Last site update 30/11/2020

To content | To menu | To search

Caen, le 19 mars 2009

Le 29 jan­vier déjà, la mani­fes­ta­tion caen­naise avait dépassé en nom­bre les plus impor­tan­tes de l’his­toire récente de cette ville, y com­pris cel­les de 1995 et du « CPE » en 2006.  Aujourd’hui les ren­sei­gne­ments géné­raux nous disent avoir compté 5 000 mani­fes­tants de plus qu’en jan­vier.
Pour ce 19 mars 2009, sans ren­trer dans les éter­nel­les que­rel­les de chif­fres, on retien­dra les nom­bres de 24 000 pour la police et de 40 000 par les orga­ni­sa­tions. On notera aussi que c’est bien 5 000 per­son­nes de plus que l’on aura dénom­bré dans la rue… selon la police. Ce n’est pas rien dans cette ville de 110 000 habi­tants un jour de semaine. Il n’y avait en effet pas que le soleil pour atti­rer tant de monde. Outre une grande diver­sité de la repré­sen­ta­tion (sala­riés du privé et de la fonc­tion publi­que, asso­cia­tions, inter­mit­tents, chô­meurs, pré­cai­res, retrai­tés et même des poli­ciers) il y avait sur­tout ce malaise gran­dis­sant de per­son­nes qui ne se sen­tent pas écou­tées, encore moins enten­dues.

C’est dans l’air, dans tou­tes les dis­cus­sions. Plus que la crise elle-même, c’est la poli­ti­que du gou­ver­ne­ment qui mécon­tente, inquiète, fâche, énerve. Sur les ban­de­ro­les de clas­si­ques mots d’ordre : « pou­voir d’achat, emplois… ». Mais ça ne sem­ble plus suf­fire comme si le sen­ti­ment du mépris s’en était mêlé. Face à ce “rou­leau com­pres­seur” qui s’en prend aux droits et aux liber­tés indi­vi­duel­les, “c’est plus loin qu’il faut aller (…) sor­tir des reven­di­ca­tions caté­go­riel­les pour un vrai chan­ge­ment !” Mais lequel ?
L’hori­zon ne sem­ble offrir aucune alter­na­tive poli­ti­que, les syn­di­cats frei­nent à élar­gir reven­di­ca­tions et débats. C’est un tout autre modèle de société qu’il fau­drait envi­sa­ger. Tous le sen­tent, tous le savent. Les évé­ne­ments de la Gua­de­loupe sont dans tou­tes les bou­ches et ce n’est pas une jour­née de plus, fusse-t-elle de 5 mil­lions de per­son­nes dans les rues qui fera réel­le­ment la dif­fé­rence. Qui fera avan­cer la volonté des citoyens ? Qui fera flé­chir ce gou­ver­ne­ment et com­ment ?

Ins­ti­tu­tions, par­tis poli­ti­ques, syn­di­cats, tous don­nent l’impres­sion de con­fis­quer la parole pour lais­ser place à une repré­sen­ta­tion de plus en plus éloi­gnée des citoyen-nes. Les orga­ni­sa­tions clas­si­ques sont de moins en moins en situa­tion d’enten­dre parce qu’elles ne sont plus en mesure d’écou­ter. On dénom­bre de plus en plus de mani­fes­tants dans les rues, beau­coup moins dans les AG orga­ni­sées par les syn­di­cats quand il s’en tient !
Les atten­tes sont tel­les que cette désaf­fec­tion n’est pas assi­mi­la­ble à un “blanc-seing” accordé aux délé­gués syn­di­caux. S’en dou­tent-ils vrai­ment ? Quoiqu’il en soit, à l’évi­dence, il s’agit d’une véri­ta­ble crise de con­fiance à leur égard. On en veut pour preuve la mul­ti­pli­ca­tion des col­lec­tifs et orga­ni­sa­tions auto­no­mes et auto­gé­rées, signes d’un réel besoin, d’une néces­sité de s’expri­mer, d’être écou­tés et d’être enten­dus. C’est bien de Démo­cra­tie dont il retourne !


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Anne Flambard

Author: Anne Flambard

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (3)

Nazou Nazou ·  22 March 2009, 22h30

Tout d’abord bravo pour le site, quand on a le cou­rage de lire on se dit après quel­ques arti­cles que ce n’est pas for­cé­ment du temps perdu.
Ensuite mon petit avis per­son­nel con­cer­nant ton texte; mon éter­nel bla­bla à moi mais pour­tant tou­jours aussi ancré dans ma petite tête :

Des syndicats...Ok....Des partis politiques...OK...Les autres institutions....Ok... toutes ces formes d'institutions devant soi-disant donner la parole au peuple ne servent pour moi qu'à le canaliser. Il faut cependant s'organiser me diras-tu; certes, mais un peuple vraiment en colère peut très bien s'en sortir seul.

Il y a une phrase intér­res­sante que j’ai lu qui dit qu’une société démo­cra­ti­que est anti-révo­lu­tion­naire car plus la démo­cra­tie avance plus il y a de gens qui aurai quel­que chose à per­dre en se révol­tant. Je m’aper­çois cha­que jour que cette phrase est vraie ^^
Si le peu­ple en a tel­le­ment marre, si les supers fran­çais, peu­ple d’éter­nels râleurs en a vrai­ment ras le bol pour une fois, qu’il se bouge de lui même !!! Som­mes-nous à ce point au ser­vice de la bureau­cra­tie pour que l’on éprouve le besoins d’ins­ti­tu­tion­na­li­ser nos révolte ? Une révolte c’est spon­ta­née, non pré­vue, et c’est ce qui fait sa force.
Ce site est très inté­res­sant et je le fais tour­ner et il sera lu, mais tant que les gens n’ose­rons pas pren­dre de vrais ris­ques rien ne se pas­sera ( à mon hum­ble avis de gamin de 18 piges qui déses­père de voir un pays qui pour­rait être si beau deve­nir un vrai régime tota­li­taire en puis­sance! ) ( oui j’aime les grands mots =) ).

Anne Anne ·  25 March 2009, 15h40

@Nazou : oui, Nazou il faut s’orga­ni­ser et un peu­ple n’a pas for­cé­ment besoin de tou­tes ces ins­ti­tu­tions qui lui volent la parole plus que de la lui don­ner, encore moins la por­ter. Mais regarde aujourd’hui, des mots d’ordre dis­per­sés, des reven­di­ca­tions sec­to­riel­les, du cha­cun pour soi, tous sen­tent que ça ne va pas, qu’il faut arrê­ter cette course des­truc­trice après une crois­sance mor­ti­fère. Arrê­ter mais pour quelle autre société?
rien qu’en repre­nant les prin­ci­paux mots d’ordre:
Défen­dre l’emploi?
Con­ti­nuer à fabri­quer des voi­tu­res au même rythme, sans pen­ser à d’autres éner­gies, d’autres moyens de trans­port? Com­ment sans repen­ser com­plè­te­ment “le tra­vail”?
Aug­men­ter le pou­voir d’achat?
Don­ner une “bouf­fée d’air” à ceux qui n’ont rien, bien sûr, mais sinon pour ache­ter plus donc pro­duire tou­jours plus en pillant les res­sour­ces de la pla­nète sans comp­ter?? Sans abo­lir les pro­fits moné­tai­res…

Il nous faut cons­truire du com­mun, entre citoyens, démo­cra­ti­que­ment, libé­rés des ins­ti­tu­tions, réflé­chir ensem­ble là où nous vou­lons aller.

à l’heure actuelle, sans autre idée com­mune qu’un “ras le bol” géné­ra­lisé nous pren­drions le ris­que d’une répres­sion sans rete­nue, le ris­que de redon­ner force aux “ten­ta­tions” les plus noi­res, racisme, extré­mis­mes reli­gieux, guer­res, repli natio­na­liste…..

Cons­truire du com­mun, voilà ce que je sou­haite, inves­tir cette colère, la ren­dre créa­trice…
Décou­vrir, faire con­naî­tre d’autres pos­si­bles, choi­sir ensem­ble où nous vou­lons aller…. c’est un tra­vail énorme qui nous attend et que l’on ne peut lais­ser aux seu­les ins­ti­tu­tions, tu as rai­son.
Il faut trou­ver, se don­ner le(s) moyen(s) que tous y par­ti­ci­pent: c’est choi­sir la Démo­cra­tie comme stra­té­gie

http://www.netoyens.info/index.php/…

Nazou Nazou ·  26 March 2009, 22h54

Cer­tes; mal­heu­reu­se­ment le peu­ple fran­çais n’est, à mon hum­ble avis, pas aussi futé que les quel­ques per­son­nes qui se mobi­li­sent ici par exem­ple. Oui ils étaient 3 000 000 dans les rues, oui ils ne sont pas con­tent, oui ils veu­lent chan­ger. Seul pro­blème, quand on leur pro­pose de se bou­ger vrai­ment, il n’y a subi­te­ment plus per­sonne.
Toc­que­ville avait rai­son on disant que les démo­cra­ties sont anti-revo­lu­tion­nai­res du fait que lors­que les iné­ga­li­tés se rédui­sent, le nom­bre de per­son­nes ayant quel­que chose à per­dre dans une révo­lu­tion aug­mente et ils ne sont plus mobi­li­sa­bles.
Bien­ve­nue dans la petite France occi­den­tale embour­geoi­sée, trop heu­reuse de pou­voir se baf­frer de tous les pri­vi­lè­ges qu’on lui octroie; elle en est deve­nue obèse et elle ne peut plus bou­ger son hum­ble pos­te­rieur pour pren­dre la télé­com­mande et chan­ger de pro­gramme…celui qu’on lui pro­pose est tel­le­ment plus facile à sui­vre ^^
La démo­cra­tie oui, mais avec des citoyens prêt à la vivre, et par­fois on se le demande….

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading