Dernière mise à jour 24/07/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Déchirures

Les images du drame firent le tour de la planète à la vitesse des réseaux (sociaux) numériques. On les commenta partout, le plus souvent pour dénoncer la « violence inadmissible » que révéla la captation filmée de la scène. Moins souvent, on opposa à cette violence visible une « autre violence » qui n’avoue jamais son nom mais fait depuis plusieurs décennies tant de ravages. En France, la presse écrite et les JT « populaires » se déchaînèrent dans une hystérie d’autant plus contagieuse qu’elle est peu regardante de la réalité sociale et que les agents propagateurs de l’épidémie moutonnière ont depuis longtemps choisi leur camp. Mettons fin au suspense : la chemise déchirée du Directeur des « ressources humaines » du fleuron de l’aviation civile française est à l’origine de cette tempête globosphérique. Si l’acte ne se borna pas à l’anecdote c’est que peut-être la vulgaire chemise portée par un homme lui-même sans doute plus vulgaire que le vulgum pecus ne l’imagine cache d’autres déchirures. Allons donc regarder derrière le rideau déchiré désormais ce que les bien-pensants ne souhaitent pas que l’on voit et encore moins que l’on dénonce.

La financiarisation exacerbée du capitalisme renforce partout le chômage et la précarité ainsi que, par voie de conséquence, la crainte grandissante d’y tomber chez ceux qui ont encore la chance d’y échapper. Comme rien ne semble pouvoir infléchir le cours mortifère de cette implacable logique, la peur s’installe avec son cortège de gestes maladroits ou d’actes désespérés. Remarquons au passage que les victimes de la « casse sociale » organisée retournent quasiment toujours leur désespoir contre eux-mêmes – suicides, pathologies mentales diverses – et non contre leur patron. Tous ces salariés menacés ou déjà tombés continuent d’aspirer bêtement à la sécurité, de l’emploi d’abord, des services publics de santé ou d’éducation ensuite, de leur vie présente et future enfin. Ils n’ont jamais fait leur l’ancienne et indécente question de Mme Laurence Parisot : « l’amour et l’amitié sont précaires, pourquoi l’emploi ne le serait-il pas ? » Ils ont peut-être un temps espéré une petite amélioration du climat social quand M. Nicolas Sarkozy soi-même se risqua à parler, à Toulon en 2008[1], de « patrons voyous ». Ils savent désormais grâce à M. Manuel Valls que l’on ne fera aucun cadeau aux… « salariés voyous ». Eh oui, l’époque est aux fronts renversés, aux gouvernants déboussolés.

Si la précarité, érigée en vertu dans les élucubrations des économistes néo-libéraux, n’est pas réservée aux plus humbles – 40 à 60% des chercheurs des laboratoires de la recherche publique en France sont dans une situation instable du point de vue de leur emploi – ce sont tout de même eux qui la vivent très majoritairement. Certains observateurs osent – quelle audace ! – avancer l’hypothèse du « retour de la lutte des classes ». L’honnêteté commande de dire qu’elle n’a jamais disparue mais a adopté au fil des transformations du capitalisme des formes plus faciles à dissimuler. Ce n’est pas parce que nombre de sociologues n’ont plus les yeux en face des trous du tissu social que l’objet potentiellement observables n’existe plus. Des études fallacieuses – à dessein ? – prétendent que les inégalités ont été réduites en France ces dernières années. L’Observatoire des inégalités démontrent le contraire, certes en chaussant des lunettes plus sociales que les « zozos » des officines « officielles ».

Si les salariés méconnaissent le plus souvent les chiffres des inégalités, les plus modestes d’entre eux les éprouvent au quotidien. Doit-on s’étonner qu’ils les vivent comme une injustice ? Ils savent confusément que les paradis fiscaux abritent deux cents milliards d’euros détournés de l’impôt et que les « contribuables » français ne sont pas les derniers à ce colossal jeu de dupes. Ils n’ignorent peut-être pas non plus que l’oubli patronal du versement des cotisations sociales dépasse les 16 milliards d’euros en France. Ils ont sûrement entendu dire que sans cette évasion fiscale et sociale, qu’il faudrait enfin avoir le courage de nommer fraude, le « trou de la Sécu », n’existerait pas, que l’Etat bouclerait plus facilement son budget chaque année, que l’on pourrait doter l’École et l’hôpital public des moyens indispensables à leur mission, notamment envers les moins favorisés des citoyens. Et, « par-dessus le Marché », la France pourrait accueillir dignement des centaines de milliers de migrants sans mettre en péril son avenir ou son âme. Au lieu de tout cela, on serine régulièrement que tout le monde doit encore un peu plus se serrer la ceinture !

De fins médecins abondamment promotionnés par les médias dominants se penchent nerveusement au chevet de la France malade, à l’instar d’un Nicolas Bouzou. Leur diagnostic est sans appel : il faut renouer avec le dialogue social dans l’entreprise. Chiche ! Une question embarrassante se pose alors : en admettant qu’un tel dialogue ait un jour existé, qui l’a vraiment rompu ? Les salariés, bien sûr, et leurs représentants syndicaux. Oui, ce sont les mêmes doctes observateurs qui, depuis des années, profèrent inlassablement des diatribes antisyndicales. Ils disent aussi que la France doit proposer à son peuple « un récit » fait d’espérance pour l’avenir. Banco ! Mais, qui va écrire ce récit ? Les élites, le grand patronat, les gouvernants servilement acquis au néolibéralisme économique. Bref, tous ceux qui savent, depuis plus de trente ans, ce qui est bon pour le pays. Oui, il nous faut un récit, un récit nouveau, un récit dans lequel le peuple puisse se reconnaître parce qu’il aura été pleinement reconnu. En l’absence de cette reconnaissance, le mépris entretenu et amplifié envers les « gens de peu » ne pourra que nourrir la « peste émotionnelle » comme la nomme William Reich. Et l’on sait trop bien où cela peut nous mener. Pour le moment, l’air de France reste sacrément irrespirable.

Notes:

[1] Un discours prononcé au lendemain de l’effondrement de Lehman’s Brothers, la grande banque américaine, et du début de la crise des subprimes.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Yann Fiévet

Auteur: Yann Fiévet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite

edito.gif

Big data et petits esprits

Disons-le tout net : nous vivons un hiatus monstrueux. Les milliards de micro-processeurs interconnectés et mus par des algorithmes toujours plus puissants nous permettent de connaître le monde dans ses moindres détails tandis que les hommes qui dirigent ce monde malade de déséquilibres économiques et sociaux grandissants ainsi que d’une crise écologique terrifiante continuent d’appliquer partout les recettes qui ont mené à ce désastreux échec. L’on ne cesse de nous vanter les prouesses à attendre du big data, de l’Internet des objets qui devraient demain résoudre tant de problèmes insolubles jusqu’ici. À en croire les plus optimistes, l’intelligence artificielle poussée à son comble va nous forger un monde quasiment parfait dans lequel tous les risques pesant sur les hommes seront désamorcés avant d’éclater ou de prendre trop d’ampleur.

Lire la suite