Dernière mise à jour 20/10/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tous ensemble ... On lâche rien

LM manif du vendrediLes autorités japonaises pensaient certainement avoir fait le nécessaire pour calmer les manifestants, toujours plus nombreux, en leur donnant à gober de beaux discours sur une sortie du nucléaire dans 18 à 30 ans. Mais il n’en est rien, comme nous le donnent à voir nos amis de Nagano :

Aujourd’hui, après une semaine de “retour en force du lobby pronucléaire au Japon”, j’avais un peu le coeur lourd avant la manif du vendredi…
Et pourtant, quelle énergie j’ai reçue de la part de tous les participants !

La manif de Nagano a peut-être la caractéristique d’avoir une “colonne vertébrale” très forte : c’est la famille de Konno Akemi, réfugiée de Namie (8km de la centrale), qui nous donne du courage chaque semaine par ses discours sur la réalité à Fukushima. Et, du coup, entre les discours, nous scandons des slogans très concrets et très “politiques” en même temps. Politique dans le sens originel : celui de la cite grecque. Cette place de la gare avec la statue de la princesse bouddhique Noze est devenue, chaque vendredi, une véritable agora, un véritable lieu de rencontre démocratique, de plus en plus connu et apprécié, semble-t-il. Cette princesse de Bronze est un peu notre Statue de la Liberté du peuple de Nagano…

En Grèce antique comme partout, tout commence par une “agora”, par un lieu de communion d’hommes de bonne volonté qui s’élargit peu a peu…

Merci a tous de m’avoir rendu un peu d’espoir.

Bien entendu, le nucléaire est une question éminemment politique et menace la démocratie. Il n’en est de meilleure illustration que la situation au Japon. Ainsi que l’omerta sur l’information et les barrages à une expression démocratique, à des choix démocratiques sur le sujet partout où les décisionnaires (politiques et « experts » acoquinés aux intérêts économiques et/ou financiers correspondants) se refusent à ouvrir véritablement le débat. Comme si les citoyens étaient vraiment trop bêtes pour réfléchir posément sur un sujet grave et remettant potentiellement en cause le “confort moderne” qui va avec l’adoration de la techno science.

Mais nous ne faiblirons pas et nous serons toujours plus nombreux, même si les nucléocrates réussissent ici ou là à nous faire taire. Momentanément. Ou définitivement, en allant vers la fin de l’espèce. En effet, quelles solutions nous proposent tous nos éminents intégristes du nucléaire et des OGMs (entre autres) pour que l’espèce survive en bon état aux dommages de la radioactivité et du vivant manipulé dans notre alimentation ? RIEN. LE NÉANT, sinon de la communication à grands frais, sur fonds privés ou publics.

Nous ne sommes et ne serons pas dupes.


MS 120921 drum NONUKES

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Gaulois Gaulois ·  29 septembre 2012, 06h55

Voilà un bel exemple de résistance contre la secte nucléocrate. Puisse les citoyens des grandes puissances atomiques suivre ceux du Japon sur la voix de la sagesse.
La technologie nucléaire est une monstrueuse imposture mise en place par des ” Irresponsables criminels ” qu’il est urgent de stopper.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

el_sistema_esta_obsoleto.png

Des chiffres

L’Empire des chiffres ayant définitivement supplanté la République des lettres les « décideurs » politiques sont passés maîtres dans l’art de choisir les opportunes données leur permettant d’appuyer leurs desseins le plus souvent dictés par « les forces du marché ».

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

Avis de régression générale

À chaque année qui passe les espoirs d’une « mondialisation heureuse » s’éloignent. Certes, seuls les hommes les plus naïfs et ceux qui avaient intérêt à leur faire croire à cette fable grossière usaient ces dernières années de cet adjectif collé à un processus mortifère puisque orchestré par « les nouveaux maîtres du monde » contre les « multitudes ». Partout, les possesseurs du capital exploitent de manière éhontée puis jettent sans vergogne des « flux » de main-d’œuvre qui viennent alors grossir les rangs des outsiders. Partout, une économie de dévoration ravage les écosystèmes pour nourrir en « ressources » épuisables la méga-machine dont les rejets nocifs sont, de plus, impossibles à contenir désormais. Partout, les fractures sociales et écologiques poussent des pans entiers des sociétés humaines vers le désespoir. Sur ce terreau fertile des hommes et des femmes se prétendant de bonne volonté se font élire pour diriger à leur tour le système qui les a si bien servi jusqu’alors. Ils ne feront ensuite qu’aggraver le sort des plus humbles et renforcer celui des nantis car telle est la loi du capitalisme débridé dont ils ne songeront surtout pas à inverser le sens profond.

Lire la suite