Dernière mise à jour 17/11/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"Personne ne devrait plus vivre à Tokyo" - Un médecin japonais met en garde les résidents contre les radiations

Fric_atomic.jpgDans un écrit adressé à ses confrères, le médecin japonais Shigaru Mita explique pourquoi il a récemment quitté Tokyo pour ouvrir un nouveau cabinet dans l’ouest du Japon.


Article de David Gutierrez, publié sur naturalnews.com le 21 juillet 2014, traduit de l’anglais (V. Gallais), original : ’Tokyo should no longer be inhabited,’ Japanese doctor warns residents regarding radiation

Dans un écrit adressé à ses confrères, le médecin japonais Shigaru Mita explique pourquoi il a récemment quitté Tokyo pour ouvrir un nouveau cabinet dans l’ouest du Japon : il pense qu’il n’est plus sûr d’habiter Tokyo à cause de la contamination radioactive due aux fusions nucléaires du 11/03/2011 à la centrale de Fukushima Daiichi.

L’article, intitulé « Pourquoi j’ai quitté Tokyo », a été publié dans la lettre d’information de l’association de médecins à Kodaira (métropole de Tokyo).

Le Dr Mita commence par expliquer le contexte de sa décision de partir en indiquant qu’il était depuis très longtemps médecin à Tokyo.

Des études de sol attestent de la contamination radioactive

« J’ai fermé la clinique en mars 2014, clinique qui soignait la communauté de Kodaira depuis plus de 50 ans, depuis la génération de mon père, et j’ai ouvert une nouvelle clinique Mita à Okayama city le 21 avril dernier. »

Dr Mita indique que, tout au long des dix dernières années, il avait tenté de persuader le conseil municipal de Tokyo de stocker des comprimés d’iode pour distribuer à la population  en cas d’accident nucléaire. Le Dr Mita craignait qu’un tremblement de terre puisse déclencher une fusion nucléaire à la centrale de Homaoka. Toutes ses demandes avaient été rejetées au motif qu’il n’y avait pas de raison qu’un tel accident se produise.

Quand le désastre s’est déclenché – bien qu’en un lieu différent de ce qu’avait craint le Dr Mita – Tokyo n’a pas agi pour protéger sa population et n’a jusqu’à présent encore rien fait. Pourtant, en s’appuyant sur des études de sol, le Dr Mita affirme : « il est clair que l’est du Japon et la métropole de Tokyo ont été contaminés par la radioactivité. »

Le Dr Mita compare la contamination radioactive du sol (mesurée en becquerels par kilogramme, Bq/kg) à différents endroits de Tokyo avec la contamination observée dans différentes régions d’Europe après l’accident de Tchernobyl.

Avant 2011, on mesurait à Shinjuku (le quartier de Tokyo où siège le conseil municipal de la ville) 5-1.5 Bq/kg. A l’heure actuelle, les niveaux mesurés près de Kodaira sont de 200-300 Bq/kg.

« Dans les 23 districts de la métropole de Tokyo, la contamination dans la partie est est de 1000-4000 Bq/kg et dans la partie ouest de 300-1000 Bq/kg, » écrit le Dr. Mita.

À titre de comparaison, on mesure dans le sol de Kiev (capital de l’Ukraine) des niveaux de l’ordre de  500 Bq/kg (seulement pour le Cs-137). Après l’accident de Tchernobyl, l’Allemagne de l’ouest et l’Italie ont mesuré des niveaux de 90-100 Bq/kg, et les deux pays ont fait l’expérience d’effets sanitaires considérables sur leurs populations.

Le Dr Mita remarque que la situation à Tokyo en termes de radioactivité ne fait que s’aggraver plutôt que de s’améliorer, du fait des pratiques urbaines de concentration des déchets solides sur de petites aires comme les décharges ou stations d’épuration de la ville. C’est pourquoi, d’après lui, les niveaux de radioactivité mesurés dans les lits des rivières à Tokyo n’ont cessé  d’augmenter au cours des deux dernières années.

“Personne ne devrait plus habiter à Tokyo et… ceux qui tiennent à habiter à Tokyo devraient faire des séjours réguliers dans des régions plus préservées et plus sûres », écrit le Dr Mita. « Des problèmes de dépopulation et de déclin continuent de peser sur la vie des secondes et troisième générations d’Ukrainiens et de Biélorusses, et je crains que cela n’augure du futur de l’est du Japon ».

Des maladies induites par la radioactivité observées chez des patients

Le Dr Mita fait également état des nombreux cas observés chez ses patients confrontés à des problèmes de santé induits par l’irradiation. Il note que, depuis 2011, il a observé la baisse de globules blancs chez les enfants de moins de 10 ans, y compris chez les enfants de moins d’un an. Dans tous ces cas, les symptômes diminuent de façon significative si les enfants déménagent pour l’ouest du Japon. Il a également observé le même phénomène chez des patients confrontés à des symptômes respiratoires persistants (qui diminuent quand ils quittent Tokyo).

D’autres patients ont des symptômes tels que saignements de nez, perte de cheveux, baisse d’énergie, saignements sous-cutanés, hémorragies urinaires visibles, inflammations de la peau, toux et autres symptômes non spécifiques. Il a aussi observé de fréquents symptômes de rhumatismes musculaires similaires à ce qui a été observé après le désastre de Tchernobyl.

« Depuis mars 2011, tous ceux qui vivent à l’est du Japon – y compris à Tokyo – sont des victimes, et tous sont concernés ».


Parmi les sources pour cet article :

Article original en anglais : http://www.naturalnews.com/046112_radiation_Fukushima_Tokyo.html


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 8
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Véronique Gallais

Auteur: Véronique Gallais

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

logosky logosky ·  25 juillet 2014, 12h40

Ce qui est dit par ce médecin japonais, c'est précisément ce qui a été dit au Premier Ministre de l'époque Naoto KAN, et qui n'a pas voulu l'entendre, car dit-il " le japon cesserait de fonctionner en tant que nation!". Ce que l'on ne lui a pas dit à l'époque, c'est que cette évacuation était inévitable!
Merci pour cet effort de traduction.

VG VG ·  25 juillet 2014, 16h39

Certain-e-s ont besoin d'entendre/lire les choses plusieurs fois et de différents "émetteurs" avant de commencer à envisager de changer d'oeillères. Il me semble que cet article peut y contribuer - y compris à élargir le cercle; c'est pourquoi je l'ai traduit. N'hésitez pas à diffuser !

De plus, ce Dr Mita a un certain courage de publier sa lettre ouverte.
Les pressions sur place ne sont pas négligeables.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite