Last site update 03/07/2020

To content | To menu | To search

Cherche éditeurs courageux pour une culture libre

Mabesoone_LM_24-12-11.jpgCet après-midi, nous avons donné une petite fête de Noël à la maison, avec des copains et copines de notre fille de trois ans. Soudain, mon téléphone portable sonne. C’était un ami de vingt ans, le graveur d’estampes Mitsuru IKEDA, qui habite à 30km au nord de chez nous, dans les montagnes de Nagano. Il me dit :

« Est-ce que je peux passer chez toi ? J’ai quelque chose à te dire de vive voix… »

Mitsuru IKEDA, depuis une quinzaine d’années, ne grave presque que des haiga, c’est à dire des estampes de très grand format où figure un haïku mêlé au dessin. La plupart du temps, il s’agit de haïkus du grand poète classique ISSA ( XVIIIe - XIXe siècle) sur lesquels il fait aussi figurer une traduction en français, de mon cru ( cf. l’illustration de cette chronique ).

Ceci pour dire que nous « collaborons » de façon très étroite depuis longtemps. D’ailleurs, il a aussi participé, en tant que poète de haïku, au recueil collectif « APRES FUKUSHIMA » que j’ai fait imprimer à compte d’auteur l’automne dernier au Japon [1]. Bref, Mitsuru, à peine arrivé à la maison, m’explique :

« J’ai des problèmes avec la galerie où j’expose régulièrement à Paris. Jusqu’à présent, tout était d’accord pour ma prochaine expo, prévue pour novembre 2012… Mais il y a deux semaines, je leur ai communiqué le thème de la prochaine expo : « Estampes contre le nucléaire ».

J’ai beau les relancer régulièrement depuis, aucune réponse. Je sais qu’ils dépendent de subventions de la Mairie du XIXeme… Qu’est-ce que tu en penses ? »

En fait, Mitsuru a déjà acheté un billet aller-retour Tokyo-Paris pour la mi-janvier car il est décidé à s’entretenir directement avec le gérant de la galerie. J’ai vérifié un peu : le Maire du XIXe est apparemment « Hollandiste »[2] et non allié aux Verts. Quoiqu’il en soit, je ne sais pas ce qui a pu se passer. À suivre.

En attendant, je suis sûr de ce qui s’est passé dans mon cas, la dernière fois que j’ai eu des soucis avec un éditeur français. Ce petit éditeur de Beauvais, que je cite sans aucun scrupule. Les « éditions de l’iroli », m’avait promis l’édition en France de notre recueil de haïkus sur Fukushima : APRÈS FUKUSHIMA. Ce sont même eux qui m’avaient contacté, à la suite d’un de mes écrits sur internet où je parlais de l’impression à compte d’auteur au Japon de ce recueil. J’avais sacrifié mes vacances d’été pour terminer à temps toutes les traductions des haïkus en français. Tout allait bien, il ne manquait plus que la préface. En septembre, j’ai envoyé la préface en français. La majorité de ce texte est lisible en tête de cette page.

Je pense qu’il s’agit d’un texte humain et politique et très engagé à la fois contre les lobby du nucléaire au Japon et en France.

Tout à coup, ladite maison d’édition a totalement changé de ton et m’a renvoyé par courriel cette position absurde :

« Nous ne voulons pas faire du business avec la souffrance des gens, ce ne serait pas moral. Désolé de revenir sur notre promesse et d’annuler le projet ».

Sur le coup j’ai été déçu même si mon objectif premier est le mouvement citoyen ici, au Japon. Et puis, de fil en aiguille, une autre maison d’édition française, plus courageuse sans doute, a fini par me contacter. Mon ami graveur d’estampes trouvera aussi une galerie parisienne plus libre et plus courageuse. En tous les cas, je ferai tout pour l’aider. Et je compte sur les Parisiens pour y courir lorsque cette exposition d’ « estampes japonaises contre le nucléaire » s’ouvrira au public l’automne prochain…


Notes :

[1] Édition épuisée

[2] Blog de Roger Madec (Sénateur socialiste de Paris, Maire de Paris XIXe)


Post-Scriptum

NDLR :

  • Y aura-t-il du nucléaire au dîner de Noël ? Révélation de l’existence d’une note argumentaire distribuée aux agents EDF chargés d’en répercuter le contenu auprès de leurs familles et de leurs amis.
  • Voir aussi la rubrique «Hui, on a aussi appris que » ici à gauche pour une petite revue de presse quotidienne et contextuelle aux Chroniques.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 4
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (2)

laure laure ·  04 January 2012, 22h28

Bonjour ,

J’habite le 19e à Paris, je suis donc une des administrées de Roger Madec et je pense qu’il n’y a pas de correspondance directe entre le thème de l’exposition et les subvention de la mairie alloués à cette galerie.
En France, on a le nucléaire, mais on a aussi et encore une liberté d’expression artistique nullement inféodée au pouvoir politique.

S’il y a un problème de subvention, ce serait à mon sens uniquement à cause des finances de la ville de Paris qui sont en baisse, et le budget de la Ville est voté en décembre ; beaucoup d’associations culturelles voient leurs subventions diminuées ou même supprimées. Je crois donc que votre ami trouvera la raison profonde de ce silence sur place.
Peut-être est ce la position personnelle du galeriste qui est à questionner.

En tout cas, j’aimerais bien connaitre le nom de la galerie et je serais très très intéressée à voir les oeuvres de votre ami, là ou ailleurs. Merci de le lui faire savoir.

Et courage à vous tous. Le Japon - et ses artistes - sont chers à mon coeur .
Laure

Hébergements Japon  2011 Hébergements Japon 2011 ·  10 January 2012, 21h58

Ceci est — ni plus, ni moins — que de la discrimination. Foutu pour foutu, j’intenterai quelque chose. Car il est clair que l’argument « Nous ne voulons pas faire du business avec la souffrance des gens, ce ne serait pas moral. » ne doit tromper personne : ils ne veulent tout simplement pas être étiquettés anti-nucléaires ! Quand on voit les prix de vente pratiqués par ces professionnels, on se demande de quelle morale ils peuvent légimimement se réclamer !

” Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais a cause de ceux qui regardent et laissent faire.” Einstein

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading