif­fres très rela­tifs de ces « vic­toi­res » bleues ou ver­tes !).

Plu­tôt que de se récon­for­ter des chif­fres impres­sion­nants de l’abs­ten­tion au niveau de tous les pays euro­péens, il nous fau­drait a con­tra­rio nous en inquié­ter. D’ailleurs, il serait inté­res­sant de con­naî­tre pré­ci­sé­ment le pour­cen­tage de gens qui, en âge d’aller voter, ne vont même plus s’ins­crire sur les lis­tes élec­to­ra­les… et les rai­sons de cette défec­tion civi­que !

Quel com­men­ta­teur zélé, quels z’obser­va­teurs fins de la vie poli­ti­que pren­dront réel­le­ment cette dimen­sion, la plus impor­tante, au lieu d’ali­gner des con­clu­sions fac­ti­ces, de noir­cir des pages de jour­naux de résul­tats con­ve­nus… Comme si de rien n’était ! Piè­tres ana­lys­tes en réa­lité qui ne mesu­rent pas la cou­pure qui est en train de s’ins­tal­ler entre le citoyen de base et les repré­sen­tants poli­ti­ques qu’il a – ou, plu­tôt, qu’il n’a pas - choi­sis !

L’Europe n’inté­res­se­rait pas le péque­naud de base ? Nous avions, bien au con­traire, assisté à bien plus qu’un inté­rêt lors de la cam­pa­gne pour le réfé­ren­dum sur le TCE en 2004, et la vic­toire, sur fond de grande par­ti­ci­pa­tion élec­to­rale, du NON le 29 mai 2005 ! Ce, con­tre l’avis auto­risé de tous les experts en exper­tise poli­ti­cienne.

Non, cette cou­pure recèle poten­tiel­le­ment un grand dan­ger et tout indi­vidu, tout citoyen cons­cient, tout ana­lyste devrait le per­ce­voir, s’en inquié­ter et œuvrer à trou­ver d’autres répon­ses. Irres­pon­sa­bles ceux (jour­na­lis­tes, élus, par­tis et mou­ve­ments poli­ti­ques, mili­tants de tout poil…) qui déci­de­raient de ne rien voir ou de faire la sourde oreille à cette insur­rec­tion que l’on sent mon­ter, à ce divorce con­sommé entre le « peu­ple » et ses édi­les ! Pour­quoi ne pas dire en pre­mier lieu que cette situa­tion a de quoi faire peur et crain­dre le pire ? Que nous avons éga­le­ment tou­tes les rai­sons d’être pro­fon­dé­ment en colère vis-à-vis de tous ceux qui nous ont amené à cette situa­tion… [4]

L’agora comme lieu du poli­ti­que

Je n’ai, bien-sûr, pas la solu­tion à tou­tes ces ques­tions, mais je les pose, et il nous faut oser les poser - dans la paix et le res­pect pro­pres au débat - si nous vou­lons à la fois avoir des chan­ces de nous en sor­tir, mais aussi pou­voir con­ti­nuer à nous regar­der tous les matins dans notre miroir.

Com­ment refaire du poli­ti­que ? Je veux dire : autre­ment que sous la seule forme qui nous est impar­tie – et qui d’évi­dence ne fonc­tionne plus – ou sa con­tre­par­tie iné­vi­ta­ble si nous n’y pre­nons pas garde : à coups de jets de pierre et de jeu de ping-pong avec les for­ces dites de l’ordre ? Ne dési­rant ni l’une ni l’autre forme, je ne vois d’autre alter­na­tive que de refaire agora et de nous doter de moyens pour que celle-ci se réa­lise le plus libre­ment pos­si­ble. L’entre­prise netoyenne et tou­tes cel­les qui vont dans ce sens con­tri­bue­ront à nous faire sor­tir de cette impasse par la mise en place de lieux de débats indis­pen­sa­bles pour notre épo­que.

À titre d’exem­ple de débat pos­si­ble et sou­hai­ta­ble, nous assis­tons aujourd’hui à un véri­ta­ble retour à Marx, de la part de ses héri­tiers [5], bien à la peine dans leur œuvre de refon­da­tion poli­ti­que, cela s’entend. Mais le syn­drome s’étend jus­que chez Alain Minc, se décla­rant récem­ment le « der­nier marxiste fran­çais » (sic) !

Avec la mou­vance alter­mon­dia­liste, nous avons vu appa­raî­tre d’autres for­mes de lut­tes, d’autres para­dig­mes sociaux qui bou­le­ver­sent le con­cept tra­di­tion­nel­le­ment pra­ti­qué de « lutte des clas­ses ». N’avons-nous pas à inter­ro­ger ce con­cept, mais aussi les con­tre-feux qu’il a engen­dré der­niè­re­ment ?

