Dernière mise à jour 24/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grippe A + ministre B = plan T ! - 2

Nous som­mes donc curieux de savoir sur quel­les don­nées scien­ti­fi­ques, encore incon­nues des amé­ri­cains au 3 novem­bre 2009, ont bien pu se baser les auto­ri­tés euro­péen­nes pour accor­der des auto­ri­sa­tions de mise sur le mar­ché à trois vac­cins tous avec adju­vants ?

Les vac­cins ache­tés par la Minis­tre B [15] :

Labo­ra­toire
Vac­cin
Type
Adju­vants [17]
Nom­bre de doses com­man­dées
Novar­tis
Foce­tria
Mock-up H5N1 [18]
Anti­gè­nes de sur­face
MF59, Squa­lène (9,75 mg), Poly­sor­bate 80 (1,175 mg), Trio­leate de sor­bi­tane (1,175 mg)
16 mil­lions de doses
GlaxoS­mi­thK­line
Pan­dem­rix
Mock-up H5N1
virion frag­menté
AS03, Squa­lène (10,69 mg), DL-α-toco­phé­rol (11,86 mg) Poly­sor­bate 80 (4,86 mg)
50 mil­lions de doses
Bax­ter AG
Cel­va­pan
Mock-up H5N1
virion entier
sans
50 000 doses
Sanofi-Pas­teur
Humenza
virion frag­menté
(pas d’AMM avant fin 2009)
28 mil­lions de doses
Sanofi-Pas­teur
Panenza
virion frag­menté
sans (AMM annon­cée vers le 15 novem­bre 2009)

Ces vac­cins ont étés auto­ri­sés à la vente par la com­mis­sion euro­péenne le 29 sep­tem­bre et le 2 octo­bre 2009. Ils avaient étés com­man­dés au mois de juillet. “750 mil­lions d’euros ont étés con­sa­crés à l’achat des vac­cins. Leur prix uni­taire est varia­ble en fonc­tion des four­nis­seurs et s’éta­blit en moyenne à un peu moins de 8€ HT.”

Voici l’avis de la revue “Pres­crire” sur les 4 vac­cins ache­tés par la France [18] :

“Plu­sieurs vac­cins grip­paux mono­va­lents inac­ti­vés con­tre le virus H1N1v sont auto­ri­sés ou annon­cés d’ici la fin de l’année 2009. Ils dif­fè­rent sur plu­sieurs cri­tè­res, tels que : type de vac­cin (virus entier, frag­menté, ou à “sous-uni­tés”), pré­sence ou non d’adju­vant lipi­di­que (visant à ampli­fier la réponse immu­ni­taire et à aug­men­ter le ren­de­ment de pro­duc­tion), pré­sen­ta­tion uni­dose ou mul­ti­do­ses, con­ser­va­teur ou non. […] Une pré­sen­ta­tion uni­dose en serin­gue pré­rem­plie prête à l’emploi est pré­fé­ra­ble pour met­tre à l’abri d’une con­ta­mi­na­tion micro­bienne et des ris­ques liés à un con­ser­va­teur. En pra­ti­que, bien qu’encore par­cel­lai­res, les don­nées dis­po­ni­bles au 30 sep­tem­bre 2009 jus­ti­fient une vac­ci­na­tion des per­son­nes à ris­que élevé de com­pli­ca­tion grave de la grippe H1N1v, et aussi de cel­les qui les entou­rent et qui les soi­gnent. Plu­sieurs vac­cins sont pro­po­sés. Le vac­cin doit être choisi, selon les dis­po­ni­bi­li­tés, pour réduire au mini­mum les ris­ques d’effets indé­si­ra­bles, notam­ment chez les nour­ris­sons et les fem­mes encein­tes jugés à ris­que : c’est-à-dire de pré­fé­rence un vac­cin à virus frag­menté sans adju­vant.”

Fort bien … L’ennuyeux c’est que les vac­cins ache­tés par la minis­tre “B” ne sont PAS pro­po­sés en serin­gues pré­rem­plies prê­tes à l’emploi, et qu’aucun d’entre eux n’est à la fois à virus frag­menté et sans adju­vants. La revue “Pres­crire” recom­mande ainsi d’autres vac­cins que ceux com­man­dés par la minis­tre “B”, et un autre con­di­tion­ne­ment, plus sûr

Les mas­ques

Il en existe dif­fé­rents types : les mas­ques anti-pro­jec­tions, dits “chi­rur­gi­caux”, qui lais­sent pas­ser les virus, et les mas­ques de pro­tec­tion de type FFP2 et FFP3, qui peu­vent pro­té­ger des virus [19]. L’INRS indi­que tou­te­fois qu’un mas­que FFP2 mal ajusté ou mal uti­lisé ne pro­tège pas plus qu’un mas­que anti-pro­jec­tions. En rai­son de leur fil­tra­tion plus fines, ces mas­ques sont incon­for­ta­bles s’ils ne sont pas munis d’une sou­pape.

Dans tous les cas, ils doi­vent être chan­gés sou­vent, car ils peu­vent deve­nir un vec­teur de con­ta­mi­na­tion lorsqu’ils ont été con­ta­mi­nés par le virus. Les sim­ples mas­ques anti-pro­jec­tions, en par­ti­cu­lier, sont tra­ver­sés par l’humi­dité et les virus. Tous les mas­ques doi­vent être chan­gés tou­tes les 4 heu­res ou dès que l’on a toussé ou éter­nué dedans. Le site www.infir­miers.com publie un docu­ment illus­trés de pho­tos pour mon­trer leur bon usage. Mais même dans le cas idéal, un mas­que appli­qué sur le visage n’est pas un sca­phan­dre : il y a des fui­tes.

Bref, mal­gré les cen­tai­nes de mil­lions de mas­ques ache­tés par les pou­voirs publics et les entre­pri­ses, il sem­ble donc très peu pro­ba­ble que ces mas­ques soient tous uti­li­sés dans les con­di­tions stric­tes où ils peu­vent ser­vir, lues dans leurs noti­ces …

Cer­tains mas­ques seront mal uti­li­sés par man­que d’habi­tude, d’autres por­tés trop long­temps et d’autres encore jetés “n’importe où” avec leur charge virale.

Enfin, rap­pe­lons-le, le gou­ver­ne­ment sar­ko­zyste a fait pas­ser un décret inter­di­sant de por­ter un mas­que … aux mani­fes­tants ! Or, nous étions tout de même plus de 3 200 000 le 19 mars 2009 … Fau­drait savoir, bri­ga­dier !

Les gels hydro-alcoo­li­ques

Avec cette pan­dé­mie est apparu cette année un nou­veau pro­duit de con­som­ma­tion “in-dis-pen-sa-ble” : les solu­tions et les gels hydro-alcoo­li­ques. Les stra­tè­ges du mar­ke­ting nous avaient déjà fait un coup de ce genre pour Hal­lo­ween : four­guer un truc qui ne sert à rien et ses pro­duits déri­vés.

L’Afssaps recom­mande :

  • de tou­jours pri­vi­lé­gier la lavage des mains avec de l’eau et un savon, de ne réser­ver les gels et solu­tions hydro-alcoo­li­ques que dans les cas où aucun point d’eau ne serait dis­po­ni­ble; 
  • de ne pas uti­li­ser les gels hydro-alcoo­li­ques chez les enfants : le lavage des mains au savon liquide avec la pré­sence d’un adulte reste la meilleure solu­tion.

Bref, pour les gens qui se lavent les mains avec de l’eau et du savon, les auto­ri­tés recom­man­dent de ne sur­tout rien chan­ger : les gad­gets hydro-alcoo­li­ques sont à réser­ver aux adul­tes sou­vent éloi­gnées d’un point d’eau.

