Last site update 19/02/2020

To content | To menu | To search

L’Islande protège Julian Assange (WikiLeaks)

Le fon­da­teur de Wiki­Leaks, Julian Assange, passé à la clan­des­ti­nité dans la crainte d’une arres­ta­tion immi­nente par les auto­ri­tés états-unien­nes, trouve encore en Islande un sou­tien judi­ciaire et poli­ti­que qui ne se mani­feste ailleurs dans le monde que par le silence et par des obs­ta­cles.

La dépu­tée islan­daise Bir­gitta Jons­dot­tir, prin­ci­pale pro­mo­teur de la con­ver­sion de son pays en un refuge pour la liberté d’expres­sion et en l’occur­rence pour Wiki­leaks, a informé, quand c’était pos­si­ble, des der­niè­res péri­pé­ties d’un homme dis­posé à pren­dre tous les ris­ques comme lors des révé­la­tions prou­vant les abus com­mis à Guan­ta­namo, les assas­si­nats extra­ju­di­ciai­res au Kenya et la cor­rup­tion ou les opé­ra­tions peu éthi­ques de la ban­que suisse dans les para­dis fis­caux ou plus récem­ment la vidéo mon­trant des ima­ges de tue­rie, trans­for­mée en bla­gue cruelle pour les vic­ti­mes, plus de onze civils dont le pho­to­gra­phe de Reu­ters, Namir Noor-Eldeen et son chauf­feur Saeed Chmagh.

«Ils -  les ser­vi­ces secrets des États-Unis - ont tout fait pour le cap­tu­rer», affirme Bir­gitta Jons­dot­tir, dans une inter­view accor­dée a ABC News y Hulu.com.

Pen­dant ce temps, le lieu de rési­dence d’Assange reste un «mys­tère» même pour la dépu­tée islan­daise qui cepen­dant reste en con­tact tous les jours avec lui. Lorsqu’on l’inter­roge afin de savoir si le fon­da­teur de Wiki­Leaks a peur d’être arrêté, Jons­dot­tir répond : «Oui, très peur».

Jons­dot­tir aussi a con­tri­bué à créer le sus­pens autour de la publi­ca­tion immi­nente d’une vidéo con­te­nant des ima­ges prou­vant le mas­sa­cre de civils afghan au cours d’une atta­que aérienne par les États-Unis. Elle même l’a qua­li­fie de «pire que la vidéo ira­quienne» qui a pro­vo­qué un scan­dale inter­na­tio­nal.

«Nous espé­rons» qu’elle sera ren­due publi­que «très rapi­de­ment», déclare Jons­dot­tir. «Mais pour des rai­sons de sécu­rité nous avons décidé de ne pas don­ner l’heure à laquelle nous espé­rons la voir publiée».

«Nous allons bien voir ce qui va se pas­ser», déclare t-elle, et «s’il ne se passe «rien», elle sera publiée très vite». Dans un récent cour­riel envoyé à ses par­ti­sans, Assange pré­ci­sait que « le mas­sa­cre de Garani, sur lequel nous tra­vaillons encore avant sa dénon­cia­tion, a tué plus de 100 per­son­nes, prin­ci­pa­le­ment des enfants. Jons­dot­tir a rap­pelé que le Par­le­ment islan­dais a voté cette semaine «à l’una­ni­mité» pour que son pays devienne un «refuge inter­na­tio­nal» per­met­tant d’aider à pro­té­ger les voix et sour­ces qui dénon­cent les abus com­mis au nom de la sécu­rité natio­nale.


Source : http://www.nacion­red.com/
Arti­cle daté du 19-06-2010 et Illus­tré par une vídeo de Demo­cracy Now!
Tra­duc­tion par EJ et MA
Le site Wiki­leaks


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Netoyens.info

Author: Netoyens.info

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

Le point de "non retour"

Sauver le climat ou sauver le système, il faut choisir.

Continue reading

edito.gif

Quand Carlos se gavait !

Le débat ouvert par le mouvement des Gilets Jaunes a de saines vertus. Nous ne parlons pas ici du « grand débat », diversion qui ne trompe que les naïfs patentés, mais du débat intelligent et intelligible auquel participent tous les observateurs honnêtes qui voient dans ledit mouvement la nécessaire occasion de mettre à nu les terribles tensions à l’œuvre dans notre société.

Continue reading