Dernière mise à jour 19/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Paroles en souffrance

denis-macshane.jpgAh ! Denis, Denis, Denis ! Cher Denis, notre très cher et bon vieux Denis MacShane ! Sais-tu qu’après t’avoir lu je voudrais pouvoir prendre ta douleur… comme le chante si bien Camille ?

[crédit photo : Sun 2012]

J’espère que tes enfants ont pu prendre l’avion pour passer Noël avec leur Papi du coté de Nantes ? Vraiment, ç’eut été tellement dommage qu’en effet ils n’aient pas pris un vol “pas cher”. Un de ces fameux low cost comme on dit chez toi en Angleterre mais aussi à la Commission européenne que tu chéris tant et que tu as tellement défendu quand tu étais ministre des affaires européennes de sa gracieuse majesté la Reine Elisabeth.

J’espère très sincèrement qu’ils ont vu leur Papi car s’il avait fallu qu’ils attendent la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes, le désespoir nous emporterait toutes et tous d’un chagrin compatissant immense. Il ne se fera pas, tu sais, il faut t’en convaincre. Il faut sans trop tarder en faire le deuil. Nous le ferons ensemble, nous trouverons une solution. Tu verras, ça va aller.

Mais je suis sûr que tu as pu trouver une solution par toi même car tu as du le découvrir depuis puisqu’apparemment tu ne le savais pas déjà, ce n’est pas possible autrement : il existe déjà un aéroport international à Nantes bien moins loin de La Baule où réside le Papi. Du reste IzyJet y exerce déjà son magistère d’exploiteur patenté généreusement subventionné par l’impôt pour que tu puisses faire tes allers et retours au besoin dans la même journée entre Londres et Nantes… sans te ruiner. La France et la région des Pays de Loire sont bien généreuses car d’autres régions ont déjà renoncé à l’être autant. Et bien qu’il semble manquer encore un pont ou deux à Nantes [1], qui te faciliterait le trajet de l’aéroport actuel à La Baule qui se trouve au nord de la Loire, comme tu peux le voir, avec les aéroports de Vannes, Rennes, Angers, nous sommes déjà bien équipés.

Malgré cela, tu te plains non pas des 150 euros que coûterait le vol mais du vol lui-même : un Londres-Genève-Nantes-Genève-Londres à 150 euros ne serait pas trop cher mais encore trop long. C’est vrai mais pourquoi s’en prendre à nous alors que tant de sujets de la Reine s’en arrangent comme tu le démontres si bien ?

Outre qu’en effet autant de kilomètres à ce prix est terriblement bon marché - terriblement car ce sont les subventions qui le permettent ce qui n’est pas bon du tout pour la concurrence libre et non faussée que tu as tant défendu - on voit difficilement pourquoi un nouvel aéroport international quarante kilomètres plus au nord de Nantes changeraient radicalement les données de l’affaire. Qu’est ce qui interdit IzyJet de mettre en service un vol “pas cher” Londres-Nantes direct puisque de part et d’autre des infrastructures aux normes internationales existent ?

Tu sais Denis, je connais ton rêve de voir des aéroports internationaux pousser comme des champignons à la périphérie de chaque ville d’europe et sans doute en as-tu avec quelques autres la vision pour le monde entier. Elles seraient de surcroît toutes reliées par des vols “pas cher” de préférence produits par des compagnies britanniques : c’est de bonne guerre… économique bien sûr. En bon travailliste adepte que tu es de la 3ème voie chère à ce fieffé menteur de Tony Blair et en bon promoteur infatigable de l’europe néolibérale, en réalité, ce n’est pas tant ce vol pour l’épiphanie familiale qui t’importe le plus ici.

Il n’a pas été très difficile, en effet, de voir à travers cette merveilleuse faconde birkinienne que l’on te connaît et que l’on entend encore si bien à travers ta prose, une pleurnicherie bien lamentable à défaut d’être attendrissante qui avait pour objectif de venir au secours du camarade Ayrault. C’est que l’internationale socialiste présidée par ce célébrissime avachi de Papandréou doit encore avoir quelques vertus mafieuses sinon elle ne servirait plus à rien, nos soeurs et nos frères de Grèce en savent quelques choses [3].

Mais heureusement tu n’es pas le seul à être venu à la rescousse. Le père Poignant que tu sais aussi bien que moi maire de Quimper puisqu’il a aussi été le président du groupe socialiste au Parlement européen (ici, tu sais, personne ne sait qui il est et pourtant… il gagnerait à être connu !), cette éminence grise de notre bon président Hollandréou, lui aussi y est allé de sa parole souffreteuse. Une complainte issue du même tonneau est donc venue ces jours-ci égrainer toujours les mêmes arguments fatigués laissant entendre que la France est un pays encore tellement sous-développé !

Pensez donc, la France - qui ne le sait pas encore assez malgré son classement au 5ème rang mondial - est un pays qui n’a pas assez d’autoroutes, pas assez de lignes TGV et pas assez de centrales nucléaires ! Eh oui, comme tu peux le voir, ce n’est pas l’excès d’iode marin respiré à plein poumon sur les rives de l’Odet qui lui manque. Sans doute qu’il doit être prêt à proposer le site de Plogoff pour étendre les parcs éolien et nucléaire à la grande satisfaction de Bouygues, Vinci, Areva et du bout du bout du Pen Ar Bed où les antinucléaires de Brennilis trouveront sans doute quelques mots à lui dire en plus de ceux de la Pointe du Raz.

Une complainte qui n’ira pas bien longtemps son chemin sans s’adjoindre la rengaine des insultes et des injures faites à l’intelligence la plus élémentaire : sous-développé nous le serions encore plus, pour cet agrégé d’histoire sans mémoire, si nous n’acceptions pas l’exploitation - tiens toi bien ! - des OGM, des gaz de schiste et de ce merveilleux petit soleil artificiel que serait ITER. Sais-tu ce qu’est ITER ? En France, personne ou presque ne le sait et pourtant, ce machin a fait dernièrement l’objet d’une loi et de nouvelles rallonges budgétaires. On confondrait presque cette histoire avec celle, à peine mieux connue, de l’EPR d’EDF à Flamanville et celui d’Areva à Olkiluoto … tu sais la centrale nucléaire finlandaise. Si je fais bien les comptes, en pleine austérité budgétaire, on vient de nous annoncer en quelques jours une ardoise supplémentaire de plus de 10 milliards d’euros rien que pour ces trois bouilloires nucléaires qui pourraient bien nous péter au visage sans avoir jamais fourni le moindre Mégawattheure au réseau d’ErDF.

Bref, ne pas accepter sans broncher et sans rechigner, de préférence comme un seul homme et en toute confiance malgré des débats publics fallacieux, délictueux et délinquants, ce serait pour ton copain de Bretagne, refuser ce bon vieux progrès qu’on aime tant instrumentaliser dans les arrières-boutiques électorales et du business international.

croissance_1950-2010_graphGadrey.pngNe pas céder à la fabrique quotidienne de notre consentement, ce serait aussi refuser la très médiatique croissance, celle qu’on pratique pourtant si bien dans les bureaux de marketing politique du PS et de l’UMP avec ses chiffres désolants et ses courbes décrépites. À entendre la petite musique lancinante des petits et grands discours, il est bien entendu que c’est la croissance qui fait le développement dont nous manquons déjà et dont nous manquerons encore pendant un siècle d’après un éminent économiste [2]. Après, c’est sûr et certain, notre bonheur sera plein et entier, ce sera la fin achevée de l’histoire car ce développement - Denis !.. tu m’écoutes ? - c’est lui qui est en charge de notre félicité intégrale. Il est le facteur de notre bonheur à toutes et à tous ! En commençant par le tiens cher Denis, celui de voir tes enfants faire un Londres-Nantes pour aller voir leur Papi à La Baule au prix d’un billet de train Londres-Manchester comme tu en rêves.

Pour faire le bonheur en général et le tiens en particulier, nous devrions donc accepter l’idée que ta compagnie aérienne préférée pourrait un jour décider d’offrir à tes enfants la possibilité - pourquoi pas ? - d’un idéal “Manchester - La Baule Plage” et retour pour quelques euros et en acceptant cela, nous avalerions sans chichis toute la liste du père Poignant et le reste au nom de la magie du progrès, de la croissance et du développement ?

Mais au fait, bien que Manchester comme Nantes soient déjà deux villes équipées d’un aéroport international, pourquoi ne pas exiger la construction d’un second aéroport à Manchester pour convaincre les compagnies de ne pas faire le détour par Genève, ce serait tellement plus logique et moins absurde étant donné que tu es sur place ! Je plaisante, tu t’en doutes bien.

Il me faut donc t’inviter, en toute amitié, à changer ces rêves insensés d’un transport aérien et d’une aviation civile dégénérés car dans le déni pur et simple de la déplétion pétrolière et du dérèglement climatique. Et comme j’ai vu aussi, en vous lisant toi et tes potes aux roses fanées, que les paroles en souffrance sont en train de changer de camp. Comme le chante si bien Camille, je veux bien prendre ta douleur mais va falloir faire un petit effort pour qu’on puisse te sortir de là.

Au besoin, on se verra à la commission du dialogue qui sera pour nous l’occasion de vous expliquer tant qu’il le faudra afin que vous compreniez tout bien comme il faut et pour que les rôles soient bel et bien remis à leur place parce qu’il semble que vous n’ayez pas encore bien compris la situation.


 

 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Éric Jousse

Auteur: Éric Jousse

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Dindon de la farce Dindon de la farce ·  31 décembre 2012, 20h22

Rappel très utile ! De Notre-Dame-des-Landes à la LGV Lyon-Turin : l’Europe des grands projets nuisibles : http://ellynn.fr/dessousdebruxelles…
même pour les anciens lecteurs de Europe Inc qui auraient oublié.. en tout cas lecture conseillée : http://atheles.org/agone/elements/e…
Lire aussi :

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  20 août 2014, 03h10

L’âge de la stupidité

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

fakir_convergence.png

Un autre système est nécessaire

… ou comment allons-nous mieux répartir moins de richesses ?

Lire la suite

sivens-ni_flics_ni_milices.jpg

L'époque est-elle fasciste?

Un jour quand vous voudrez descendre dans la rue pour manifester, alerter, informer…vous vous apercevrez que ce n’est plus possible. Et ce jour, en fait, c’est déjà aujourd’hui… si vous ne vous appelez pas Charlie. Réveillez-vous !L’époque est-elle fasciste ? [1] 30

Lire la suite