Last site update 31/05/2020

To content | To menu | To search

Résignez-vous !

Les tenants de la Droite extrême qui gouverne la France aujourd’hui et la grande majorité des intellectuels qu’il nous reste après la disparition au cours de la dernière décennie de plusieurs figures remarquables du discours critique susurrent quotidiennement aux oreilles du citoyen souvent déjà assoupi la même petite musique lancinante. C’est l’air de la résignation que tous nous fredonnent à l’unisson. Le chœur de la Gauche que l’on ne peut même plus nommer réformiste et les solos opportunément promus par la médiacratie ronronnante accompagnent harmonieusement l’orchestre. Ce bel ensemble se trompe cependant quant à son audience réelle : si une partie du peuple semble attentive, bercée qu’elle est par les langueurs sirupeuses de la symphonie jouée par la « révolution conservatrice », l’autre partie du peuple est tristement engluée dans son désarroi duquel lui parviennent quelques sonorités généralement agaçantes. On a donc grand tort de prendre pour une écoute soutenue ce qui est un sentiment d’impuissance partagée par nombre de spectateurs désarçonnés par l’œuvre – de destruction massive – que les musiciens chevronnés prétendent donner pour le bien de tous.

À en croire les compositeurs et mélomanes du temps, nous serions condamnés à accepter certaines évolutions fatales et à les accélérer pour espérer résoudre les multiples crises qui frappent nos sociétés. Pour résoudre la crise écologique, il faut laisser les Multinationales grossir encore et s’emparer du développement durable dont le sort passe inéluctablement par le Marché totalisant. Pour résoudre la crise financière, faisons confiance au sens moral des banquiers renfloués par l’argent public pour qu’ils produisent enfin un capitalisme vertueux. Pour résoudre la crise sociale, comptons sur la générosité des nantis grâce (!) à laquelle ils sauront inventer les formes modernes de la bienfaisance à usage des démunis. Pour résoudre la crise politique, renforçons le maillage des réseaux de la communication décérébrante et panoptique faisant ainsi vivre enfin pleinement l’idée que la politique n’est plus qu’une affaire d’image. Pour résoudre la crise identitaire, il suffit de ne plus laisser entrer « chez nous » tous ceux qui n’y sont pas officiellement invités et d’expulser ceux qui, tous comptes faits, n’étaient que tolérés à condition de se tenir bien.

Un dogme gouverne la volonté d’imposer à tous la résignation : le Dieu capitalisme est indépassable et pour durer il doit croître toujours. Une fois épuisées les réserves de pétrole conventionnel, il va dévorer d’autres entrailles de la Terre afin d’en extraire de quoi alimenter ses exigeants foyers. C’est le prix à payer pour Sa survie. La malbouffe industrielle et l’agriculture chimique provoquent l’explosion du nombre de cancers dans les pays riches et inversent déjà la courbe de l’espérance de vie aux États-Unis. C’est le prix à payer pour Sa survie. Chez l’oncle Sam les 20% des habitants les plus riches possèdent 84% de la richesse tandis que les 40% les plus pauvres n’en possèdent que… 0,5%. Et l’Europe est sur ses traces. C’est le prix à payer pour Sa survie. Pour que l’Hôpital et l’École deviennent rentables, ces lieux jusqu’ici protégés ne doivent plus être respectivement l’affaire des soignants et des professeurs mais celle des commerçants. C’est le prix à payer pour Sa survie. Tous ces dégâts collatéraux sont criminels, le résultat d’une fuite en avant mortifère, probablement consciente désormais. C’est le prix obligé du Progrès, nous serine-t-on.

Las ! Décrétons que tout cela est parfaitement idiot, d’une idiotie crasse même. Qu’il n’est pas dans l’intérêt de l’Humanité de poursuivre sa route sur ce chemin somme toute si fragile. Que nous voulons une économie du partage en lieu et place de l’économie de la confiscation qui chaque jour gagne du terrain. Osons proclamer partout comme le faisait « l’homme qui rit » de Victor Hugo que « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches ». Ne nous laissons pas intimider par les laudateurs de la Croissance comme unique moyen de notre salut. Raillons ceux qui voient dans la surconsommation le maintien d’une identité digne que la destruction du lien social ne permet plus. Réclamons moins de biens mais plus de liens. Les défenseurs du vieux monde ont des armes ? Oui, et ils s’en serviront quand ils ne s’en servent pas déjà. Nous en avons d’autres, et autrement plus convaincantes à bien y réfléchir. Appelons encore La Boétie à notre rescousse : ils sont grands car nous sommes à genoux. Oui, indignons-nous ! Et marchons.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

4.5/5

  • Note: 4.5
  • Votes: 4
  • Higher: 5
  • Lower: 3

Yann Fiévet

Author: Yann Fiévet

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading

edito.gif

Il n’y a pas que le Covid-19 qui tue. Suite…

15 MAI 2020 - depuis 72 ans que cela dure !La Nakba, c’est la Shoah des palestiniens…

Continue reading