Sans avoir l’obli­ga­tion impé­ra­tive d’être « marxiste », recon­nais­sons que l’ana­lyse marxienne de l’état de la société de son épo­que est tou­jours vala­ble. Clas­ses, il y a, même si cel­les-ci ne sont plus tout à fait ni exac­te­ment les mêmes, ni pla­cées au même endroit de l’échi­quier social. Tout pro­grès social n’a été acquis que par les lut­tes oppo­sant pré­ci­sé­ment des caté­go­ries de per­son­nes que l’on peut décrire rapi­de­ment en ter­mes de domi­nants-domi­nés, exploi­teurs-exploi­tés, déci­deurs-exé­cu­teurs… Nous ne pou­vons allè­gre­ment faire fi de cette dimen­sion ago­ni­que qui remonte elle-même aux ori­gi­nes de la démo­cra­tie et, donc, du poli­ti­que, stricto sensu.

Est-ce pour autant, le seul moteur de l’His­toire ?

En fait, il en existe bien d’autres, beau­coup plus sous-jacents, non-dits, quasi incons­cients, qu’il nous fau­drait met­tre au jour. Quel­ques exem­ples : le don, qui est bien anté­rieur au com­merce ; l’ins­ti­tu­tion du mariage (et les sys­tè­mes com­plexes de dots et d’accu­mu­la­tion du patri­moine au sein de famil­les choi­sies), bien plus géné­ra­trice du capi­ta­lisme que l’indus­tria­lia­tion de l’Europe au XIXème siè­cle (qui ne fût qu’un ampli­fi­ca­teur au sein de la société bour­geoise triom­phante) ; le rap­port intime, mais aussi social ou socié­tal en terme d’orga­ni­sa­tion poli­ti­que à l’hété­ro­nome, dont j’ai essayé d’esquis­ser quel­ques aspects dans « Nais­sance de la mala­die moderne », etc…

Autre point essen­tiel, mais aussi con­tro­versé, l’apport des idées du « grand siè­cle » que les libé­raux moder­nes et leur think tank se sont empres­sés de piller et de dévoyer dans leur entre­prise de pro­pa­gande. Notam­ment, la notion, déjà abon­dam­ment intro­duite par des gens comme La Roche­fou­cauld, d’inté­rêt. Véri­ta­ble dyna­mi­tage de la pen­sée reli­gieuse et clé­ri­cale de son épo­que, mais sur­tout très bonne grille de lec­ture de la manière dont fonc­tionne l’huma­nité. Pen­sée qui ins­pira les pré­cur­seurs de la décons­truc­tion, mais aussi, via Nietz­sche, le Petit-Père-de-l’incons­cient ! Ce long détour pour dire qu’il y a quel­que chose à creu­ser dans cette notion d’inté­rêt. Inté­rêt de cha­cun con­ju­gué à l’inté­rêt de tous. Non dans le sens du libé­ra­lisme éco­no­mi­que qui est obligé de réin­tro­duire du reli­gieux en pos­tu­lant une « main invi­si­ble » hété­ro­nome qui con­dui­rait le des­tin humain vers le meilleur des mon­des ou la « fin de l’His­toire » hégé­lienne, mais bien plu­tôt à tra­vailler dans le sens de la coo­pé­ra­tion ou l’indi­vidu et le col­lec­tif sont res­pec­tés. Pla­to­ni­ciens, s’abs­te­nir !…

Là où la lutte de clas­ses engen­dre sou­vent de facto de la vio­lence (qui, de toute façon était déjà con­te­nue dans la vio­lence d’État com­bat­tue), la coo­pé­ra­tion faite d’inté­rêts par­ta­gés en vue du bien com­mun défini et expé­riencé par tous devrait nous pré­mu­nir con­tre ce cer­cle vicieux de la vio­lence que cer­tains disent fon­da­trice de toute société humaine. Une réflexion sur ce thème pour­rait débou­cher sur une autre forme de réci­pro­cité que celle pro­pre à la vio­lence : une éthi­que de la bonne réci­pro­cité.

Non. Les fran­çais ne sont pas des veaux !

Jus­ques à quand nous lais­se­rons-nous trai­ter ainsi ? Non, les fran­çais ne se désin­té­res­sent pas de la poli­ti­que ! Ici et là des ini­tia­ti­ves voient le jour, des hom­mes et des fem­mes se ras­sem­blent, de plus en plus nom­breux, résis­tent, mais aussi ébau­chent des pis­tes pour la société de demain. Ils ne font cer­tes pas la « Une » des jour­naux, ni des écrans « plats » !

Loin des regards et des feux média­ti­ques, se déve­lop­pent des pis­tes de pro­po­si­tions. C’est par exem­ple le sens du tra­vail entre­pris par Jean-Paul Lam­bert en com­pa­gnie de quel­ques autres sur le dis­tri­bu­tisme et, plus lar­ge­ment, l’Uso­lo­gie poli­ti­que [6]. Une hypo­thèse déve­lop­pée en vue de la mise en place d’une éco­no­mie se pas­sant réso­lu­ment de l’obli­ga­tion de réa­li­ser des pro­fits moné­tai­res, socle de tout le fonc­tion­ne­ment du capi­ta­lisme finan­cier moderne. Cette réflexion pro­gresse vers des pis­tes qui pour­raient nous aider à sor­tir des impas­ses actuel­les de la gau­che puis­sance 2, de l’éco­lo­gie solu­ble dans le capi­ta­lisme vert et de l’anti­ca­pi­ta­lisme ver­sion « Canada dry© » !


1 On se rap­pel­lera ce qu’en pen­sait Emile Pou­get (lire ou relire Emile Pou­get, par Xose Ulla Qui­ben).

2 On assiste de nos jours à une véri­ta­ble suren­chère, à une mon­tée des enjeux au Casino de la gau­che de gau­che. Mais, au final, rien de va plus !

3 Il nous fau­drait une foi « qui déplace les mon­ta­gnes », comme disait le va-nu-pied gali­léen ! Uti­li­ser le mot « foi », c’est mon côté, disons « nietz­schéen », pro­vo­ca­teur. Mais je ne renie pas ce mot-là.
À l’échelle de l’his­toire de l’huma­nité, les com­por­te­ments liés à la croyance, à la pen­sée magi­que et/ou reli­gieuse sont infi­ni­ment plus nom­breux, sur une éten­due de temps infi­ni­ment plus lon­gue que ceux induits par une pen­sée ration­nelle.
Sur ce sujet, je me réfère volon­tiers à l’ami Cor­né­lius Cas­to­ria­dis qui, con­tre son maî­tre Aris­tote et tout un pan de la pen­sée grec­que, affir­mait que l’Homme est un ani­mal de croyance. Ce qui ne vou­lait, bien-sûr, pas dire pour lui, que c’était là le tout de l’Homme ni son accom­plis­se­ment !
Ce qui signi­fie éga­le­ment que je n’ai rien à redire à l’exer­gue « Je ne veux pas croire, je veux savoir » mis au fron­ton de notre beau jour­nal !

Indi­gna­tion éga­le­ment de voir se repro­duire, entre les mains des mêmes petits-chefs épi­ciers d’arrière bou­ti­que, les éter­nel­les métho­des suran­nées de apta­tion du génie colé­ri­que de toute une popu­la­tion dans les rets d’un pou­voir au sein d’orga­ni­sa­tions savam­ment ordon­nan­cées et hié­rar­chi­que­ment pré-éta­blies.

5 Marx, mode d’emploi – texte de Daniel Ben­saïd, des­sins par Charb – éd. La décou­verte. /em>

6 Uso­lo­gie : Mot formé à par­tir du latin usus, usage, et du grec logos, dis­cours.
Science des usa­ges défi­nis comme façons de faire, de faire usage de, ou uti­li­ser selon cer­tains modè­les ou for­mes, d’une manière répé­ti­tive ou non.
L’uso­lo­gie poli­ti­que met en obser­va­tion la maî­trise des usa­ges (ins­ti­tu­tions et pra­ti­ques) cons­ti­tu­tifs des champs qua­li­fiés de poli­ti­ques. Cette maî­trise est bras­sée par deux con­train­tes : celle de la pro­duc­tion de riches­ses et celle de leur dis­tri­bu­tion ou répar­ti­tion.
La maî­trise de ces con­train­tes déter­mine un ensem­ble de déci­sions et de lut­tes inces­san­tes aux plans éco­no­mi­que et social. […]

(J-P Lam­bert)


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

-1/5

  • Note: -1
  • Votes: 1
  • Higher: 0
  • Lower: -1

Jean-Claude Roulin

Author: Jean-Claude Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

Le point de "non retour"

Sauver le climat ou sauver le système, il faut choisir.

Continue reading

edito.gif

Quand Carlos se gavait !

Le débat ouvert par le mouvement des Gilets Jaunes a de saines vertus. Nous ne parlons pas ici du « grand débat », diversion qui ne trompe que les naïfs patentés, mais du débat intelligent et intelligible auquel participent tous les observateurs honnêtes qui voient dans ledit mouvement la nécessaire occasion de mettre à nu les terribles tensions à l’œuvre dans notre société.

Continue reading