Dernière mise à jour 21/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Naissance de la maladie moderne - 5

Som­maire :

  • Une phi­lo­so­phie de la riva­lité (ou l’éter­nel retour de la con­tra­riété)
  • « La croyance fon­da­men­tale des méta­phy­si­ciens c’est l’idée de l’oppo­si­tion des valeurs. »

*

Une phi­lo­so­phie de la riva­lité (ou l’éter­nel retour de la con­tra­riété)

« Il faut savoir que la guerre est com­mune, la jus­tice dis­corde, que tout se fait et se détruit par dis­corde. »
<(Héra­clite - Frag. 80)/span>

« Con­tre Socrate, Nietz­sche exprime l’iro­nie et la haine [NDLR : cf. Le Cré­pus­cule des ido­les – Le pro­blème de Socrate] ; mais le secret au sujet de Socrate est sans doute la recon­nais­sance d’une parenté spi­ri­tuelle entre eux. Nietz­sche n’avoue-t-il pas se bat­tre sans arrêt con­tre Socrate qui lui est si pro­che ? Leur parenté d’esprit ne lui échappe pas. C’est pour Nietz­sche le pre­mier phi­lo­so­phe à phi­lo­so­pher sur la vie […] Nietz­sche recon­naît en Socrate un pro­phète cons­cient de sa mis­sion. »(Angèle Kre­mer-Marietti – De la phi­lo­lo­gie à la généa­lo­gie.)

« J’ai donné à enten­dre de quelle façon Socrate fas­cine : il sem­blait être un méde­cin, un sau­veur. Est-il néces­saire de mon­trer encore l’erreur qui se trou­vait dans sa croyance en la « rai­son à tout prix » ? — C’est une dupe­rie de soi de la part des phi­lo­so­phes et des mora­lis­tes que de s’ima­gi­ner sor­tir de la déca­dence en lui fai­sant la guerre. Y échap­per est hors de leur pou­voir : ce qu’ils choi­sis­sent comme remède, comme moyen de salut, n’est qu’une autre expres­sion de la déca­dence — ils ne font qu’en chan­ger l’expres­sion, ils ne la sup­pri­ment point. Le cas de Socrate fut un malen­tendu ; toute la morale de per­fec­tion­ne­ment, y com­pris la morale chré­tienne, fut un malen­tendu… La plus vive lumière, la rai­son à tout prix, la vie claire, froide, pru­dente, cons­ciente, dépour­vue d’ins­tincts, en lutte con­tre les ins­tincts ne fut elle-même qu’une mala­die, une nou­velle mala­die — et nul­le­ment un retour à la « vertu », à la « santé », au bon­heur… Être forcé de lut­ter con­tre les ins­tincts — c’est là la for­mule de la déca­dence : tant que la vie est ascen­dante, bon­heur et ins­tinct sont iden­ti­ques. » (Nietz­sche – Le cré­pus­cule des ido­les – Le pro­blème de Socrate, § 11.)

Dans la com­pa­gnie d’Épi­cure : « Oui, je suis fier de voir le carac­tère d’Épi­cure d’une façon peut-être dif­fé­rente de celle de tout le monde, et de jouir de l’Anti­quité, comme d’un bon­heur ves­pé­ral, cha­que fois que je lis ou entends quel­que chose de lui ; - je vois son œil errer sur de vas­tes mers blan­châ­tres, sur des falai­ses où repose le soleil, tan­dis que de grands et de petits ani­maux s’ébat­tent sous ses rayons, sûrs et tran­quilles comme cette clarté et ces yeux mêmes. Un pareil bon­heur n’a pu être inventé que par quelqu’un qui souf­frait sans cesse, c’est le bon­heur d’un œil qui a vu s’apai­ser sous son regard la mer de l’exis­tence, et qui main­te­nant ne peut pas se las­ser de regar­der la sur­face de cette mer, son épi­derme mul­ti­co­lore, ten­dre et fris­son­nant : il n’y eut jamais aupa­ra­vant pareille modes­tie de la volupté. » (Nietz­sche – Le Gai Savoir – Livre pre­mier - § 45.)

Con­tre Épi­cure : « Il n’est pas vrai que l’homme recher­che le plai­sir et fuit la dou­leur : on com­prend avec quel pré­jugé illus­tre je romps ici []. Le plai­sir et la dou­leur sont des con­sé­quen­ces, des phé­no­mè­nes con­co­mi­tants ; ce que veut l’homme, ce que veut la moin­dre par­celle d’un orga­nisme vivant, c’est un accrois­se­ment de puis­sance. Dans l’effort qu’il fait pour le réa­li­ser, le plai­sir et la dou­leur se suc­cè­dent ; à cause de cette volonté, il cher­che la résis­tance, il a besoin de quel­que chose qui s’oppose à lui » que Nietz­sche traite par­fois – après avoir salué le thé­ra­peute de l’âme - de pré­cur­seur du chris­tia­nisme : « Épi­cure un déca­dent typi­que : Pour la pre­mière fois reconnu comme tel par moi. La crainte de la dou­leur, même de la dou­leur infi­ni­ment petite, elle ne peut finir autre­ment que dans une reli­gion de l’amour… » (Nietz­sche – L’Anté­christ - § 30.)

