Dernière mise à jour 17/11/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

De la crèche, de la neige et du césium

Mabesoone_LM_25-12-11.jpgCe matin, tous les trois, en famille, nous nous sommes rendus à la messe de Noël de l’Eglise Catholique de Nagano. Comme beaucoup de Français, j’ai été baptisé « de façon automatique », mais je connais certainement moins la Bible que ne l’a connaît mon épouse, japonaise, mais diplômée d’une université catholique de Nagano ! Habitant depuis quinze ans tout près d’un temple millénaire, le Zenkoji, je me sens de plus en plus proche de la « sagesse bouddhiste »… Néanmoins, nous avons pour habitude de nous rendre une seule fois par an à la messe, le jour de Noël. Cette année 2011 est particulière.

Et, il se trouve que, dès le début de l’accident nucléaire à Fukushima, l’Église Catholique du Japon a été exemplaire. En demandant, par un communiqué officiel, l’arrêt immédiat de toutes les centrales nucléaires au Japon [1].

Comme j’aimerais une telle clarté dans la position de l’Ecclésia français !…

Aujourd’hui, j’avais peur d’être déçu par le sermon du prêtre. J’ai été très réconforté, au contraire. Quelle chance les chrétiens ont ici de ne représenter qu’un petit pour-cent de la population ! Au moins, l’Église Catholique japonaise peut se moquer de toute pression politique, financière, sociale ou culturelle. Voici les mots du sermon du prêtre (japonais) de l’église de Nagano, ce matin :

 « Lorsque j’étais séminariste à Rome, j’ai eu l’occasion de passer Noël dans cette belle ville, deux années de suite. Une fois, à ma demande, mon tuteur m’a emmené voir les superbes crèches qui décorent les hauts lieux touristiques de Rome, La Place d’Espagne, etc… Je me souviens, même 27 ans après, de ce que m’a dit mon tuteur : « Une crèche ne convient pas à un emplacement si luxueux. Cette crèche devrait être plus sobre et on devrait la transporter sous les ponts du Tibres, là où dorment les sans-abris. C’est vrai. Joseph et Marie ont bien pris refuge dans une étable, parce qu’ils n’avaient aucun lieu pour dormir. Et là, ils ont accueilli la naissance de leur bébé. Posons-nous alors la question suivante : au Japon, aujourd’hui, où conviendrait-il de dresser une crèche ? A mon avis, la crèche de l’enfant Jésus a sa place en particulier auprès de tous ceux qui ont perdu un endroit pour vivre, tous ceux qui ont été frappés par le séisme, et en particulier par l’accident nucléaire. A tous ces réfugiés, je voudrais leur dire ceci : avec ou sans accident nucléaire, Dieu ne vous a pas oublié. Dieu vous aime et nous aussi, nous vous aimons. »

Ma femme et moi avions les larmes aux yeux.

Et puis nous sommes sortis, pour montrer la crèche à notre fille, en face de la petite église.

La neige qui tombait était pure, blanche comme toujours. Mais nous le savons, elle contient désormais des radionucléides. Un haïku m’est venu a l’esprit :

Sur l’Enfant Jésus
De la crèche, de la neige
Et du césium.

Notes :

[1] Le superbe message des évêques catholiques du Japon que j’ai traduit en français :
http://www.netoyens.info/index.php/contrib/19/11/2011/chroniques-anti-nucleaires-pour-un-arret-immediat-des-centrales-nucleaires

 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

3.8/5

  • Note : 3.8
  • Votes : 5
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : -1

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

jeudi jeudi ·  26 décembre 2011, 21h59

Suis en pensées avec vous, Cordialement; André, de Rennes, France

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite