Dernière mise à jour 29/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Aux armes, citoyens !

Proclamons qu’il est temps pour les citoyens que nous sommes de nous mettre en marche. Par une mobilisation massive mais dispersée dans tous les recoins de nos territoires, de celles qui font l’Histoire, de celles dont on n’a jamais à rougir car elle se nourrit de nobles valeurs. Une mobilisation dont le commandement ne sera pas confié aux chefs traditionnels devenus incapables de considérer les véritables périls qui nous menaces ou simplement impuissants à les combattre. Une mobilisation dotée d’armes dont les citoyens disposent déjà, souvent sans le savoir. Une mobilisation sur deux fronts qui se rejoignent finalement. Deux combats : un pour et un contre, un pour le climat, l’autre contre la haine. Sonnons le rassemblement !

Cela fait très longtemps que l’état d’urgence aurait dû être déclaré. État d’urgence économique contre le chômage de masse et la grandissante précarité de l’emploi aux terribles ravages. État d’urgence sociale contre le mal logement toujours en hausse depuis vingt ans au moins et l’abandon coupable de quartiers urbains ou de territoires ruraux entiers. État d’urgence écologique contre les modes de production et de consommation responsables du réchauffement climatique, de la destruction de notre environnement, des atteintes graves à notre santé. État d’urgence démocratique contre une classe politique hors-sol d’abord soucieuse de satisfaire des intérêts particuliers contre l’intérêt général, bradant la noblesse du bien commun à l’appétit vulgaire des marchands. État d’urgence culturelle contre l’envahissement publicitaire et les divertissements de masse détruisant les cultures populaires mais aussi contre un jacobinisme désuet opprimant les langues et cultures régionales. Nous pourrions allonger la liste des urgences… N’en jetez plus, la cour est pleine ! Puisque l’État n’a proclamé aucune de ces urgences il nous revient, à nous citoyens de bonne volonté, de le faire et de nous armer en conséquence.

En se trompant d’urgence le sommet de l’État et ses déclinaisons serviles ont alimenté la peur au lieu de la calmer, ont donné libre cours à l’action des forces De « l’ordre » déjà si mal contrôlées, ont ouvert grandes les portes à l’arbitraire, ont renforcé le manichéisme des discours simplistes et encourager ainsi les citoyens les plus fragiles mentalement à rejoindre le camp de la haine de l’Autre qui désormais caracole en tête du premier tour des scrutins électoraux en maints endroits et en attendant mieux ! En ne s’occupant pas des vraies urgences le pouvoir politique ne fait donc que nourrir à la fois la recherche du bouc émissaire et la séduction pour les solutions radicales à l’apparence de vérités. Le pouvoir en place n’est pas seulement coupable d’une négligence qui favoriserait indirectement l’extrême-droite, il spécule sur la montée de cette dernière afin d’éliminer plus facilement son adversaire traditionnel le moment venu. Affirmons-le : cette stratégie de l’apprenti sorcier est criminelle.

Citoyens, fourbissons nos armes ! Mettons-les en pleine lumière : elles sont des armes de vie et non de mort. Elles sont le regard curieux et non craintif ou agressif jeté sur l’autre, le partage autrement Plus équitable de nos considérables richesses tant spirituelles que matérielles, la tolérance envers les différences permettant de repousser l’inquiétante uniformité de nos vies et de nos envies, le sens aigu de la justice par lequel on évite que la balance penche le plus souvent du côté des nantis de l’existence, l’attention soutenue portée à l’intégrité des écosystèmes sans laquelle le sort de l’Humanité sera sérieusement compromis. Cependant, ne cédons pas à la naïveté : on ne combat pas les obscurantismes, l’expression de la haine ou de la barbarie avec seulement de nobles valeurs et de bons sentiments. Affirmons néanmoins que ce combat-là, s’il doit utiliser des méthodes répressives, peut être mené sans renoncement à nos valeurs et sans fournir à l’adversaire de nouvelles armes.

Réalisons que nos armes, déjà utilisées un peu partout dans l’hexagone, produisent de beaux fruits et que sans eux la crise, dans ses multiples dimensions, serait plus grave encore. L’on trouve toutes ces armes dans les réseaux que bâtissent les citoyens soucieux de se réapproprier la maîtrise de leur temps et de leur espace, donc de leur mode de vie et de son impact sur l’environnement et la société. Les circuits courts d’approvisionnements alimentaires foisonnent désormais, les expériences d’habitat participatif se développent, les réseaux d’échanges de savoirs sont une belle réponse aux lacunes des systèmes académiques d’inculcation du Savoir, etc. Le « faire ensemble » et le « faire soi-même » s’attaquent assurément au règne du prêt à consommer de la société marchande. Tout n’y repose pas sur la marchandise et la hiérarchie ; la solidarité y occupe une bonne part, l’usage des choses y prend progressivement le pas sur leur propriété. Toutes ces « marges » doivent s’élargir et se fédérer pour devenir l’alternative au consommationnisme et au productivisme. Affirmons que l’horizontalité des réseaux sociaux à démocratie vivante doit supplanter la verticalité des systèmes économiques et politiques dominants.

Choisirons-nous de poursuivre la course effrénée vers le mur ou de bifurquer à temps ? Citoyens, refusons la résignation !


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Yann Fiévet

Auteur: Yann Fiévet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite

edito.gif

Big data et petits esprits

Disons-le tout net : nous vivons un hiatus monstrueux. Les milliards de micro-processeurs interconnectés et mus par des algorithmes toujours plus puissants nous permettent de connaître le monde dans ses moindres détails tandis que les hommes qui dirigent ce monde malade de déséquilibres économiques et sociaux grandissants ainsi que d’une crise écologique terrifiante continuent d’appliquer partout les recettes qui ont mené à ce désastreux échec. L’on ne cesse de nous vanter les prouesses à attendre du big data, de l’Internet des objets qui devraient demain résoudre tant de problèmes insolubles jusqu’ici. À en croire les plus optimistes, l’intelligence artificielle poussée à son comble va nous forger un monde quasiment parfait dans lequel tous les risques pesant sur les hommes seront désamorcés avant d’éclater ou de prendre trop d’ampleur.

Lire la suite