Last site update 27/02/2021

To content | To menu | To search

Inhumanité douce

La gan­grène que repré­sen­tent l’hégé­mo­nie de la doxa mana­gé­riale et ses effets dévas­ta­teurs sur les corps et les esprits des hom­mes et fem­mes au tra­vail est désor­mais patente. Elle reste cepen­dant encore insuf­fi­sam­ment dénon­cée. La puis­sance publi­que, essen­tiel­le­ment incar­née par l’État cen­tral et ses éche­lons décon­cen­trés, est ici gra­ve­ment en cause puisqu’il ins­taure cha­que jour davan­tage dans l’Admi­nis­tra­tion du bien com­mun les métho­des de la ges­tion des fir­mes pri­vées indus­triel­les et com­mer­cia­les. L’exem­ple du désas­treux trai­te­ment réservé au sein de l’Édu­ca­tion Natio­nale aux assis­tants de pro­fes­seurs et élè­ves han­di­ca­pés – et par con­sé­quent aux légi­ti­mes béné­fi­ciai­res de cette assis­tance – est émi­nem­ment symp­to­ma­ti­que à cet égard. Le mépris par­ti­cu­lier pour la ques­tion du han­di­cap aide à com­pren­dre l’inhu­ma­nité douce qui règne aujourd’hui dans la plu­part des orga­nes de la société où tra­vaillent des indi­vi­dus.

Par­ler d’assis­tants de pro­fes­seurs et d’élè­ves han­di­ca­pés est déjà un abus de lan­gage puisqu’un tel sta­tut n’existe pas au pays de France. Ce sont des assis­tants d’édu­ca­tion (AE) qui accom­pa­gnent les pro­fes­seurs tan­dis que les élè­ves sont accom­pa­gnés par des auxi­liai­res de vie sco­laire (AVS), ces deux caté­go­ries d’emplois pré­cai­res n’ayant pas été créées spé­ci­fi­que­ment pour que la ques­tion du han­di­cap soit prise sérieu­se­ment en charge par l’école publi­que. Il n’est demandé à ces assis­tants qu’une seule chose : être titu­laire du bac­ca­lau­réat. Aucune for­ma­tion par­ti­cu­lière ne leur est dis­pen­sée et aucune qua­li­fi­ca­tion dans le domaine de l’aide aux han­di­ca­pés n’est exi­gée. Ils sont rému­né­rés au SMIC et ne peu­vent exer­cer cette acti­vité que pour une durée maxi­male de six ans. On avouera que pour ce qui devrait être reconnu comme un métier à part entière – à l’ins­tar de ce qui existe dans d’autres pays – tout cela est un peu court ! Voilà pour le cadre géné­ral ; les ava­tars du vécu des per­son­nes con­cer­nées sont plus édi­fiant encore.

En voici un flo­ri­lège pris dans le quo­ti­dien péni­ble des vic­ti­mes for­cé­ment invo­lon­tai­res de l’indif­fé­rence ambiante et du réflexe ges­tion­naire. Un pro­fes­seur dûment reconnu tra­vailleur han­di­capé – donc reconnu apte à pour­sui­vre l’exer­cice de son métier – doit lui-même la plu­part du temps trou­ver son assis­tant, les « ser­vi­ces com­pé­tents » ayant très rare­ment quelqu’un à lui pro­po­ser. Un pro­fes­seur de lycée dont le han­di­cap visuel a évo­lué demande en février 2006 l’exten­sion à plein temps du poste de son assis­tante. Jusqu’à la fin du mois de sep­tem­bre il se heurte au refus du Direc­teur des res­sour­ces humai­nes – on bif­fera le terme inu­tile – de l’Aca­dé­mie de Ver­sailles. Ce fonc­tion­naire de l’édu­ca­tion pro­posa même que l’on déter­mine le ser­vice de l’assis­tante à par­tir de 36 semai­nes de cours au lieu de 39 ini­tia­le­ment pré­vues afin d’allon­ger le temps de tra­vail heb­do­ma­daire. Un cal­cul sim­ple mon­tre que le temps ainsi dégagé par semaine en dehors des cours est de 1h30. Voilà un DRH s’occu­pant du per­son­nel ensei­gnant qui croit qu’en 90 minu­tes par semaine il est pos­si­ble de cor­ri­ger plu­sieurs paquets de copies et de pré­pa­rer les cours. Dans un lycée du Val d’Oise, une élève de Pre­mière Lit­té­raire est res­tée sans assis­tante jusqu’au 7 décem­bre der­nier. La famille pro­po­sait quelqu’un en la per­sonne d’une adulte con­nais­sant le braille et s’étant occu­pée d’élè­ves han­di­ca­pés visuels durant les six années pré­cé­den­tes. Cette per­sonne a enfin été nom­mée par « déro­ga­tion excep­tion­nelle » alors que le pre­mier tri­mes­tre était pres­que achevé. Ayant épuisé les six années aux­quel­les elle pou­vait pré­ten­dre, il était « impos­si­ble dans l’état actuel des cho­ses » de lui faire, eu égard à ses com­pé­ten­ces indis­cu­ta­bles, un vrai con­trat de tra­vail. Le res­pon­sa­ble chargé de l’inté­gra­tion des élè­ves han­di­ca­pés au rec­to­rat de Ver­sailles – déci­dé­ment ! – était étonné que l’offre adres­sée au Pôle Emploi pour le recru­te­ment d’un assis­tant con­nais­sant le braille mais payé au SMIC soit res­tée let­tre morte. On croit rêver !

La loi de 2005 dite « sur le han­di­cap » est à bien des égards un effet d’annonce. Elle affirme un cer­tain nom­bre de prin­ci­pes juri­di­ques quant à l’inté­gra­tion des han­di­ca­pés dans le monde du tra­vail et à l’école, mais est pla­quée sur une réa­lité dont on n’a pas préa­la­ble­ment fait suf­fi­sam­ment le diag­nos­tic afin de mesu­rer plei­ne­ment les moyens à met­tre en œuvre pour réus­sir ladite inté­gra­tion. De là à pen­ser que la volonté de faire vrai­ment celle-ci fait défaut, il n’y a qu’un pas que seul celui qui vit l’indif­fé­rence rela­tive de l’inté­rieur ose fran­chir car il parle d’auto­rité sans atten­dre d’être admis à le faire. Voilà quel­ques années le rec­teur de l’aca­dé­mie de Ver­sailles – non ? – avait mis en place une com­mis­sion des­ti­née à « plan­cher » sur la ques­tion de l’amé­lio­ra­tion des con­di­tions de tra­vail des pro­fes­seurs han­di­ca­pés. Le pro­fes­seur auto­risé à por­ter témoi­gnage devant cette ins­tance était prêt à le faire. Il le fit savoir. Il ne fut jamais sol­li­cité. Il apprit un an plus tard que cette com­mis­sion s’était réu­nie une fois puis avait été dis­soute. Nulle part dans cette Grande Mai­son que repré­sente l’Édu­ca­tion Natio­nale on ne se sert des expé­rien­ces réus­sies par le passé pour ren­for­cer l’accueil futur des pro­fes­seurs et élè­ves han­di­ca­pés. En fait, on ne les prend que comme des expé­rien­ces à ne sur­tout pas faire essai­mer. Il y fau­drait des moyens maté­riels et un regard dif­fé­rent sur le han­di­cap dans les­quels on se refuse à inves­tir en ces temps de Révi­sion Géné­rale des Poli­ti­ques Publi­ques (RGPP). Les vrais ser­vi­teurs de l’action édu­ca­tive savent bien que les deux pre­miè­res let­tres de ce machin tech­no­cra­ti­que ne signi­fient rien d’autre qu’un rabou­gris­se­ment géné­ral.

N’est-ce pas dès l’école que le regard des enfants et ado­les­cents sur le han­di­cap se forme ? Y a-t-il plus grande richesse en ce domaine que la con­fron­ta­tion dans le tra­vail sco­laire de pro­fes­seurs et élè­ves tous à la fois han­di­ca­pés et non han­di­ca­pés ? Bien sûr il est plus facile de ren­voyer les pre­miers dans des éta­blis­se­ments spé­cia­li­sés. On s’appau­vrit alors. 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Yann Fiévet

Author: Yann Fiévet

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

La bonne santé numérique

Ils y croient dur comme fer : c’est le numérique qui va nous sauver. A condition cependant d’y mettre le paquet ! La crise sanitaire qui a frappé nos sociétés au premier semestre 2020 leur a formidablement révélé que le numérique apporte toutes les réponses qu’ils n’avaient pas encore osé mettre en œuvre. Le grandiose laboratoire inattendu autorise désormais les rêves les plus fous. Ils en sont convaincus tous ces tenants de la Croissance sans freins, le salut de l’Humanité passe forcément par le tout-numérique.

Continue reading

edito.gif

De la révélation à l’amplification

C’est déjà un lieu commun : la triple crise – sanitaire, économique et sociale – que traverse la planète depuis le début de l’année 2020 a puissamment révélé l’ampleur des inégalités partout dans le monde.

Continue reading