Last site update 25/11/2020

To content | To menu | To search

Auschwitz 1940-1945 – Palestine 1947-2020

Auschwitz mai 1940 - 27 janvier 1945 ; Palestine 1947-2020

Ainsi donc voici venir une nouvelle « journée de la Shoah » célébrée sur le site de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau. L’occasion pour nombre de dirigeants occidentaux de faire une nouvelle preuve de leur allégeance envers Israël. Il est d’autant plus nécessaire de rappeler que si ce camp a été libéré le 27 janvier 1945, la Palestine, elle, attend toujours sa libération.

La Shoah ne s’est pas terminée avec la fin du régime nazi, elle se poursuit en Palestine occupée par le régime fasciste israélien. Et si la Shoah des juifs a duré cinq ans, celle des palestiniens dure depuis 73 ans et ne semble pas prête de cesser vue la veulerie des pays occidentaux qui ont laissé Israël créer une situation pratiquement irréversible. Tout ce bruit autour de cet anniversaire est surtout fait pour faire oublier qu’aujourd’hui, en Palestine, les bourreaux sont juifs.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 1
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Edrobal

Author: Edrobal

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

el_sistema_esta_obsoleto.png

Eurovision : Qu’ont-ils à la place du coeur ?

Quand on voit les photos de Madonna ou Bilal Hassani, contents d’eux, totalement indifférents aux souffrances des Palestiniens emmurés, torturés, bombardés, qui vont aller chanter chez l’occupant, et qu’on revoit comment Chris Gunness, porte-parole de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, avait éclaté en sanglots en évoquant le sort réservé par Israel aux enfants palestiniens, on se dit que le monde du “showbizz” est sacrément gangréné !

Continue reading

el_sistema_esta_obsoleto.png

La marmite et son couvercle

“Dans ce monde, moi je suis et serai toujours du côté des pauvres. Je serai toujours du côté de ceux qui n’ont rien et à qui on refuse jusqu’à la tranquillité de ce rien.” (Federico Garcia Lorca) « La violence est chose grossière chez les ouvriers (…) mais le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente de gestes désordonnés.  Quelques hommes se rassemblent dans l’intimité d’un conseil d’administration et décident. Ainsi tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, se dérobe et s’évanouit dans une sorte d’obscurité. » (Jean Jaurès, 1906)

Continue reading