Last site update 25/05/2020

To content | To menu | To search

Pour la création d'une médecine libre !

Mabesoone_LM_15-12-11.jpgComme chacun le sait, le vice-président qui est aussi l’homme fort de l’Hôpital Universitaire de Fukushima, le Pr. Shun’ichi YAMASHITA, est l’image même du « négationisme » des effets des radiations. Il est connu pour ses déclarations du type : « Aucun problème pour la santé jusqu’à 100 microsieverts par heure (uSv/h) » [1], ou « les radiations ne vous atteignent pas si vous riez ! », ou mieux : « Quelle chance vous avez, à Fukushima, le nom de votre région est connu dans le monde entier ! »[2]

(photo: Dr Ryojun YOSHIDA)

Le problème, c’est que le gouvernement maintient volontairement cet homme à sa place, car il est ainsi en mesure de contrôler toutes les informations sur l’état de santé du peuple de Fukushima. Tant qu’il sera là, rien ne filtrera. Pour le dépistage des maladies infantiles, pour leur traitement, mais aussi afin de mettre en lumière les liens entre ces maladies et la catastrophe de Fukushima, il est absolument nécessaire de créer une institution médicale indépendante au cœur du département.

C’est ce que propose le Dr Ryojun YOSHIDA (en photo), directeur de la clinique KOYO DAIICHI de Hiroshima, qui a passé sa vie à soigner les maladies dues à l’irradiation dues à la bombe de Hiroshima.

Encourageons le groupe de médecins qui l’entoure !

Je sais que plusieurs médecins japonais lisent mes articles publiés sur internet. Qu’ils n’hésitent pas à transmettre l’information, au cas où ils connaissent des praticiens ou des internes désireux d’agir sur place… Il leur faudra du courage, mais c’est une cause noble.

Enfin, souvenons-nous de ce que disait M. Hiroaki KOIDE (Université de Kyoto) dans son entretien publié dans Le Monde du 8 décembre dernier :

« [dans le cas des maladies de la pollution -Minamata- ] on a vite vu les tragiques effets de la pollution : la naissance d’enfants handicapés mentaux et moteurs. Et l’opinion s’est réveillée. Dans le cas de Fukushima, il y aura des victimes, beaucoup sans doute, mais le mal se propage lentement et la prise de conscience risque de suivre le même chemin… »[3]

Notre mouvement ira donc de pair avec celui de la médecine libre japonaise.

Post-Scriptum

Message du Dr. Ryojun YOSHIDA, directeur de la clinique KOYO DAIICHI de Hiroshima
( prononcé le 6 novembre 2011, au rassemblement inter-syndical de Hibiya, Tokyo)

POUR LA CREATION D’UN HOPITAL A FUKUSHIMA !

Du fait de l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima, survenu à la suite du Grand Séisme de l’Est du Japon, il semble qu’une quantité de radionucléides, au moins égale à 50 fois la bombe de Hiroshima, a été dispersée dans l’environnement. Il s’agit d’une catastrophe causée par l’Homme, en fait, par le néolibéralisme, qui recherche le profit sans prendre en compte la valeur des vies humaines.

Ce néolibéralisme, au nom de la « reconstruction », reprend maintenant ses agissements. Je veux parler du projet de la Faculté de Médecine de Fukushima intitulé : « Découpage spécial de la zone de traitement des radiations » (Hoshasen iryo tokukuka). Autrefois à Hiroshima, le comité ABCC (Comité d’enquête sur les dégâts de la bombe atomique) avait rassemblé toutes les informations concernant l’état de santé des personnes irradiées, ne les avait pas mises à disposition des victimes, et s’en était servi pour réaliser des expériences sur des corps humains. Nous, médecins de Hiroshima, nous pressentons les mêmes intentions que celles du comité ABCC, devant la création de ce « découpage spécial de la zone de traitement des radiations ».

Les irradiés de Hiroshima et Nagasaki ont protégé leurs vies par la lutte, et ils ont fini par reprendre le contrôle des soins médicaux.

Nous sommes décidés à fonder une institution médicale sur la terre de Fukushima, qui constituera un point de rattachement pour cette lutte, afin que nous puissions protéger la santé des habitants de Fukushima, avec l’aide de toutes les personnes de bonne volonté de ce pays.



Post-Scriptum

[NDLR] Mr. Nakate explique pourquoi les médecins à Fukushima n’aident pas les enfants - 27.08.11 (vidéo)

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 3
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading