Dernière mise à jour 17/12/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La décroissance, seule réponse à nos problèmes sociaux et environnementaux ?

alliance_of_the_world.jpg« Alerte à l’humanité » : décroissance ou barbarie ?

La publication du plus grand appel scientifique de tous les temps [1] à considérer sérieusement la destruction environnementale planétaire sous peine d’un avenir de misère généralisée, prouve bien que le mouvement de la décroissance est juste dans son analyse et ses propositions.

Peu visible médiatiquement alors que nous ne cessons d’avoir une approche politique responsable et pertinente des enjeux actuels (et nous sommes bien les seuls), nous ne pouvions manquer de réagir sur cet appel.

L’essentiel de l’appel

Cet appel met en avant trois enjeux fondamentaux :

  • La consommation matérielle (qualifiée d’intense et inégale)
  • La croissance de la population
  • Les conséquences environnementales

Il met aussi en avant la nécessité de faire pression sur les dirigeants politiques, en indiquant clairement l’urgence du changement pour ne pas perdre notre seul espace vivable.

La position de « La Maison Commune de la décroissance »

Cet appel est important car sans information de source indépendante, la population ne peut se positionner de manière responsable, surtout sur des enjeux aussi sensibles.

Nous réaffirmons avec force que le monde de la croissance nous a fait dépasser les limites écologiques il y a 3 ou 4 décennies et que les conséquences de ces dépassements nous ont déjà conduits sur une trajectoire d’effondrement : pour les plus pauvres d’entre nous actuellement, mais cela nous conduira tous dans la misère d’ici peu de temps, car on ne peut changer la trajectoire planétaire facilement et rapidement !

Cet effondrement annoncé, causé par le non-respect des limites écologiques, nous conduit inexorablement vers des sociétés de plus en plus inégalitaires et violentes !

La décroissance, seule solution

Il nous faut donc décroître matériellement, rapidement et globalement pour revenir vers des sociétés écologiquement soutenables et socialement décentes.

Les solutions « high tech » ou faussement vertueuses (« green washing ») restent trop souvent les seules réponses pour ne pas remettre en cause notre société où la consommation et l’appât du gain tiennent lieu de finalité politique et sociale. Elles sont pourtant complètement illusoires, les enjeux liés à la surconsommation des ressources, à la dégradation des conditions de vie et à la démographie ne peuvent être ainsi passés sous silence.

Quels que soient les résultats obtenus (dans quelques générations !) par d’hypothétiques politiques démographiques de bon sens, il nous faut adopter dès aujourd’hui des comportements responsables et solidaires en lieu et place de comportements irresponsables et égoïstes.

Car le monde de la croissance conduit sans scrupule sa marche désastreuse et destructrice ! Il y a urgence et ce n’est pas en se positionnant timidement et de manière biaisée que nous apporterons des solutions.

Nous refusons cet avenir de barbarie.
Pour faire pression et inverser le rapport de force, nous devons nous rassembler dans une opposition radicale à ce monde de la croissance hypocrite, injuste et menaçant.

http://processus-decroissance.xyz/


Notes:

[1]  Les groupes territoriaux et la Maison Commune de la décroissance: http://scientistswarning.forestry.oregonstate.edu/


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Contributions

Auteur: Contributions

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

nuclear-power-plant-stop.jpg

Retourner vivre à Fukushima ? Non merci !

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique). par le Collectif pour un monde sans nucléaire 578

Lire la suite

contributions.jpg

Des groupes antinucléaires ont décidé de quitter le Réseau Sortir du Nucléaire

Le Réseau Sortir du nucléaire n’est plus l’outil dont a besoin le combat pour l’arrêt du nucléaire en France. Reconstruire une force antinucléaire au plus près des groupes et des luttes de terrain est désormais nécessaire. 256

Lire la suite