Dernière mise à jour 26/04/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fracture

Par: Coa­li­tion des “hys­té­ri­ques” et fiè­res de l’être.

Frac­ture.
 
Entre deux mon­des écar­te­lée
L’océan comme une frac­ture
Mon cœur déchiré.
Pas pré­pa­rée, pas prête
Sur­prise d’être émue
Par un sou­rire, un regard
Par tant d’atten­tion rete­nue
De ten­dresse en retard.
Les années de brouillard
Ont déposé un voile gris
Pro­vi­den­tielle anes­thé­sie
Dres­sée face aux cau­che­mars
Pro­té­gée des idées noi­res
Immu­ni­sée, aveu­glée
Inca­pa­ble d’aper­ce­voir
A la lumière d’un été
L’étin­celle au fond des yeux
D’un homme cha­leu­reux
L’accueil récon­for­tant
De bras ami­caux ten­dus.
Bles­sée, je n’ai pas vu
Pas senti immé­dia­te­ment
Renaî­tre les sen­sa­tions oubliées
Déchi­rer le voile terne
Enve­lop­pant mes pen­sées
Qu’enfin je dis­cerne
A nou­veau le fris­son
Déli­cieu­se­ment exci­tant
Du désir nais­sant
Au plai­sir de l’aban­don.
Rejaillir la con­fiance
En des moments par­ta­gés
Refluer la méfiance
Envers l’autre ins­tal­lée
Prise au dépour­vue
Très fort, trop tard
Émo­tion sus­pen­due
Et déjà de l’avion le départ.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Collective d'auteures

Auteur: Collective d'auteures

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fresque_NDL_Vinci_Degage.jpg

Vous, le bâton. Nous, les carottes

Vous, Super Ayrault, de votre légitimité de premier ministre, sous la houlette de Hollande,oser faire tonitruer le bruit des bottes à Notre Dame des Landes.

Lire la suite

Jean_Ferrat.png

Jean, mon pays se perd...

Lettre de Philippe Torreton à Jean Ferrat - Parue le 24 Avril 2012 - J’aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J’aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu’à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j’étais à Entraigues il n’y a pas si longtemps et je n’ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c’est sacré !

Lire la suite