Dernière mise à jour 21/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Radiofréquences et santé: Des effets évidents, une alerte inaudible

Communiqué de presse du 16 octobre 2013

Mardi 15 octobre 2013, l’ANSES, l’Agence nationale de la sécurité sanitaire de l’alimentation et de l’environnement, a rendu public un nouveau rapport d’expertise sur le thème « radiofréquences et santé ». Ce rapport et l’avis de l’ANSES qui l’accompagne avaient pour objet d’actualiser l’expertise rendue en 2009.

Depuis 2009, la qualité scientifique des études s’est globalement améliorée, et celles montrant des effets se sont accumulées, renforçant les signaux de risques pour la santé : mort cellulaire, stress oxydatif, cassures des brins d’ADN, perturbation du sommeil et de l’activité électrique du cerveau, risque d’augmentation de tumeur cérébrale chez les utilisateurs de portables au-delà de 30 minutes journalières…

Malheureusement, les experts ont choisi de mettre au point une méthode, qui sous des apparences de rigueur scientifique, dresse des barrières quasi infranchissables pour déterminer si l’effet qu’on observe correspond à un effet avéré sur la santé. De quoi alimenter pour des dizaines d’années encore les arguments des marchands de doute qui préconisent de ne surtout rien faire tant que le risque n’est pas « avéré », c’est-à-dire définitivement établi et maintenir le public dans la perplexité et la défiance face à un risque mal évalué.

En 2009, l’AFFSET avait adopté une position courageuse en mettant en lumière les signaux de risque, ce qui avait fait évoluer significativement la reconnaissance de ce risque émergent et permis de préconiser la réduction des expositions. Cela avait d’ailleurs coûté sa place au directeur de l’époque et provoqué une fronde de certains experts.

Aujourd’hui, même si de nouvelles recommandations intéressantes sont à souligner, comme la préconisation d’une étude d’impact préalable à toute nouvelle implantation d’antennes-relais, la communication de l’ANSES semble bien frileuse et convainc peu alors que beaucoup d’attentes étaient attachées à la sortie de ce rapport.

Comme Mme Martine Hours, présidente du Comité d’Experts Spécialisés –CES-Agents physiques de l’ANSES l’a affirmé lors de la conférence de presse de restitution, on n’a pas à attendre que le risque soit avéré pour limiter les expositions. Celle-ci, qui a rapporté les inquiétudes des membres du CES face à l’augmentation actuelle de ces expositions, considère que la maîtrise des expositions est le coeur du sujet.

Pour Priartem, il faut aller au bout de cette logique et prendre la seule décision cohérente qui s’impose, à savoir réduire l’exposition de la population en abrogeant le décret du 3 mai 2002 - et ses seuils insupportables - et en introduisant dans la loi le principe ALARA. La balle est donc dans le camp du Politique qui allierait ainsi principe de précaution et principe de responsabilité afin de préserver la santé publique et l’intérêt général.

Priartem exhorte donc le gouvernement à prendre ses responsabilités sans se défausser sur l’absence de preuve formelle d’un risque, et à traduire en acte, sans attendre, les recommandations de l’ANSES. Dans le contexte actuel de déploiement effréné des technologies sans fil (4G, tablettes numériques, compteurs dits intelligents, prolifération des objets et gadgets communicants…), il y a urgence.

Contact presse : 01 42 47 81 54 – contact@priartem.fr


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

3/5

  • Note : 3
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Priartem

Auteur: Priartem

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  31 décembre 2013, 00h45

ENVIRONNEMENT : chacun pourra faire mesurer l’exposition aux ondes électromagnétiques dans les habitations et lieux publics. Il suffira d’en faire la demande à l’Agence nationale des fréquences. (source : midilibre.fr)


À voir également

nuclear-power-plant-stop.jpg

Retourner vivre à Fukushima ? Non merci !

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). par le Collectif pour un monde sans nucléaire 578

Lire la suite

contributions.jpg

Des groupes antinucléaires ont décidé de quitter le Réseau Sortir du Nucléaire

Le Réseau Sortir du nucléaire n’est plus l’outil dont a besoin le combat pour l’arrêt du nucléaire en France. Reconstruire une force antinucléaire au plus près des groupes et des luttes de terrain est désormais nécessaire. 256

Lire la suite