Il existe peut-être tout de même une cible pour ces pro­duits ? Ce sont les hom­mes poli­ti­ques qui trem­pent leurs pat­tes dans les billets de ban­que [20] et pas­sent ensuite des jour­nées à ser­rer des lou­ches sans jamais se laver les mains …

Les anti­vi­raux

Pen­dant long­temps, le corps médi­cal était un peu impuis­sant et disait qu’une grippe mal soi­gnée dure une semaine, alors qu’une grippe bien soi­gnée ne dure pas plus de huit jours …

Et puis sont appa­rus de nou­vel­les famil­les de médi­ca­ments, des anti­vi­raux, qui sont effi­ca­ces con­tre les virus grip­paux en géné­ral et con­tre le A/H1N1 2009 en par­ti­cu­lier. Les avis sont par­ta­gés. Cer­tains spé­cia­lis­tes pen­sent que c’est le moment ou jamais de s’en ser­vir, d’autres pen­sent qu’il vaut mieux les réser­ver pour lut­ter con­tre des virus encore plus dan­ge­reux. D’autres encore expri­ment des dou­tes sur leur effi­ca­cité.

La France en pos­sède des stocks impor­tants, ache­tés en pré­vi­sion d’une vaste pan­dé­mie de grippe “aviaire” H5N1. Il existe une date limite à leur uti­li­sa­tion.

L’Orga­ni­sa­tion Mon­diale de la Santé les recom­mande sans réserve dans les cas gra­ves, et insiste sur l’impor­tance de les pres­crire tôt, “de pré­fé­rence dans les 48 heu­res sui­vant l’appa­ri­tion des symp­tô­mes”, car celà “amé­liore l’issue cli­ni­que” [21]. “Les don­nées exa­mi­nées par les experts indi­quent que, pres­crit à bon escient, l’osel­ta­mi­vir peut réduire sen­si­ble­ment le ris­que de pneu­mo­nie (une des pre­miè­res cau­ses de décès pour la grippe pan­dé­mi­que comme sai­son­nière) et la néces­sité d’hos­pi­ta­li­ser.”

L’ose­tal­mi­vir a été déve­loppé un peu avant 1996 par Gilead Scien­ces [22] qui pos­sède le bre­vet et vend la molé­cule (pour 50 mil­lions de dol­lars et 10 % du chif­fre d’affai­res) au groupe suisse Hoff­man La Roche qui pos­sède la licence exclu­sive sous la mar­que com­mer­ciale Tami­flu.

La Minis­tre B

La minis­tre “B” avait tout prévu (“Ah bon ?”). Elle a com­mandé dès juillet 94 mil­lions de doses de vac­cins et des cen­tai­nes de mil­lions de mas­ques. Elle a ser­monné les pré­fets et mis les ser­vi­ces de l’Etat en alerte : ils ont étés som­més de recen­ser les moyens funé­rai­res dépar­te­ment par dépar­te­ment et d’orga­ni­ser un plan d’urgence pour pou­voir enter­rer ou inci­né­rer vite et bien. Un mil­liard et demi d’euros auraient déjà été enga­gés, au total, dans le plan de lutte con­tre la grippe “A”.

On peut com­pren­dre, après la vache folle et le sang con­ta­miné, que la minis­tre “B” n’ait cette fois pas voulu pren­dre de ris­que, sur­tout après le facheux pré­cé­dent d’un de ses pré­dé­ces­seurs qui avait eu un mal fou à essayer de met­tre sur le dos du soleil une sur­mor­ta­lité de 70% en 15 jours liée au déla­bre­ment de notre sys­tème de santé, en 2003.

Mais c’est jus­te­ment là où le bât blesse : notre sys­tème de santé, pri­va­tisé et déman­telé par pans entiers, n’a depuis long­temps déjà plus de mar­ges de manoeu­vre, il fonc­tionne “à flux ten­dus”. La moin­dre péca­dille suf­fit désor­mais à engor­ger les ser­vi­ces d’urgence. Les “patients” patien­tent de lon­gues heu­res, en souf­frant. Quand ils sur­vi­vent ! Dans l’Ain, une femme est morte faute de soin, le 28 sep­tem­bre 2009, après avoir poi­reauté trois heu­res aux urgen­ces. “C’était une sage-femme retrai­tée, qui avait par­fai­te­ment diag­nos­ti­qué qu’elle souf­frait d’un infarc­tus”, dit son mari qui l’avait con­duite aux urgen­ces, et qui “s’étonne que son épouse ait été lais­sée sur un bran­card pen­dant deux ou trois heu­res avant que quelqu’un ne vienne s’occu­per d’elle. Trop tard”.

De même, si la grippe “A” tue peu, elle entraîne quel­ques rares cas gra­ves, et pour cer­tains mor­tels. Selon un repor­tage télé­visé, hier (11/11/2009), il n’y aurait qu’une tren­taine de pla­ces de réa­ni­ma­tion avec res­pi­ra­tion extra-cor­po­relle pour toute la France !!! Et déjà (selon le site du gou­ver­ne­ment) “31 patients pré­sen­tant un syn­drome de détresse res­pi­ra­toire aiguë”. Dom­mage pour le trente-et-unième …

En fait, si les labo­ra­toi­res phar­ma­ceu­ti­ques, les fabri­cants de mas­ques et les “hydro-alcoo­lo­gues” peu­vent remer­cier la minis­tre, les hôpi­taux et la méde­cine en zones défa­vo­ri­sées (ban­lieues et cam­pa­gnes) sont les grands per­dants du plan à “B”. En zones urbai­nes, où les grands hôpi­taux sont déjà “à flux ten­dus”, une meilleure qua­lité de soins sera pos­si­ble de manière dras­ti­que­ment limi­tée par les res­sour­ces dis­po­ni­bles : 30 res­pi­ra­teurs extra-cor­po­rels pour toute la France, pour déjà 31 patients en détresse res­pi­ra­toire aigüe.

C’est LE gros ris­que qui menace les per­son­nes vic­ti­mes des for­mes gra­ves de la grippe “A” : cre­ver à l’hôpi­tal faute de maté­riels, ou même aux urgen­ces faute d’avoir pu ren­trer. Et con­tre ce ris­que-là, la minis­tre “B” n’a pas fait grand chose : dès la semaine der­nière, les médias ont rap­por­tés que les ser­vi­ces d’urgence satu­raient déjà.

Il faut dire que ce gou­ver­ne­ment détruit métho­di­que­ment tout ce qui peut encore res­sem­bler de près ou de loin à un ser­vice public, y com­pris les ser­vi­ces publics de santé. Sur­tout à la cam­pa­gne, et en ban­lieues.

Der­nier “détail” piquant. La minis­tre “B”, doc­teure en phar­ma­cie, a tra­vaillé au moins 20 ans pour l’indus­trie phar­ma­ceu­ti­que en qua­lité de visi­teuse médi­cale puis de char­gée des rela­tions publi­ques.

Plan T !

Le pré­si­dent du CA de l’AP-HP (Hôpi­taux de Paris) dénonce “le bide” de la cam­pa­gne de vac­ci­na­tion. Il juge “tout à fait préoc­cu­pant” ce rejet de la vac­ci­na­tion et demande la créa­tion d’une mis­sion par­le­men­taire à ce sujet. Cette cam­pa­gne se passe “dans un cli­mat détes­ta­ble”, estime t-il, citant “l’absence de trans­pa­rence de l’infor­ma­tion, des mala­dres­ses dans la com­mu­ni­ca­tion et donc une méfiance de la popu­la­tion”. Il rap­pelle qu’il dénon­çait depuis plu­sieurs mois “le mythe d’une cam­pa­gne de vac­ci­na­tion géné­rale”, “très lourde et peu cré­di­ble”. “Le béné­fice/ris­que de cette vac­ci­na­tion n’est tou­jours pas avéré pour le tout venant”, sou­li­gne t-il. Il défend en revan­che une poli­ti­que vac­ci­nale “rai­son­na­ble”, ciblée vers les per­son­nes les plus expo­sées, tels les per­son­nels médi­caux, et les plus fra­gi­les, comme les fem­mes encein­tes, les gens ayant une mala­die car­dio-pul­mo­naire, les dia­bé­ti­ques, les enfants … Sou­li­gnant que la cam­pa­gne vac­ci­nale était actuel­le­ment “un gigan­tes­que bide”, il se dit “inquiet de la sous-vac­ci­na­tion” des gens les plus con­cer­nés, esti­mant que ce rejet est “tout à fait préoc­cu­pant” et “dan­ge­reux pour la santé publi­que”. Pour lui, le gou­ver­ne­ment devrait “chan­ger de com­mu­ni­ca­tion, ins­tau­rer un vrai dia­lo­gue avec les Fran­çais et four­nir toute la trans­pa­rence dans l’infor­ma­tion”.

Bref, c’est désor­mais clair, le virus est là, les citoyens ne font aucune con­fiance à ce gou­ver­ne­ment : ils l’ont pris en grippe, et le plan Bache­lot est planté !

Enfin, pas pour tous le monde : les cours bour­siers des labo­ra­toi­res con­cer­nés se por­tent bien, merci. En fait, les bour­ses qui plon­geaient inexo­ra­ble­ment depuis mi-2007 ont cessé de plon­ger, et sont repar­ties à la hausse, à par­tir du 9 mars 2009.

Et encore : “on ne nous dit pas tout” ….

revol­tes.net, Minga, 2009



Notes

[15] Minis­tère de la Santé Les vac­cins : ques­tions-répon­ses - 20 octo­bre 2009

[16] AFSSAPS Fiche vac­cins - Vac­cins béné­fi­ciant d’une opi­nion favo­ra­ble du CHMP : PAN­DEM­RIX, FOCE­TRIA et CEL­VA­PAN

[17] Mock-up H5N1 : “vac­cins-maquet­tes” déve­lop­pés à par­tir de tra­vaux anté­rieurs sur un vac­cin con­tre le virus H5N1 et modi­fiés pour le virus H1N1

[18] Vac­cins grip­paux H1N1v (Cel­va­pan°, Foce­tria°, Pan­dem­rix°, Panen­za°) : l’avis de la revue “Pres­crire”

[19] INRS Ques­tions-répon­ses sur la pan­dé­mie grip­pale

[20] Influenza virus is infec­tious for days on bank­no­tes : le virus reste infec­tieux pen­dant des jours sur des billets de ban­que.

[21] OMS : Usage recom­mandé pour les anti­vi­raux

[22] Gilead Scien­ces est l’entre­prise qui a créé le “Tami­flu”.  Elle compte parmi ses action­nai­res et anciens Chair­man… Donald Rum­sfeld.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Minga

Auteur: Minga

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

carcapoil carcapoil ·  15 novembre 2009, 18h11

Les sou­­­ches vira­­­les de Bax­­­ter sont cul­­­ti­­­vées sur des reins de sin­­­ges verts, afin d’accé­­­lé­­­rer la pro­­­duc­­­tion, con­­­trai­­­re­­­ment aux autres labos qui font cela sur des oeufs
bonne grippe à tous
Daniel

Netoyens.info Netoyens.info ·  16 novembre 2009, 01h45

Cette pan­­dé­­mie pose nom­­bre de ques­­tions qui méri­­tent que l’on pro­­longe ce tra­­vail con­­sé­­quent d’enquête. Nous vous pro­­po­­sons un fais­­ceau de quel­­ques unes de ces ques­­tions :

  1. Pour­­quoi cette grippe de la même famille que nom­­bre de grip­­pes sai­­son­­niè­­res (A/H1N1) est elle si aty­­pi­­que ? Elle est moins mor­­telle et plus con­­ta­­gieuse; com­­po­­sée de sou­­ches aviaire, por­­cine et humaine; cer­­tai­­nes per­­son­­nes habi­­tuel­­le­­ment tou­­chées par la grippe sai­­son­­nière (per­­son­­nes agées, …) sem­­blent plus sou­­vent immu­­ni­­sées;
  2. Pour­­quoi les cas gra­­ves sont-ils si gra­­ves ?
  3. Qu’est-ce que ce virus qui jusqu’à pré­­sent tue cinq fois moins que celui de la grippe sai­­son­­nière a de si spé­­cial pour qu’il jus­­ti­­fie la plus grande cam­­pa­­gne de vac­­ci­­na­­tion de tous les temps ?
  4. Pour­­quoi des grou­­pes aty­­pi­­ques sont-ils plus tou­­chés que par une grippe sai­­son­­nière ?
  5. Quel­­les étu­­des épi­­dé­­mio­­lo­­gi­­ques sont menées pour com­­pren­­dre les points com­­muns entre per­­son­­nes obè­­ses, fem­­mes encein­­tes et jeu­­nes enfants face à ce virus ?
  6. Pour­­quoi le gou­­ver­­ne­­ment fran­­çais a t-il acheté (en août) un mil­­liard de mas­­ques anti-pous­­siè­­res (type ffp1) et seu­­le­­ment 723 mil­­lions de mas­­ques de pro­­tec­­tion (type ffp2) dits « chi­­rur­­gi­­caux » ou « type chi­­rur­­gi­­caux » ?
  7. Pour­­quoi les dépu­­tés ont-ils autant de mal à con­­naî­­tre les con­­trats signés par le gou­­ver­­ne­­ment ?
  8. Pour­­quoi la revue Pres­­crire con­­nue pour son indé­­pen­­dance édi­­to­­riale recom­­mande t-elle des vac­­cins dif­­fé­­rents de ceux acquis par le gou­­ver­­ne­­ment ?
  9. Pour­­quoi le gou­­ver­­ne­­ment recom­­mande t-il une vac­­ci­­na­­tion de masse et pas seu­­le­­ment une vac­­ci­­na­­tion ciblée sur les grou­­pes à ris­­ques comme pour les grip­­pes sai­­son­­niè­­res ?
  10. Pour­­quoi les Etats-Unis ne veu­­lent pas des vac­­cins avec adju­­vants sur leur ter­­ri­­toire ?
  11. Pour­­quoi les bour­­ses qui plon­­geaient depuis 2007 sont-elles repar­­ties à la hausse pré­­ci­­sé­­ment le 9 mars 2009 ? 

Enfin, pour­­quoi de sim­­ples citoyens sont-ils obli­­gés de faire ce tra­­vail jour­­na­­lis­­ti­­que pour ten­­ter d’y répon­­dre alors que nous avons pu les met­­tre en évi­­dence d’après des infor­­ma­­tions pui­­sées aux sour­­ces publi­­ques offi­­ciel­­les et aca­­dé­­mi­­ques les plus auto­­ri­­sées ?

Netoyens.info Netoyens.info ·  20 novembre 2009, 02h55

Pour­­quoi cul­­ti­­ver les sou­­ches vira­­les à par­­tir de cel­­lu­­les de reins de sin­­­ges verts qu’on appelle aussi le ver­­vet . La réponse nous l’avons trou­­vée dans un docu­­men­­taire : “Les ori­­gi­­nes du Sida”.

Anne-F Anne-F ·  24 novembre 2009, 09h58

Petit aperçu d’une jour­née dans les éco­les du Cal­va­dos: Des éco­les fer­mées mais impos­si­bi­lité de savoir com­bien de grippe A sur le nom­bre d’absents.
Des éco­les à moi­tié vides dont plus de la moi­tié des absents ne don­nent pas de rai­son pré­cise.
Des éco­les avec peu d’absents, des éco­les plei­nes…. des situa­tions très variées et sur­tout le flou total.

Com­bien de grippe A? Com­bien de gas­tros?
Com­bien d’enfants absents, reti­rés de l’école dès les pre­miè­res aler­tes mais qui n’ont rien???

Sûr, ces impré­ci­sions gon­flent de manière con­sé­quente le nom­bre de cas sus­pects!

De nom­breux absents: oui
Com­bien de grippe A: Un test pour con­fir­mer ou infir­mer la pré­sence du H1N1 qui n’est pas fait!

Avec aussi peu de cer­ti­tude, il est facile de dire tout et son con­traire, il n’y a pas d’infor­ma­tions satis­fai­san­tes, objec­ti­ves en la matière, et ça, ça pose ques­tion!

El Dindon El Dindon ·  24 novembre 2009, 13h07

Com­ment vont les enfants ce matin ?

Toute la dif­fi­culté que les parents ren­con­trent tient à une puis­sance de feu média­ti­que démen­tielle. Dans le même temps que dans “Mots croi­sés” de France 2 qui oppo­sait essen­tiel­le­ment l’infâme Bache­lot et Michèle Rivasi, on trou­vait sur la 5, la chaîne sup­po­sé­ment “du savoir”, l’émis­sion “C’est dans l’air”, une émis­sion dite de débat avec 4 “experts invi­tés” qui tiraient tous dans le même sens de la pro­pa­gande pro-vac­ci­nale… par­fois au prix de l’inexac­ti­tude pour ne pas dire du men­songe ! :

Grippe A : les Fran­çais font de la résis­tance
http://mots-croi­ses.fran­ce2.fr/5906…

Grippe : le virus mute-t-il ? :
http://www.fran­ce5.fr/c-dans-l-air/…

Parmi nous, des citoyens, des méde­cins et des épi­dé­mio­lo­gues font un tra­vail sérieux qui ne cède rien jamais à la thèse cons­pi­ra­tion­niste : il est inu­tile en effet d’y céder pour mon­trer l’énor­mité de cette cam­pa­gne vac­ci­nale. Ce tra­vail est cer­tes fas­ti­dieux mais il est fait et con­ti­nue d’être fait pour être mis à jour.
Le pou­voir sait qu’il a d’énor­mes moyens à sa dis­po­si­tion et en abuse, dis­pen­dieu­se­ment d’ailleurs. Il sait men­tir au besoin effron­té­ment. Toute la ques­tion est, men­tira t-il encore…. impu­né­ment ?

Ne man­quez pas …. :
Le virus du pou­voir : http://www.netoyens.info/index.php/…
Pour les mises à jour quo­ti­dien­nes : http://www.revol­tes.net/spip.php?ar…

et puis, pour les parents angois­sés sinon pris de pani­que après les émis­sions alar­mis­tes :

De Dr Marc GIRARD
Con­seil en phar­ma­co­vi­gi­lance et phar­ma­co­épi­dé­mio­lo­gie Expert euro­péen (AEXEA) 76 route de Paris, 78760 Jouars-Pont­char­train (agos­gi­rard@­free.fr) site : http://www.roland­si­mion.org

“On l’a su depuis long­temps : cul­pa­bi­li­ser les parents par le biais de leurs enfants est un moyen éprouvé de pro­mo­tion phar­ma­ceu­ti­que (Vac­ci­ner les bébés ? *). On décou­vre aujourd’hui que mal­gré sa per­ver­sité, il a été validé, et même relayé par l’auto­rité sani­taire, qui – via la « Com­mis­sion de con­trôle de la publi­cité et de la dif­fu­sion de recom­man­da­tions sur le bon usage des médi­ca­ments » – dis­pose pour­tant de tous les moyens pour sanc­tion­ner les abus en pareille matière.” http://www.roland­si­mion.org/spip.ph…

* “Même si, lorsqu’on a passé des mil­liers d’heu­res sur le dos­sier du vac­cin con­tre l’hépa­tite B, la réponse à cette ques­tion va de soi, l’expé­rience m’a ensei­gné que l’auto­rité exper­tale n’est d’aucun secours pour éclai­rer les gens sur ce type de pro­blème. D’abord, parce que entre des experts qui s’affron­tent, le pro­fane n’a aucun repère pour recon­naî­tre celui ou ceux qui disent la vérité. Ensuite, parce que l’inci­ta­tion à vac­ci­ner nos bébés ren­voie à un souci tel­le­ment vis­cé­ral qu’il en vient à dépas­ser notre capa­cité de rai­son­ne­ment.” http://www.roland­si­mion.org/spip.ph…

Cou­rage !

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

dossiers.gif

Pandemrix : vaccin-miracle ou sérieux problème de pharmacovigilance ?

L’agence euro­péenne du médi­ca­ment (EMEA) a publié son pre­mier “rap­port heb­do­ma­daire de phar­ma­co­vi­gi­lance” sur les vac­ci­na­tions mas­si­ves le 3/12/2009. L’EMEA n’est pas un modèle de trans­pa­rence, selon la revue “Pres­crire”, et pour­tant l’on y apprend que sur envi­ron 5,7 mil­lion de per­son­nes vac­ci­nées avec le Pan­dem­rix®+©=$$$, on déplore 55 décès, 24 effets secon­dai­res gra­ves liés à la mater­nité (avor­te­ments, décès intra-uté­rins, bébés morts-nés, hypo­ki­né­sie foe­tale et nais­san­ces pré­ma­tu­rées), 6 syn­drô­mes de Guillain-Barré (3 con­fir­més), un rejet de trans­plan­ta­tion car­dia­que, et 2301 rap­ports signa­lant 6269 effets secon­dai­res plus ou moins gra­ves. Mais fort heu­reu­se­ment, aucun de ces dra­mes ne sem­ble avoir la moin­dre cor­ré­la­tion avec la vac­ci­na­tion dans les heu­res qui les ont pré­cédé, selon l’EMEA.

Lire la suite

dossiers.gif

Grippe A + ministre B = plan T ! - 1

Ce qu’on vous cache sur la grippe “A” : ce virus est très con­ta­gieux il a tué cinq fois moins que le virus de la grippe sai­son­nière les hôpi­taux man­quent de maté­riels et de per­son­nels les vac­cins arri­vent … après le virus les mas­ques ne ser­vent pas à grand chose et les solu­tions hydro-alcoo­li­ques encore moins il reste des gros stocks d’anti­vi­raux depuis la grippe “aviaire” mais les labos s’en sont déjà mis plein les fouilles … Nous nous posions quel­ques ques­tions basi­ques sur cette grippe A/H1N1 aux­quel­les on ne trouve guère de répon­ses dans les médias [1] :quel est le taux de mor­ta­lité ? quel est la part d’une popu­la­tion tou­chée ? (taux de mor­bi­dité) com­bien de per­son­nes ont déjà étés attein­tes ? le plan du gou­ver­ne­ment est-il adapté à la situa­tion ? pour­quoi a t-on déclen­ché le plus grand plan de vac­ci­na­tion de tout les temps alors que cette grippe a tué cinq fois moins que la grippe sai­son­nière ? pour­quoi ? Voici donc des répon­ses aux ques­tions les plus évi­den­tes, plus deux “scoops” : les Etats-Unis ne veu­lent pas de vac­cins avec adju­vants sur le sol amé­ri­cain, et un spé­cia­liste a publié un arti­cle scien­ti­fi­que inquié­tant, mais non dénué d’humour, sur l’ori­gine de ce virus. D’autres ques­tions se posent que les jour­na­lis­tes, les par­le­men­tai­res et à défaut les citoyen-ne-s pose­ront un jour aux auto­ri­tés “com­pé­ten­tes”.

Lire la suite