Last site update 29/10/2020

To content | To menu | To search

Que léguons-nous au féminisme ? - 2

Par: Coa­li­tion des “hys­té­ri­ques” et fiè­res de l’être.

Ce que lègue notre géné­ra­tion au fémi­nisme, à pre­mière vue pas grand chose. Nos grand-mères ont obtenu le droit de vote, nos mères la con­tra­cep­tion et l’ivg (ces deux der­niers points con­cer­nant autant les hom­mes que les fem­mes d’ailleurs, à part une qui a réussi à le faire croire, on n’a encore jamais conçu un enfant seule). Nous nous som­mes repo­sées, sur leurs lau­riers, tout était en place et tout avan­ce­rait pro­gres­si­ve­ment pen­sions-nous. Cer­tes tout n’était pas par­fait mais les men­ta­li­tés évo­lue­raient len­te­ment mais sure­ment, nous seri­nait-on. Et pri­ses dans nos vies com­pli­quées de femme, nous nous som­mes lais­sées por­ter, mais à force de ne pas avan­cer, nous recu­lons.

D’abord il y a eu toute cette con­tre-image de la fémi­niste, hys­té­ri­que, moche, mal bai­sée, mal frin­guée etc… Et dans notre société de l’appa­rence, beau­coup n’ont pas osé affron­ter cette opi­nion. Alors qu’être fémi­niste n’a aucune influence sur notre fémi­nité ou non: on peut être fémi­niste avec ou sans talons, en robe ou en jeans, notre phy­si­que n’a pas grand chose à voir avec l’his­toire, et fort heu­reu­se­ment pour nous, les fémi­nis­tes ont une vie sexuelle aussi épa­nouie que les autres. D’ailleurs, l’éga­lité, serait que même avec des talons de 10 cm, une petite robe, je ne sois pas emmer­dée, et que mon effi­ca­cité soit recon­nue. Que je n’ai pas à me dégui­ser en mec pour les réu­nions de bou­lot pour être enten­due.

L’éga­lité est déjà là, nous dit-on. Quelle éga­lité? Lors­que nous com­men­çons à tra­vailler, sou­vent après les mêmes étu­des que nos hom­mes (il ne faut pas se leur­rer, nous som­mes dans une société endo­game), on nous regarde avec sus­pi­cion. Si nous avons des enfants (et oui, même le patron qui est un homme, sait bien que chez lui c’est sa femme qui gère le quo­ti­dien), et encore plus si nous n’en avons pas encore, ça ris­que d’arri­ver, et les con­gés mater­nité, c’est tou­jours lourd à orga­ni­ser. Pour un homme, on par­lera diplô­mes, expé­rience, objec­tifs etc… A tout cela pour une femme on ajou­tera: orga­ni­sa­tion fami­liale. Quel homme a eu à se jus­ti­fier de ses éven­tuels pro­jets de pater­nité ou du mode de garde de ses enfants? En plus de tout ce qui est demandé à cha­que sala­rié, nous jouons notre cré­di­bi­lité pro­fes­sion­nelle à notre capa­cité à ren­dre notre famille invi­si­ble autre­ment que par une jolie photo sur le bureau (et encore, c’est mieux perçu pour un homme que pour une femme). La plu­part des mères jon­glent en per­ma­nence, entre les besoins de leurs enfants, de leur mari et leur bou­lot, le tout avec le sou­rire, sinon c’est que nous som­mes aigries ou débor­dées, et de débor­dées à dépas­sées… Aussi effi­ca­ces que nos col­lè­gues, en moins de temps for­ce­ment, on nous plombe avec la dis­po­ni­bi­lité! A croire que ce terme et la réu­nio­nite aigüe, n’ait d’autre but que de nous éjec­ter dès que ça devient sérieux. Le fameux pla­fond de verre qu’on se prend évi­dem­ment de plein fouet, puis­que tout est conçu pour que nous ne puis­sions accé­der aux pos­tes les plus inté­res­sants. Pour­tant nous abat­tons le même bou­lot, et s’écou­ter par­ler à 19h30, n’a jamais fait pro­gres­ser les idées.
C’est vrai dans le monde du tra­vail, mais dans le monde mili­tant est-on vrai­ment plus clairs ?

Je parle des mères que nous som­mes sou­vent, mais les fem­mes ne dési­rant pas l’être seront tou­jours soup­çon­nées de vou­loir le deve­nir, et exhor­tées par tout leur entou­rage et la société à pas­ser le pas, à entrer dans la norme. Comme si une femme devait néces­sai­re­ment enfan­ter pour en être vrai­ment une.
Bref, dans un sens comme dans l’autre, pro­fes­sion­nel­le­ment nous som­mes pié­gées.
Mais bouge-t-on pour autant? Non, nous n’avons pas le temps dans nos vies de din­gues. Et tout ça pour quoi? C’est l’éga­lité, nous dit-on. Bon, pas pour les salai­res, tou­jours 30% de dif­fé­rence. Une paille! D’ailleurs dès qu’une pro­fes­sion se fémi­nise, elle perd en pres­tige et en pou­voir d’achat. Nous som­mes nous une seule fois rebel­lées? Pas du tout. Et à grand ren­fort de maga­zi­nes fémi­nins, nous nous affa­mons pour res­ter dési­ra­bles après nos gros­ses­ses et nos sand­wi­ches du midi (en fai­sant les cour­ses), nous nous pom­po­nons pour nos hom­mes, telle la ména­gère des années 60, nous le déten­dons lorsqu’il ren­tre tard (le pau­vre, il a des res­pon­sa­bi­li­tés lui).
D’ailleurs notre homme est pour l’éga­lité: il lui arrive de faire la vais­selle (quel­ques fois dans l’année), la cui­sine (le repas sympa avec des amis qui s’exta­sient et te disent ta chance d’avoir un mari fin cui­si­nier. Le bon repas, tu aimes aussi, mais tu te tapes tous les repas de tous les soirs), les cour­ses (chez le caviste, par­fois à la librai­rie, et ache­ter les voi­tu­res tous les 5 ans,  c’est sur que c’est pre­nant). D’ailleurs si vous fai­tes une remar­que aigre-douce, il s’enquerra de votre cycle hor­mo­nal. C’est bien connu, si une femme râle, c’est qu’elle va avoir ses règles, pas qu’elle a une rai­son légi­time de le faire.
Il est pres­que fémi­niste notre homme, il est pour l’éga­lité, il en débat très doc­te­ment avec ses cama­ra­des dans des réu­nions où on repense la société en terme géné­reux et géné­raux, mais où la place des fem­mes n’est jamais une prio­rité. Juste un pro­blème parmi d’autres autre­ment plus urgents. D’ailleurs, il y a peu de fem­mes à ces réu­nions tar­di­ves, faut bien que quelqu’une garde les enfants ou elles sont sim­ple­ment exté­nuées. Pour peu qu’on vienne en cou­ple, on esti­mera natu­rel­le­ment que l’homme s’exprime pour les deux, s’éton­nant même que la femme demande son tour de parole alors que son mec a déjà parlé. Si deux per­son­nes, jus­que là con­si­dé­rés, comme deux indi­vi­dus dis­tincts s’unis­sent, la femme perd son iden­tité et devient la copine de… . et ça dans des milieux soient-disant ouverts.

D’ailleurs, la ville est-elle sûre pour une femme qui sort le soir? Ne cher­che-t-elle pas les ennuis? D’ailleurs une femme agres­sée est tou­jours soup­çon­née d’en être en par­tie res­pon­sa­ble: elle était en jupe, elle était en jeans, il était 3h du mat, ou 3h de l’après-midi d’ailleurs, elle aurait du se méfier…. Stop!!! Il y a autant de ris­ques quel­que soit l’habille­ment ou le com­por­te­ment, on le sait, mais on l’oublie.  Main­te­nant on peut refu­ser aussi de se lais­ser pri­ver de sa liberté de cir­cu­ler parce qu’un con­nard frus­tré pour­rait croi­ser notre route.
Et la mai­son est-elle moins dan­ge­reuse, com­bien de vio­lence sont domes­ti­ques? Et qu’on ne nous sorte pas l’alibi du mal­heu­reux homme battu (on com­pa­tit, il a sa place parmi nous, mais ne le lais­sons pas être l’arbre qui cache la forêt). Là aussi la femme est cou­pa­ble, elle n’a qu’à par­tir bien sur, si elle revient c’est qu’elle aime ça. Sauf que rien n’est prévu pour, où ira-t-elle, dans quel­les con­di­tions, qui la pro­té­gera con­tre le lar­gué furieux (com­bien d’hom­mes tuent leur fem­mes, et leurs enfants, cha­que année suite à une sépa­ra­tion).

Bref, notre course éper­due pour tout gérer nous épuise len­te­ment et sûre­ment et bien sou­vent au 3ème enfant, voire au 2nd, nous bais­sons les bras. Met­tons entre paren­thèse notre car­rière, déjà fort com­pro­mise depuis que nous avons mon­tré notre désin­té­rêt en allant récu­pé­rer le petit der­nier malade, parce que de toute façon, l’école pré­vient la maman. Et puis, la car­rière de Mon­sieur est si pre­nante qu’elle vous laisse seule à bord, et qu’elle impli­que cer­tains sacri­fi­ces. Que vous fai­tes de bon cœur, vous êtes un cou­ple, une famille. Soit vous arrê­tez, soit vous pre­nez un mi-temps. N’espé­rez pas vous repo­ser pour autant: qui dit femme au foyer, dit dis­po­ni­ble dans l’esprit de tous, l’école, la mai­rie, la can­tine, tous les bou­lots qui petit à petit sont lais­sés aux béné­vo­les…Plus le ménage, les cour­ses, les repas, la les­sive, les enfants. Com­ment mère indi­gne, vous vou­driez lais­ser vos enfants à la can­tine alors que vous ne tra­vaillez pas, à vous de tout faire tenir dans la tran­che 8h30-11h30 et 13h30-16h30, sans oublier les tra­jets et les acti­vi­tés extra-sco­lai­res, le sport pour res­ter jolies et dési­ra­bles. Sur­tout ne vous plai­gnez pas d’être fati­guée quand votre homme ren­tre, il a un vrai tra­vail lui, il a le droit d’être irri­ta­ble…
Mais ce n’est que ponc­tuel d’ailleurs l’éga­lité pro­gres­se­rait natu­rel­le­ment, pen­sions nous autre­fois. Main­te­nant on n’est plus dupes mais on fait rire quand on parle de fémi­nisme, com­ment une femme au foyer peut-elle par­ler de fémi­nisme? Alors on la ferme.
Et puis un jour autour de la qua­ran­taine, on se demande si  tout ça en vaut vrai­ment la peine? Que s’épui­ser pour un homme qui ne prend pas le relais, qui trouve ça si natu­rel qu’il ne lui vient pas à l’idée de nous en remer­cier, n’a pas de sens. Où est la jolie vie de cou­ple que nous avions cru cons­truire. Et alors, puis­que nous nous som­mes endur­cies au fil de ces années de labeur invi­si­ble, nous déci­dons de par­tir.
Et c’est là que nous som­mes for­tes. Mal­gré notre dépen­dance psy­cho­lo­gi­que, éco­no­mi­que, nous quit­tons nos maris. Du temps de nos mères, les hom­mes quit­taient les fem­mes de 40 ans pour une jeu­nette, actuel­le­ment dans la plu­part des cas ce sont nous qui par­tons. Parce que nous som­mes for­tes. Et l’homme pleure, geint, ne com­prend pas. Il réclame bien fort ses enfants, avec qui il joue par­fois, mais dont il con­nait peu le quo­ti­dien, là, il la vou­drait l’éga­lité. Et on essaie de nous faire pleu­rer sur le sort de ces mal­heu­reux? Dans un tiers des cas au bout de 2 ans, ils ont oublié leur pro­gé­ni­ture ou du moins ne les voient plus. Et à vrai dire un week-end sur deux et la moi­tié des vacan­ces sco­lai­res, c’est con­for­ta­ble. Et nous nous repre­nons notre vie de din­gue en bos­sant comme des cin­glées, en déployant des tré­sors d’ingé­nio­sité pour que notre sta­tut de mère céli­ba­taire n’obère pas notre retour, dif­fi­cile, sur le mar­ché du tra­vail.  Parce que comp­ter sur une pen­sion ali­men­taire pour nour­rir sa famille est assez aléa­toire (40% ne sont pas payées et de tou­tes maniè­res elles sont fai­bles), si vous avez été mariées, vous aurez peut-être une pres­ta­tion com­pen­sa­toire, cal­cu­lée sur 8 ans maxi, pour les autres, vous n’aviez qu’à être mariées non mais. Et si à 40 ans, vous vous sépa­rez sans avoir d’enfant, aux yeux de tous, vous avez vrai­ment tout raté.
Bref, ce n’est pas facile, mais nous som­mes for­tes, nos vies nous ont fait for­tes. Indi­vi­duel­le­ment nous retrou­vons notre liberté, et c’est là que nous nous ren­dons compte qu’à force de nous repo­ser sur les batailles de nos mères et grand-mères nous avons reculé:
Reculé quand nous nous aper­ce­vons, pour nous ou pour nos filles, que le droit à l’avor­te­ment est devenu en bien des endroits théo­ri­que à force de man­que de moyen. Que des jeu­nes-filles vous deman­dent sur la plage si vous n’avez pas honte de mon­trer vos seins. Que les dépu­tés (à 85% des hom­mes) pro­po­sent de sup­pri­mer les tri­mes­tres octroyés aux mères de famille pour leur retraite sous le cyni­que pré­texte d’éga­lité avec les hom­mes. Par­lons-en d’éga­li­tés, les retrai­tes fémi­ni­nes sont de 40% infé­rieu­res à cel­les des hom­mes !

Et il fau­drait com­pa­tir avec ces pau­vres hom­mes débous­so­lés? Reve­nir en arrière, on serait allé trop loin? Allé où trop loin? Ne tra­vaillons nous pas plus pour gagner moins? Ne som­mes nous pas sous-repré­sen­tées dans tou­tes les ins­tan­ces de déci­sions, dans l’entre­prise comme au niveau de la nation. On a boy­cotté l’Afri­que du Sud de l’apar­theid, c’était bien, mais que fait-on con­tre les pays qui oppri­ment les fem­mes ?
On espé­rait des com­pa­gnons dans tous les sens du terme, mais dans la plu­part des cas, nos hom­mes n’ont rien fait pour chan­ger un sys­tème qui les favo­rise et nous non plus d’ailleurs. Et ils n’ont pas fait  leur part. On s’insurge indi­vi­duel­le­ment, nous con­gé­dions l’homme qui n’assure pas, mais aucune de nous n’a vrai­ment reven­di­qué col­lec­ti­ve­ment sur l’iné­ga­lité per­sis­tante, nous avons laissé dire et pen­ser que ce n’était pas le plus urgent. Nous som­mes et vic­ti­mes et com­pli­ces de cet effri­te­ment de l’héri­tage de nos mères, mais main­te­nant ça suf­fit.
Nous assu­mons d’être qua­li­fiées d’hys­té­ri­ques et nous som­mes même con­ten­tes de l’être. Cette apa­thie, cette rési­gna­tion douce nous a assez couté.
Pour les autres qua­li­fi­ca­tifs, ça se dis­cute, mais pour mal bai­sées…. Comme nous le font remar­quer les hom­mes, il y a vrai­ment une iné­ga­lité sur ce point, pour les fem­mes c’est quand elles veu­lent et sans avoir à sor­tir le grand jeu. Peut-être est-ce ça que les hom­mes veu­lent nous faire payer…


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Collective d'auteures

Author: Collective d'auteures

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Continue reading

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Continue reading