Last site update 28/05/2020

To content | To menu | To search

Il n’y a pas que le Covid-19 qui tue. Suite…

15 MAI 2020 - depuis 72 ans que cela dure !
La Nakba, c’est la Shoah des palestiniens…

Rien n’est plus douloureux pour les Palestiniens que cette perte matérialisée en 1948 par la destruction de plus de 450 villages, par l’occupation de leurs villes, jadis bouillonnantes de vie, par la négation de leur existence comme peuple autochtone et par l’effacement de leur histoire. Dans leur mémoire collective, la Nakba reste un traumatisme qui hante encore aujourd’hui des générations de Palestiniens.

Mais nous savons que la Nakba n’est pas un événement ponctuel, c’est un processus continu et incessant : aujourd’hui encore, Israël confisque des terres (voire l’annexion programmée de la vallée du Jourdain), chasse des habitants de leur terre, démolit des maisons, emprisonne et tue, déshumanise les Palestiniens et tente de les rendre invisibles en récupérant leur culture ou en la détruisant. Le gouvernement israélien achève sa politiques d’apartheid en intégrant l’essentiel de la Cisjordanie dans l’État juif et en ne laissant aux Palestiniens que des miettes urbanisées, surpeuplées et confinées.

Le 15 mai les Palestiniens commémorent cette catastrophe et continuent d’exiger le droit au retour des réfugiés, un droit qui leur est nié par Israël.

Nous voulons nous souvenir avec eux.

J’avais une ferme en Palestine, celle de mes parents, de mes grands-parents, de mes arrières grands parents,

celle de leurs ancêtres… avant la naissance du temps, a dit le poète.

Et puis ils ont surgi, des hommes du nord, des soldats en armes.

Ils ont rasé notre maison, volé nos terres, détruit nos oliviers.

Ils ont brisé la croix de notre église, l’écrasant sur nos maisons.

Mon village s’appelle Beerm. Ne cherchez pas, il n’existe plus sur la carte.

Le figuier et l’amandier ombrageaient notre jardin.

Le basilic, la menthe, le thym parfumaient l’air du soir.

La cloche de notre église et l’appel du muezzin rythmaient nos journées.

Nous étions chrétiens, nos voisins musulmans. Nous ne connaissions pas le mot « multi religieux ».

A quoi bon ? Ensemble, depuis des millénaires, nous vivions sur cette terre.

Allah (Dieu en arabe) est le même pour tous.

Israël, n’oublie pas ! 

Nous faisons partie du grand peuple arabe, nous sommes Palestiniens, nous le resterons.

Viva Palestina.

(Lisa, Palestinienne)


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Edrobal

Author: Edrobal

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading

edito.gif

La grande illusion

« Nous devons nous réinventer. » L’injonction, en apparence tellement pleine de bon sens et d’impérieuse nécessité, est présente partout en ces temps de confinement forcé des populations. En fait, l’injonction officielle, elle-même forcée par l’événement monstrueux que constitue la pandémie planétaire, n’a fait que reprendre – probablement de manière insincère comme nous le verrons – ce que nombre d’observateurs catastrophés disent depuis des lustres sans jamais être entendus quand ils n’étaient pas bêtement moqués ou indignement insultés.

Continue reading