Dernière mise à jour 17/01/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sarkozy, tu ne nous vois pas !

Geneviève Confort-Sabathé

Le G8 syn­di­cal (soit tou­tes les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les fran­çai­ses) vient encore de se sin­gu­la­ri­ser en orga­ni­sant une jour­née d’action sans mani­fes­ta­tions ni grè­ves. 

Un tru­blion de mes amis, outré par le sort réservé à un pro­fes­seur de Mar­seille, inter­pellé par la police zélée de Sar­ko­land, pro­pose, à tout un cha­cun, de mani­fes­ter son mécon­ten­te­ment dans sa pro­pre cave en bran­dis­sant un panon­ceau éclai­rant : « Sar­kozy, tu ne nous vois pas ! » 

L’idée me paraît excel­lente, elle ren­for­cera le sen­ti­ment de notre pré­si­dent qu’une grève, pour­vue qu’elle soit orga­ni­sée par la CGT et ses com­pli­ces, ne se voit effec­ti­ve­ment pas.

Les esprits cha­grins, par exem­ple les sala­riés virés de Cater­pillar et d’ailleurs, pour­raient voir, dans l’orga­ni­sa­tion de ce non-évé­ne­ment syn­di­cal, au mieux, un renon­ce­ment au rap­port de for­ces poli­tico-social et, au pire, une forme de col­lu­sion entre les états-majors syn­di­caux et les diri­geants tout court. La flui­di­fi­ca­tion du mou­ve­ment social par les sub­si­des de l’UIMM con­fine à la lubri­fi­ca­tion. Pas éton­nant que les éli­tes pati­nent. 

Le front syn­di­cal se fis­sure ? Heu­reu­se­ment, il nous reste le front poli­ti­que. Les z’obser­va­teurs de la vie publi­que, fei­gnant de s’inter­ro­ger sur le désin­té­rêt sus­cité par les élec­tions euro­péen­nes, y appor­tent une expli­ca­tion pré­fa­bri­quée : les Euro­péens sont très euro­péis­tes mais ils ne com­pren­nent rien au fonc­tion­ne­ment réel des élec­tions euro­péen­nes.

Autre­ment dit, les peu­ples sont incul­tes c’est pour cela qu’ils votent avec leurs pieds.

On pour­rait répon­dre à ces brillants obser­va­teurs de la vie publi­que que les Fran­çais, notam­ment, ont peut-être été légè­re­ment offus­qués que leur vote « NON » au TCE soit passé par per­tes et pro­fits. Ces bou­gons n’appré­cient peut-être pas que 80% des déci­sions pri­ses au Par­le­ment euro­péen fas­sent l’objet de négo­cia­tions secrè­tes entre le PPE et le PSE (autre­ment dit entre les libé­raux de gau­che appe­lés aussi socia­lis­tes et les libé­raux de droite), que 40% de ces mêmes déci­sions voient une entente entre les com­mu­nis­tes et le…PPE. Et puis, les élec­teurs fran­çais ont peut-être envie de voter pour ce qui les inté­resse : les ser­vi­ces publics, la sécu­rité sociale, l’emploi, la démo­cra­tie.

Or, les élec­tions euro­péen­nes res­sem­blent de plus en plus à une jour­née d’action, orga­ni­sée par les syn­di­cats fran­çais. Les sujets sociaux sont pous­sés sous le tapis rouge déroulé devant Bar­roso (le pesant pré­si­dent de la Com­mis­sion euro­péenne). Per­sonne ne les voit.

Evi­dem­ment, la pro­ba­bi­lité d’un taux mas­to­donte d’abs­ten­tion­nis­tes cons­cien­ti­sés agace les z’obser­va­teurs média­ti­ques qui y voient l’amorce du début d’un incen­die révo­lu­tion­naire. Après tout, une fois des­cendu à la cave pour agi­ter son dra­peau, on pour­rait y res­ter pour des réu­nions ultra-secrè­tes.

Le même tru­blion de mes amis m’enjoint de signa­ler à mes lec­teurs que les diri­geants syn­di­caux feraient bien de réac­ti­ver la machine reven­di­ca­tive avant, jus­te­ment, que les caves ne se rebif­fent !


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Geneviève Confort-Sabathé

Auteur: Geneviève Confort-Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Paris gourmand

Paris flotte mais ne sombre pas. Paris ne s’est pas fait en un jour. Paris vaut bien une messe. Que de flatteries, égrainées au fil des siècles, pour construire l’éloge éternel de la « ville lumière », capitale d’un État-nation dont l’hyper-concentration est sans égale en Europe. Et que de mépris pour la « province » (pays vaincu) contenu à l’envers de cette suffisance à jamais entretenue.

Lire la suite

edito.gif

Talon de fer

Les amateurs de bonne littérature qui délaissent les histoires à l’eau de rose pour leur préférer celles permettant d’entrevoir l’essentiel du monde qui les entoure auront reconnu d’emblée le titre du fameux livre de Jack London publié en 1907. A préférer le rose du monde on a tendance à ne voir le célèbre écrivain américain que comme l’auteur de « Croc blanc » ou de « L’appel de la forêt ».

Lire la suite