Dernière mise à jour 21/09/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des compteurs «intelligents» contre la décroissance

Linky_Besson_Proglio_scandale_sanitaireDes compteurs de gaz et d’électricité doivent être installés dans tous les logements. Sous couvert de développement des énergies renouvelables et d’économies, ces petites merveilles nous satureront un peu plus d’ondes wifi et nous fliqueront toujours davantage. Avez-vous bien consommé l’énergie aujourd’hui ?

Nos prétendues « élites » parlent encore de se battre pour la croissance mais, sans l’avouer car ce serait reconnaître leur totale impuissance, elles sont désormais réduites à seulement… lutter contre la décroissance. Tenter de la retarder. Gagner un peu de temps pour ne pas perdre la prochaine élection. Tout cela est bien vain et ridicule mais, ne vous y trompez pas, les grands moyens sont de mise, en particulier dans l’énergie, un des principaux secteurs de l’économie mondiale.

Les citoyens - terme désuet en passe d’être remplacé par « clients » - vont être mis à contribution de fait, leurs consentement étant recueilli « à l’insu de leur plein gré », et voici comment. Cela va commencer par l’installation massive de compteurs dits « intelligents ». Linky, pour l’électricité, et Gazpar, pour le gaz comme l’indique son nom. 35 millions d’exemplaires pour le premier, 11 millions « seulement » pour le second. Voilà déjà de l’activité pour les constructeurs et les installateurs, ErDF, GrDF et/ou leurs sous-traitants. Encore faut-il nous convaincre d’accepter l’installation chez nous de ces petits « bijoux » de la modernité. Aussi il nous est raconté que cela permettra, en plus de faire des économies d’énergie, de mettre en place des « réseaux intelligents » (smart grids en anglais) aptes à insérer les productions renouvelables dans le système global. Et, en effet, qui peut être contre les économies d’énergie et les énergies renouvelables ?

Mouchard branché

Sauf que l’Allemagne vient de rejeter la recommandation de l’Union européenne de déployer massivement les compteurs « intelligents » [1]  ! Il est en effet avéré que l’opération serait trop coûteuse pour les citoyens, et en particulier pour ceux qui consomment modérément, familles modestes et personnes âgées en tête. Or l’Allemagne est un pays où les productions d’électricité renouvelable sont massives, à tel point qu’EDF est désormais obligée de stopper de temps en temps des réacteurs nucléaires pour se fournir en électricité éolienne (laquelle est prioritaire), qui plus est à un tarif proche de zéro voire, parfois… négatif [2]  ! Alors on se demande bien pourquoi la France, où l’essor des renouvelables est bloqué par le lobby de l’atome, aurait « absolument besoin » de ces compteurs dont l’Allemagne entend se passer. Et sauf que personne n’a besoin de ces machins « intelligents » car, pour économiser l’énergie, il suffit… d’économiser l’énergie : supprimer les gaspillages (appareils en veille, pièces désertes éclairées, etc.), remplacer les appareils énergétivores par d’autres moins gourmands (… ou par rien du tout !), moins chauffer et acheter des pulls, etc. D’ailleurs, rattrapés par la précarité, de plus en plus de gens font déjà tout cela. Pour les autres, de bonnes campagnes de communication feraient assurément l’affaire : la fameuse « chasse au gaspi » des années 70 avait commencé à donner d’excellents résultats avant d’être stoppée net au début des années 80 par la « gauche », déjà soucieuse de ne pas nuire aux profits des industriels.

Mais peu importe ces objections majeures pour l’actuel gouvernement PS/EELV qui, le 9 juillet, a décidé le déploiement massif des nouveaux compteurs. Une fois de plus, le PS peut se féliciter d’avoir comme caution les « élites » de ce parti « écologiste », prêtes à toutes les compromissions en échange de strapontins lucratifs au gouvernement, au parlement, dans les régions. Et même désormais à la Commission de régulation de l’énergie qui, comme son nom ne l’indique pas, est le bras armé des politiques de dérégulation, d’augmentations des tarifs… et d’installation des fameux compteurs.

Non, Linky et Gazpar ne sont pas prévus pour économiser l’énergie, bien au contraire. Nous y reviendrons ; mais sachez qu’il s’agit de véritables chevaux de Troie pour, entre autres joyeusetés, faire consommer plus, doper les achats de voitures électriques rechargées par l’atome, adapter nos consommations aux impératifs du parc nucléaire. Mais aussi pour récolter sur nous et nos familles d’innombrables données dont nous pouvons être certains que, malgré les dénégations officielles, elles serviront à des fins commerciales puis policières : Big Brother est prêt à entrer chez nous. Oui, ces compteurs seront bel et bien « intelligents » mais… au service de ceux qui veulent nous asservir.

Enfin, cerise sur le gâteau (empoisonné), Linky et Gazpar fonctionneront par wifi, inondant les logements de ces ondes « maléfrics » qui rendent déjà malades de plus en plus de gens. Et, contrairement aux « box » des fournisseurs d’accès à Internet, il sera impossible de désactiver les wifi de ces compteurs qui ne vont pas manquer de causer à l’avenir une catastrophe sanitaire… à côté de laquelle celle de l’amiante passera peut-être pour une aimable plaisanterie. C’est dire.

Notes :

[1]  Bloomberg, 1er août 2013 : « Germany rejects EU Smart-Meter recommendations on cost concerns »

[2]  AFP, 19 juin, 2013 : « La France à son tour rattrapée par les prix négatifs de l’électricité ».


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Stéphane Lhomme

Auteur: Stéphane Lhomme

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  25 septembre 2013, 12h26

La petite histoire de Linky

  1. Feu vert pour Linky, le controversé compteur EDF “communicant”

    Le gouvernement lance le déploiement d’ici 2016 par ERDF de 3 millions de compteurs Linky “communicants”. Ce programme a suscité moult questions.

  2. Le Ministère de L’Economie Allemand rejette les compteurs intelligents
  3. Pour UFC-Que Choisir, le compteur Linky alourdira la facture d’électricité

    En raison de sa forte sensibilité aux dépassements de puissance, Linky obligerait de nombreux foyers à prendre un abonnement électrique supérieur, plus cher.

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  27 octobre 2013, 15h41

Virage technologique d’Hydro-Québec
Il verrouille son compteur

Sensible aux champs électromagnétiques, Jacques Roberge s’oppose formellement aux nouveaux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, au point où celui-ci a enfermé à clé son compteur électromécanique…

http://www.hebdosregionaux.ca/laure…

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  28 novembre 2013, 01h01

Mme Laurence Abeille attire l’attention de M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur l’impact de l’installation des compteurs Linky sur la facture d’électricité des consommateurs.

En effet, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir vient de rendre publique une étude indiquant que l’installation des compteurs Linky, plus sensibles aux dépassements de puissance que les anciens compteurs, va entraîner une vague de changements d’abonnements, qui représentera un surcoût important pour les consommateurs. 

En effet, 55 % des consommateurs d’électricité disposent aujourd’hui d’un abonnement qui n’est pas adapté à leur consommation réelle : 18 % d’entre eux (soit 5 millions de foyers) paient un abonnement trop élevé par rapport à leurs besoins, et 37 % (plus de 10 millions de ménages) disposent d’une puissance d’abonnement inférieure à la puissance réellement appelée. 

Outre le problème d’une émission accrue d’ondes électromagnétiques, l’arrivée de Linky va donc obliger les foyers sous-abonnés, même si leur surconsommation est faible ou ponctuelle, à passer à une puissance d’abonnement supérieure. 

Au final, le seul changement d’abonnement entraînera pour ces consommateurs un surcoût annuel de 308 millions d’euros…. 

Lire la suite et la réponse.

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  04 décembre 2013, 01h39

Québec : la députée de Gouin à la ministre des ressources naturelles :

«Je demande à la ministre des ressources naturelles et à son gouvernement d’exiger qu’Hydro-Québec non pas réduise mais abolisse les frais exigés pour le refus des compteurs intelligents»

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite