Last site update 29/10/2020

To content | To menu | To search

2010 : vers un retour en force de l’autogestion ?

Article de Jean-Pierre Lefèbvre, urbaniste, 50 ans de pratique municipale, publié avec son autorisation :

Quelques menus faits symptomatiques : Osons citer Michel Rocard, transfuge prototypique vers les eaux sarkozystes. Aux fins de relooker son mémorial, il se souvient de ses amours de jeunesse et, face à la crise insoluble du libéralisme, il explique dans Télérama que l’autogestion fournit la seule solution aux besoins de transformation sociétale, face aux menaces de multiples catastrophes financières, économiques, sociales, militaires, écologiques, énergétiques, etc. Il renvoie cependant l’indispensable émergence autogestionnaire à un siècle ou deux !

Edgar Morin, co-fondateur de socialisme et barbarie après la répression de 1956 en Hongrie, tombé depuis dans les eaux consensuelles de la social-démocratie, retrouve pour la nouvelle année une verve théorique intéressante (Le Mondedu 11/ 01/ 10). Il prône, plutôt que la révolution, la « métamorphose » de nos sociétés.

Acceptons le mot. Loin de la « fin de l’histoire » du libéral Fukuyama, il croit aux capacités créatrices de l’humanité. Tout commence toujours par une innovation, un nouveau message déviant, marginal, modeste, souvent invisible aux contemporains…

Il existe sur tous les continents un bouillonnement créatif, une multitude d’initiatives locales dans le sens de la régénération économique ou sociale ou politique, etc.

S’il faut que se constitue une conscience de Terre-Patrie, il faut aussi promouvoir, de façon démondialisante, l’alimentation de proximité, les artisanats de proximité, les commerces de proximité, le maraîchage de proximité, les communautés locales et régionales…

Le très sérieux (et, avant la crise financière, très libéral et monétariste) Monde de l’économie titre le 15/12/09 :

Partager autrement le pouvoir dans l’entreprise : juristes et experts suggèrent de limiter le pouvoir des actionnaires dans les grandes firmes au bénéfice des salariés.

L’absence de responsabilité des actionnaires réunis en société anonyme, leur permet de percevoir les bénéfices de la performance sans risquer les pertes de valeur sociale ou environnementale) que l’activité de l’entreprise engendre… (Antoine Reverchon)

Les statuts de la société anonyme peuvent spécifier que le conseil d’administration accueille des représentants des salariés (à l’instar des conseils de surveillance allemands depuis 1952), ou que les salariés demeurent les principaux associés de la société (SCOP) … (Blanche Segrestin)

Pierre Larroutourou (Le Monde du 14/1/10): C’est seulement en donnant au plus grand nombre un emploi et une vraie capacité de négociation sur les salaires qu’on sortira de la crise.

Michel Onfray revisite sur Internet la tradition anarchiste en soulignant la multiplicité de ses expressions historiques au sein d’un message global de libération. Chez Foucault, Bourdieu, Deleuze, il voit un post anarchisme qui conteste l’échec planétaire du libéralisme comme celui du communisme devenu stalinien dans la monstruosité de sa prolifération étatique. Le post anarchisme agit, incarne, travaille sur le terrain, il tâche de réaliser son idéal anarchiste, puis il adapte, modifie, précise les contenus de sa doctrine en fonction de la résistance du monde à l’application de sa pensée.

Sans doute escamote-t-il le difficile mais inévitable affrontement à la politique réelle dans son actuelle sclérose manipulatrice. On ne peut rejeter naïvement l’héritage des institutions approuvées par l’immense majorité des citoyens même si, simultanément, le devoir est d’en critiquer les défauts flagrants et de se battre aussi à l’intérieur.

Alain Badiou, mêmement, prône le basisme mais en exagérant son propos jusqu’au refus des élections et des partis. Il en reste au bizarre anachronisme d’un fidéisme maoïste, lequel ne résiste pas à son analyse historique comme sordide règlement de compte entre archéos et néolibéraux du PCC…

José Bové regrette la fascination de la gauche pour le corporatisme fonctionnarisé mais c’est pour suivre Cohn Bendit dans le marais centriste…

Tournant décisif ? Le PC vend le siège de l’Huma à la sous-préfecture (fabuleux destin pour l’œuvre d’Oscar N !). Il ose cependant partir aux régionales avec la gauche radicale, sans le PS. ( à suivre…)

Les éditions Syllepse préparent pour mai 2010 un ouvrage collectif sur l’autogestion.

Habitants et architectes unis viennent après cinq ans de lutte, de battre l’ensemble de la classe politique, de Braouezec à Bartolone et Borloo, en obtenant à Pierrefitte un référé qui bloque la scandaleuse démolition du quartier des Poètes, remarquable exemple d’urbanisme à visage humain dont le seul tort était d’abriter 80 % de migrants.

Le regretté Daniel Bensaïd avait consacré dans son livre commun avec Besancenot un chapitre à définir les perspectives de l’autogestion dans les entreprises et les quartiers. Et aussi Courtot, Corcuff, Samary, etc. Sans omettre naturellement les Alternatifs Rouges et Verts…

D’où vient donc que la presque unanimité des partis de la gauche extrême revendiquent, comme le NPA, de façon étroitement corporatiste et totalement insensée, l’embauche d’un million de fonctionnaires, la création d’une banque d’état unique, une planification à la soviétique ? Le monde entier tend à amaigrir le parasitisme d’Etat. Ce n’est pas parce que l’hyperlibéralisme en fait le moyen sordide d’améliorer son taux de profit que cette tendance n’exprime pas aussi une nécessité objective de la société moderne dont, avec l’autogestion, tous les citoyens seraient les bénéficiaires : le dépérissement de l’Etat est le corollaire de l’autogestion. L’Etat et sa bureaucratie pléthorique sont oppressifs par nature, comme le capital, ils pèsent comme un second exploiteur sur la société civile. Un marché progressivement socialiste, dont la « métamorphose » serait contrôlée par les citoyens à la source, est la seule voie viable d’une transformation positive de l’organisation humaine.

Le soutien des luttes défensives des fonctionnaires contre les attaques sarkozystes ne contredit en rien l’effort pour les libérer eux aussi de l’oppression bureaucratique.

Outre la multiplication des micros prises de pouvoir, il convient, dans le débat démocratique, de proposer dès aujourd’hui les mesures législatives précises et réalistes qui ouvrent dans un Etat en processus de dépérissement, les champs légaux de l’autogestion constituante :

  1. extension immédiate du pouvoir des comités d’entreprises ou des conseils de surveillance, contre les délocalisations, le chômage les pollutions, les aventures financières, pour l’amélioration des salaires et une orientation sagement contrôlée des productions,
  2. décentralisation dans les quartiers de la démocratie municipale - partout un élu pour deux cents électeurs - pour accroître le nombre de conseillers militants qui contrôlent efficacement les maires rotatifs et les rouages étatiques, en dégonflant leur matelas bureaucratique et médiatique.
Il faudra plus d’une hirondelle pour qu’un printemps des peuples refleurisse et mette fin au pouvoir des 100 familles qui possèdent héréditairement le CAC 40 en s’appuyant sur l’Etat bureaucratique. Multiplions les nids et les niches qui fassent éclore l’autogestion !

Jean-Pierre Lefebvre, urbaniste, toujou la, janvier 2010

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Foumonde

Author: Foumonde

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading