Dernière mise à jour 24/06/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Riverains d'antennes-relais : ADN en danger

Association nationale P.R.I.A.R.T.EM
Correspondance : P.R.I.A.R.T.EM - Collectif des Electrosensibles de France; 5, Cour de la Ferme Saint-Lazare ; 75010 Paris
Email : Cliquez -  Tél : 01 42 47 81 54
www.priartem.fr - www.electrosensible.org

Communiqué du 19 mars 2018

Riverains d’antennes-relais : ADN en danger

L’exposition chronique à faible dose aux rayonnements de la téléphonie mobile

endommage l’ADN des riverains d’antennes-relais

 

Publiée dans une revue scientifique à comité de lecture, une étude novatrice menée par une équipe de chercheurs indiens vient conforter la thèse de l’existence d’effets de l’exposition chronique aux radiofréquences à faible dose.

Les chercheurs ont comparé un groupe de personnes exposées à des antennes de téléphonie mobile à un groupe non exposé, selon un protocole permettant de minimiser les biais et les facteurs confondants. A partir de prélèvements sanguins, ils ont cherché à connaître l’effet de l’exposition sur le stress oxydatif, ses conséquences métaboliques et les dommages induits sur l’ADN. Pour ce faire, ils ont utilisé cinq marqueurs biologiques permettant de recouper l’analyse des résultats.

L’exposition moyenne du groupe exposé s’élève à 1,37 V/m et les expositions les plus élevées ne dépassent pas 1,7 V/m, soit des expositions rencontrées chez nombre de riverains d’antennes en France. Malgré ces niveaux très faibles en comparaison des valeurs-limites d’exposition réglementaires, les résultats sont édifiants et nous interpellent à plus d’un titre :

  • La proximité de l’antenne, le nombre d’années d’exposition à l’antenne et le niveau d’exposition (particulièrement >4 mW/m2 soit 1,23V/m) ont un effet statistiquement significatif sur les 5 marqueurs.

  • On note également un cumul d’effet de l’usage à long terme (plus de 5 ans) et régulier (au-delà de 3 heures par jour) du portable lorsqu’il est associé à l’exposition chronique aux rayonnements des antennes sur le marqueur de génotoxicité.

Les auteurs proposent, pour expliquer ces résultats, un mécanisme d’action des radiofréquences basé sur la production de radicaux libres délétères pour les cellules et l’ADN et ils concluent : « La présente étude montre que vivre près d’une station de base ou utiliser régulièrement un téléphone mobile endommage l’ADN et peut avoir, à long terme, un effet sanitaire. La persistance d’ADN non réparés entraîne une instabilité génomique qui peut évoluer vers des maladies incluant l’induction de cancer. »

Pour Janine Le Calvez, vice-présidente de PRIARTEM: « Avec de tels résultats, il va être difficile de dire que les normes nous protègent et que les riverains d’antennes se plaignant de troubles ne souffrent, en réalité, que de la vue de ces antennes ou de la peur des ondes. La plupart des symptômes qu’ils décrivent sont tout à fait explicables par du stress oxydatif et des dommages à l’ADN. Il est de notre responsabilité de faire connaître largement cette étude solide dont les résultats préoccupants vérifient sur le terrain ce que l’on sait déjà sur la génotoxicité des radiofréquences et leur impact sur le stress oxydatif ».

Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM ajoute : « A l’heure où l’État entend accélérer le développement de toutes ces technologies, continuer sans réelle contrainte ni environnementale ni sanitaire, relève aujourd’hui de l’irresponsabilité. Nous demandons plus que jamais une réglementation réellement protectrice des populations ».

PJ : Note technique sur l’étude

Référence de l’Etude : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28777669

Contact presse :

Priartem : 01 42 47 81 54


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Association nationale P.R.I.A.R.T.EM

Auteur: Association nationale P.R.I.A.R.T.EM

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés



À voir également

Defendons_la_liberte_d__expression.jpg.jpg

Areva déboutée, les antinucléaires relaxés

Au terme de lus de trois années de harcèlement et d’une procédure sans fin, la justice a tranché : non les antinucléaires de la CAN-SE n’ont pas diffamé Areva par leur propos. Bien au contraire, ils ont permis d’informer en toute honnêteté la population des atteintes sanitaires et à la vie perpétrées par les activités nucléaires ainsi que mis en lumière le noyautage des institutions et la complicité de certains élus avec le lobby nucléaire.

Lire la suite

communique_de_presse.gif

Nucléaire : Mme Royal déraisonne

En se déclarant «prête à prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales nucléaire», Mme Royal fait une annonce qui se veut rassurante pour une nucléocratie française qui s’entête à vouloir donner un avenir à une technologie obsolète et une industrie surannée.

Lire la suite