*

« Quelle que soit la valeur que l’on attri­bue à ce qui est vrai, véri­di­que, désin­té­ressé il se pour­rait bien qu’il faille recon­naî­tre à l’appa­rence, à la volonté d’illu­sion, à l’égoïsme et au désir une valeur plus grande et plus fon­da­men­tale par rap­port à la vie. » (Nietz­sche - Par delà le bien et le mal - Cha­pi­tre I. - Les pré­ju­gés des phi­lo­so­phes - § 2.)

(Héra­clite – frag. 2) [1] « Aussi faut-il sui­vre le (logos) com­mun ; mais quoiqu’il soit com­mun à tous,la plu­part vivent comme s’ils avaient une intel­li­gence à eux. » (NDLR : je sou­li­gne.)

« La plu­part vivent comme s’ils avaient une intel­li­gence à eux. »

Étape ultime de la mala­die ? Ou patient ayant atteint le stade ter­mi­nal ?… comme dit la con­fré­rie médi­cale. (Nous som­mes pour­tant reve­nus au VIème siè­cle av. NE !) Mal con­sub­stan­tiel à l’espèce sapiens-sapiens, alors ! Forme prin­ci­pielle de l’hubris ?

Atten­tion ! ter­rain glis­sant… et miné. Nous l’avons vu dans le cha­pi­tre inau­gu­ral con­sa­cré à Anaxi­man­dre, l’ami et l’élève de Tha­lès. Mais l’ombre du péché ori­gi­nel qui plane sur nous depuis Augus­tin d’Hip­pone (IVème siè­cle de NE) doit-elle nous arrê­ter et nous empê­cher de trai­ter cette ques­tion ?

Nous pour­rions réexa­mi­ner tous les points abor­dés jusqu’ici à l’aune de l’homo indi­vi­dua­lis – et éco­no­mi­cus - moderne : qui s’ima­gine dési­rer libre­ment, être affran­chi des règles de la com­mu­nauté, ne rien devoir à per­sonne, être à lui seul sa pro­pre mesure et la mesure de toute chose, véri­ta­ble éta­lon post-moderne… nous som­mes loin du logos xunos !…

* * *

« La croyance fon­da­men­tale des méta­phy­si­ciens c’est l’idée de l’oppo­si­tion des valeurs. »

… Mais aussi inter­ro­ger Mon­sieur Nietz­sche sur ses rela­tions avec Mon­sieur Wag­ner. Est-ce aussi sim­ple que ce qu’il nous en théo­rise ? Com­ment peut-on pas­ser d’une admi­ra­tion aussi éper­due à une détes­ta­tion non moins éter­nelle, puis­que le Cas Wag­ner ne ces­sera d’ali­men­ter la vie et les écrits du dis­ci­ple écon­duit ? Est-ce trop licen­cieux que d’oser cette hypo­thèse qui ne sied pas à d’aussi nobles per­son­na­ges ? Peut-on sérieu­se­ment pré­fé­rer l’auteur de Car­men à celui de Tris­tan, je veux dire : met­tre ces deux types de musi­que sur le même plan ? Les com­pa­rer ? Quand on est soi-même musi­cien…

N’avons-nous pas là, au con­traire, un type exem­plaire de riva­lité entre, sans doute, les deux hom­mes-artis­tes les plus doués et les plus brillants de leur épo­que, cha­cun dans leur domaine, et ce, pour long­temps encore après leur exis­tence ?

Nietz­sche, tra­queur inlas­sa­ble du res­sen­ti­ment, qui poussa l’explo­ra­tion de ce con­cept fécond dans tous les recoins où niche la morale, où elle s’engen­dra et con­ti­nue de s’engen­drer, a « oublié » de la débus­quer en lui-même ! D’où découla, d’ailleurs, dans son tra­vail phi­lo­so­phi­que, un retour des oppo­si­tions : dis­so­cia­tion entre Apol­lon et Dio­ny­sos, dès ses pre­miers écrits, notam­ment « La Nais­sance de la tra­gé­die » (dédiée à Wag­ner),… pour ter­mi­ner par les billets signés Dio­ny­sos ou le Cru­ci­fié (alter­na­ti­ve­ment), vers la fin de sa vie cons­ciente. (Sans rien dire de ceux signés Dio­ny­sos (alias Nietz­sche) adres­sés à Ariane (Cosima Wag­ner) !

N’y a-t-il pas là quel­que piste féconde pour la com­pré­hen­sion de l’œuvre nietz­schéenne ? Ico­no­claste ? Sans doute. Mais l’auteur de Zara­thous­tra ne dési­rait-il pas ce type de « dis­ci­ples » - qui n’en soient pré­ci­sé­ment pas ? Ne fût-il pas un phi­lo­so­phe-psy­cho­lo­gue son­deur des tré­fonds de l’âme humaine ? Un adepte du soup­çon ?

Peut-on pen­ser que sa bio­gra­phie et les rela­tions qu’il entre­tint avec ses « ami-e-s », rem­plies de struc­tu­res trian­gu­lai­res sur fond de rap­ports « domi­nant-dominé », soient com­plè­te­ment étran­gè­res au tra­vail de décryp­tage opéré par l’auteur de la Généa­lo­gie de la morale ? D’où lui sont venues tou­tes ces idées, ces intui­tions qu’il a su ren­dre si fécon­des, sinon de son exis­tence… Il est le pre­mier à recon­naî­tre cette source : toute phi­lo­so­phie s’incarne dans une bio­gra­phie. (Cf. pré­face du Gai Savoir.)

*

« L’IMMO­RA­LISTE PARLE. — Rien n’est plus con­traire aux goûts du phi­lo­so­phe que l’homme en tant qu’il désire… S’il ne voit l’homme que dans ses actions, s’il voit cet ani­mal le plus brave, le plus rusé et le plus endu­rant, égaré même dans des détres­ses inex­tri­ca­bles, com­bien admi­ra­ble lui paraît l’homme ! Il l’encou­rage encore… Mais le phi­lo­so­phe méprise l’homme qui désire, et aussi celui qui peut paraî­tre dési­ra­ble — et en géné­ral toute dési­ra­bi­lité, tous les idéaux de l’homme. Si un phi­lo­so­phe pou­vait être nihi­liste, il le serait parce qu’il trouve le néant der­rière tous les idéaux. Et pas même le néant, — mais seu­le­ment ce qui est futile, absurde, malade, fati­gué, toute espèce de lie dans le gobe­let vidé de son exis­tence… L’homme qui est si véné­ra­ble en tant que réa­lité, pour­quoi ne mérite-t-il point d’estime lorsqu’il désire ? Faut-il qu’il con­tre­ba­lance ses actions, la ten­sion d’esprit et de volonté qu’il y a dans toute action, par une para­ly­sie dans l’ima­gi­naire et dans l’absurde ? — L’his­toire de ses désirs fut jusqu’à pré­sent la par­tie hon­teuse [2] de l’homme. Il faut se gar­der de lire trop long­temps dans cette his­toire. Ce qui jus­ti­fie l’homme, c’est sa réa­lité, elle le jus­ti­fiera éter­nel­le­ment. Et com­bien plus de valeur a l’homme réel, si on le com­pare à un homme quel­con­que qui n’est que tissu de désirs, de rêves, de puan­teurs et de men­son­ges ? avec un homme idéal quel­con­que ?… Et ce n’est que l’homme idéal qui soit con­traire au goût du phi­lo­so­phe. » Nietz­sche – Le Cré­pus­cule des ido­les – Flâ­ne­ries inac­tuel­les, § 32.

* * *

« Mais lais­sons-là [un ins­tant] Mon­sieur Nietz­sche. » (cf. pré­face au Gai Savoir § 2.)

Le plus pro­fond de la pen­sée humaine et, en par­ti­cu­lier, de la pen­sée grec­que ancienne ne réside-t-il pas dans sa poé­sie et ses tra­gé­dies ? Ne sont-elles pas la quin­tes­sence du drame humain : « Nom­breu­ses sont les cho­ses ter­ri­bles, mais rien n’est plus ter­ri­ble que l’homme. » (Sopho­cle - Anti­gone.)

En forme d’hom­mage à ce som­met de l’éla­bo­ra­tion de la pen­sée humaine et afin d’« illus­trer » quel­ques notions que nous avons ren­con­trées, le pro­chain épi­sode de notre petit feuille­ton phi­lo­so­phi­que sera entiè­re­ment dédié à la lec­ture d’un extrait de « Les Per­ses » d’Eschyle.


2 En fran­çais dans le texte


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

-1/5

  • Note : -1
  • Votes : 1
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : -1

Jean-Claude Roulin

Auteur: Jean-Claude Roulin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

velorution2.jpg

Contre le vote FN, un autre communisme

La popularité du Front National s’étend sondage après sondage. Face à l’impuissance de la gauche, coupée des pauvres, il est temps de réinventer le communisme.

Lire la suite

Hiérarchie pyramidale, réaction en chaîne, fission nucléaire, destruction de la vie

La légion nucléaire

« R.A.S. (rien à signaler) est une expression que l’on utilise beaucoup dans la maintenance nucléaire. On demande souvent aux travailleurs de décrire ce qui ne va pas et quand tout va bien, de signer par ces trois lettres. Dans le film, un travailleur subit des pressions pour signer R.A.S., alors qu’il a découvert une « fissure ou une rayure » dans un robinet très important de la centrale. C’est assez symptomatique de la situation actuelle dans les centrales nucléaires. ». « L’humble ouvrier qui s’use à son ouvrage Vaut le soldat qui tombe au champ d’honneur » Les vieux ouvriers (extrait) Charles Gille (1820-1856)

Lire la suite