Last site update 19/09/2020

To content | To menu | To search

J'ai perdu un ami

Mabesoone_LM_26-01-12.jpgAujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir perdu - encore - un ami intime à cause de la catastrophe nucléaire…

Depuis 8 ans déjà, une fois par semaine, j’enseigne dans une université de la banlieue nord de Tokyo. Il y a là un collègue de nationalité américaine qui enseigne l’anglais depuis 20 ans ; il est devenu un peu mon confident, mon meilleur ami dans l’université. Il a 65 ans, mais il est d’un caractère très jeune, franc, spontané ; il faut dire qu’il a longtemps vécu et enseigne en Egypte, en Espagne, en République Dominicaine, etc.

Juste après les explosions à la centrale nucléaire de Fukushima, à la rentrée d’avril dernier [1], je lui ai demandé si il était rentré aux USA, au pire moment de la crise, avec sa femme et son fils de 13 ans. Il m’a répondu :

« Non, non, on est resté ici ! Faut pas exagérer, ça va ! »

Ensuite, à chaque fois que j’évoquais Fukushima ou le problème des radiations, on sentait qu’il évitait le sujet, pour revenir à des discussions anodines… Je me suis dit : « C’est bizarre, lui qui était presque « libertaire », avant… il a bien changé ! ». Comme son fils est inscrit à l’école américaine de Tokyo, je lui ai demandé plusieurs fois :

« Tu sais comment ils s’approvisionnent pour la cantine de l’école américaine ? Tu ne t’inquiètes pas trop de la contamination des aliments ? ».

Et, avant de repartir sur un autre sujet, il me répondait toujours quelque chose comme :

« Oh moi, je sais pas… Mais y a pas de problème, hein ? ».

Et puis, un jour, il m’a annoncé qu’il louait une chambre dans une guest house [2] tout près de l’université, parce que le domicile familial qui se trouvent dans le centre de Tokyo et où résident sa femme et son fils, était trop éloigné du travail. Je me suis dit : Tiens, il n’ose pas me dire qu’il s’est disputé avec sa femme ! Mais aujourd’hui, l’énigme est enfin élucidée.

Aujourd’hui, c’était le dernier jour de cours avant les grandes vacances, jusqu’à la rentrée d’avril. Et pour mon ami T, c’était même le dernier jour tout court puisqu’il doit partir à la retraite en cette fin d’année universitaire. Je suis allé le voir, avec un cadeau, pour lui souhaiter une bonne retraite. J’ai ajouté :

« Tu m’as bien promis de revenir nous voir à la maison, à Nagano.. c’est promis, hein ?! »

Il me répond, tout gêné :

« C’est à dire que… en fait, tu sais, ma femme et mon fils, ils sont rentrés aux USA, juste après la catastrophe de Fukushima… je voulais te le dire, mais j’avais peur que cela se sache dans l’université, j’ai préféré attendre que tout soit réglé pour que je reçoive bien ma retraite de l’université… Alors, maintenant, très probablement, je vais les rejoindre en Virginie du Nord… je suis désolé. Tu sais, moi aussi, j’ai beaucoup aimé le Japon. Mais mon fils est asthmatique en plus, alors, je pense à sa santé… »

Pourquoi, même quelqu’un de franc et de spontané comme lui, a-t-il réussi à me cacher tout cela pendant presque un an ? On finirait par ne plus croire personne. Je peux comprendre ses inquiétudes ; ce serait dramatique si l’université lui coupait sa retraite sous prétexte qu’il n’est plus au Japon [3] .

Mais bon, le seul ami « pas du tout inquiet des radiations » que j’avais [4] s’est soudain transformé en « le plus calculateur de tous les amis que j’ai jamais eus » ! J’avais comme un arrière-goût amer dans la bouche, comme le sentiment de rester là, abandonné à nouveau par un ami et surtout d’avoir été dupé. J’ai l’impression qu’il existe aujourd’hui trois sortes de gens dans l’Est du Japon. Ceux qui se débattent plus ou moins maladroitement pour faire avancer le choses tout en protégeant leurs enfants. Je pense faire partie de cette catégorie. Ceux qui ont préparé ou qui préparent encore leur fuite de façon presque toujours secrète voire égoïste. Et puis la grande majorité des gens qui ne veulent rien savoir parce qu’ils ont juste compris que la contamination interne est extrêmement difficile à gérer.

Mais le plus triste, c’est d’obtenir la preuve que ces maudites radiations sont capables de transformer un ami sincère et spontané en un homme faux et calculateur. J’ai perdu un ami.

Notes :

[1] La rentrée scolaire a lieu en avril ici

[2] sorte de pension

[3] je doute que ce soit vraiment à craindre…

[4] en tous les cas, c’est ce qu’il me faisait croire


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 6
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (12)

bettys bettys ·  26 January 2012, 19h24

Bonjour,
lectrice de votre blog, je n’y ai jamais réagi, mais là…
tout d’abord, parler de ceux (dont je fais partie) qui ont “fuit” le Japon me gêne un peu: quitter ce pays où je vivais depuis 20 ans fut pour moi un choix douloureux, fait en catastrophe certes, mais un choix tout de même avec un prix à payer, il va sans dire. J’assume. Pensez-vous que ceux qui sont partis sont des lâches, des rats etc…? Pour ma part, j’ai eu peur, très peur…
Que vous portiez un jugement sur votre ami parce qu’il ne vous a pas fait part de sa situation et de ses décisions me gêne encore plus. Cette personne ne vous doit rien et je ne vois pas en quoi il est devenu “faux et calculateur” simplement parce qu’il n’est pas comme vous le souhaiteriez. Oui, ça fait mal, c’est sûr…Interrogez-vous plus longuement sur votre peine…auriez-vous peur de vous faire taxer de traitre ou de lâche si vous quittiez le Japon (je sais de quoi je parle!) ?
Dans les conditions actuelles, choisir de partir, rester, rentrer en France ou ailleurs est souvent difficile et pas toujours entièrement satisfaisant…alors n’en rajoutons pas !
Ceci dit, j’apprécie votre démarche…et vous souhaite bon courage pour tout !

Janek Janek ·  26 January 2012, 23h18

Je ne suis pas d’accord avec vous Bettys. Cacher à un état qui nous ment qu’on prévoit se s’en aller. Ok. Le dissimuler à un ami de huit ans. Non. Ou ce n’est pas un ami. Moi même je n’ai pas l’intention de rester au Japon. Je dois encore y rester un peu par obligation professionnelle, mais les personnes dont je suis proche savent que je ne resterai pas. Et je ne cache en rien mon inquiétude vis à vis de la centrale. Même si j’ai l’impression de parler dans le vie.
Enfin, tristement ça me rappelle ce que mes parents me répètent tout le temps: ne jamais faire confiance à un anglosaxon. :D

max max ·  27 January 2012, 00h32

@Lolo )+^-( Qu’est-ce qu’un ami a 40 ans …..et puis il n’a aucun compte a vous rendre quoi qu’il advienne !!! Ami ou pas!!!!
@Janek “ne jamais faire confiance à un anglosaxon”Ho-lalaaaaaa…La Françouillarde bien de chez nous.

Mabesoone Mabesoone ·  27 January 2012, 00h55

@bettys Quand on dit a un ami, pendant toute une année : “Ne t’inquiète-pas ! Tu peux rester avec ta fille au Japon, ca va ! Nous aussi on reste”… Alors que, depuis le debut, on a envoyé sa famille à l’étranger, je pense que l’adjectif “faux et calculateur” peut s’appliquer ? Ou alors, j’ai fini par oublier mon francais ? Je ne traite personne de “lache” ni de “rat”… Allez, respirons profondément !

Janek Janek ·  27 January 2012, 10h04

@Max: bah, j’ai jamais dis que mes parents étaient des gens très ouvert! :D Hélas, ce n’est pas le comportement de ce gars qui va les contredire cette fois…

@Mabesoone, je pense que ce gars ne vous méritait pas en tant qu’ami.
Je suis d’ailleurs contre l’avis de max. A partir du moment où il vous a dit « Non, non, on est resté ici ! Faut pas exagérer, ça va ! » alors que c’était un mensonge, il a bel et bien des comptes à vous rendre.

Much Much ·  28 January 2012, 19h08

@betty, …: Les amis les vrais, on a une exigence vis à vis d’eux qui est égale à l’estime qu’on a pour eux, çà m’a surpris aussi que Laurent, si tempéré habituellement soit sorti de ses gonds à ce point, j’imagine son terrible désarroi et le sentiment de trahison qui doit l’habiter.
@tous…..Face à ce délire “nucléomenteur”, il est fondamental dans cette lutte qui est d’informer de jouer VERITE, tous les menteurs nuisent à la cause à défendre qui est la VIE !!! L’ heure est grave !
Toutes les informations fausses que l’on donnerait pourraient se retourner contre nous; ceux qui sont adeptes du “j”veux pas savoir “, les traquent (car qui ment une fois ment toujours pour l’inconscient)et souvenons nous: tant ne veulent pas savoir …. Donc soyons “IRREPROCHABLE DE VERITE”.
Ne soyons pas petits et vils, soyons exemplaires.
Je pense que c’est là le message de Laurent de ce jour !!!!!

Strand Strand ·  29 January 2012, 08h57

Effectivement si être exemplaire c’est rester dans un pays dangereux avec sa famille pour aller à l’encontre du mensonge généralisé qui utilise l’inconscient collectif pour glisser de la désinformation et des contre-vérités partout où c’est possible, manipulant et tordant les jugements à tout va, allant jusqu’à effacer les peurs et les doutes, tous les gens qui luttent de cette manière sont effectivement exemplaires!

A mon sens c’est prendre des risques inconsidérés pour sa santé et celle de sa famille. Mais ce n’est que mon avis, et visiblement ici, personne n’a décidé de l’entendre.

La dangerosité des radionucléides nonobstant les effets probabilistes qui font échapper certains aux conséquences directes ( ce qui permet aux pro-nucléaires “de la ramener” en minimisant les effets des radiations) qui sont les déclenchements de tumeurs et de cancers n’est plus à prouver.

Tout ceux qui ont eu un jour accès aux photographies des victimes de Tchernobyl ont une idée assez précise de ce que les radiations font aux corps humains.

L’auteur de ce blog que je ne connais pas personnellement aurait du partir depuis longtemps sans se préoccuper de ce que pensent ou disent les amis chers car face au danger ou à la mort comme toujours il n’y pas d’amitié qui tienne mais plutôt les règles de la survie et de l’auto-protection.

La vie, on l’apprend toujours à ses dépends, rarement à son avantage, m’a t-on gentiment dit un jour!

Mabesoone Mabesoone ·  29 January 2012, 11h13

A “Strand”, Ce type de commentaire a l’emporte-piece me donne vraiment envie d’arreter de traduire mes articles, qui sont ecrits a l’origine en japonais, et de ne plus les donner a lire aux lecteurs francais ou francophones. Vous resterez alors encore un peu plus dans l’omerta du pays le plus nuclearise du monde… Tant -pis pour vous… quand vous vivrez le meme type d’accident. Je suppose qu’en cas d’accident a Bordeaux, par exemple, vous traiterez de fous et d’inconscients tous les gens qui ne veulent pas demenager immediatement de Toulouse ?
N’oubliez pas que de milliers de Francais habitent toujours dans l’est du Japon, et que je suis un des seuls a avoir le courage de decrire ma vie ; tous craignent justement ce type de commentaire facile et mal documente.
Mon but est, a l’origine, de faire prendre conscience de l’absurdite du nucleaire civil (et militaire), d’abord en japonais pour les Japonais (cf. mon groupe, avec les textes originaux en japonais : http://www.facebook.com/groups/2264… ).
Je le repete : A Nagano-ville, je suis dans une zone ou la radioactivite dans l’air n’est pas inquietante, et je fais partie des rares personnes qui peuvent garantir moins d’un Becquerel de cesium dans les repas par jour. Ceci me semble tout a fait raisonnable, pas du tout “inconsidere”, et ceci selon les criteres scientifiques et objectifs des chercheurs bielorusses les plus rigoureux et les plus realistes. “Cher”(?) Strand, “les photographies de Tchernobyl, ca veut dire quoi, d’u point de point scientifique ? Lisez plutot les articles de recherche de MM Bandajevsky, Bablenko, Yablokov, et vous conviendrez avec moi que nous sommes, dans notre famille, bien en dessous des premiers niveaux a risques (10bq de cs137 / kg masse corporelle), grace a nos efforts permanents.
Sachez que la vie d’une famille, au quotidien, ce n’est pas aussi simple qu’un courriel sans references.
Maintenant, je sais beaucoup de Francais, surtout sur internet, surtout a 10 000 km, adorent “donner des lecons”…
En plus de la certitude que nous sommes bien en dessous des niveaux a risques, grace a notre mode de vie adapte, c’est justement ce cote arrogant de certains Francais qui renforce ma volonte de rester dans ce pays.

Marie Marie ·  29 January 2012, 13h25

Je compatis à la peine de l’auteur et voudrais apporter ce petit témoignage. Il y a je crois des situations où il est difficile de préserver les uns tout en restant authentique avec les autres. Un exemple personnel : une personne très proche est décédée d’une leucémie il y a quelques années, dans des circonstances très difficiles, laissant ses deux enfants adolescents derrière elle. Son mari était (et est toujours) très sympa MAIS il travaille chez EDF et est un pronucléaire “maison”. Avant Fukushima, on se bagarrait plus ou moins verbalement sur le sujet. La dernière fois qu’on en a parlé, c’était après l’accident de Fukushima entre adultes où j’ai fini par dire “maintenant, ça suffit, il faut arreter”. Entre-temps, j’avais juste envoyé un message lui disant que j’espérais qu’il ne serait pas envoyé au Japon, les enfants ont besoin de lui. Je pourrais me passer de le voir mais je ne peux/veux pas rompre le lien avec les enfants. Donc, en leur présence ou celle d’amis collègues à lui, je mets mon mouchoir sur ce que je pense et j’évite le sujet (moi qui fais exactement le contraire meme avec des inconnus), j’évite de parler boulot et je refuserais de parler de nucléaire avec les enfants pour ne pas avoir à démonter ce qui fait le revenu de leur père, et donc tout leur environnement de vie par ricochet. Un peu difficile mais c’est la seule voie que j’ai trouvée. Je pense aussi que l’auteur pourrait, s’il en a l’occasion, dire à son (ex)ami les émotions et sentiments que sa révélation inattendue a provoqués en lui. Mais le comportement du “déserteur” cachotier prouve aussi qu’il partage finalement les memes opinions; on peut donc le voir, de façon certes très détournée, comme un encouragement à poursuivre. Le combat continue !!

Janek Janek ·  29 January 2012, 13h36

Cher Laurent,
Encore une fois je vais vous répéter ce que vous savez déjà: je vous suis vraiment grès pour vos articles. Ils m’ont souvent aidé et ont facilité ma vie d’expatrié français au Japon. Ne vous arrêtez pas d’écrire, car vous êtes un fanal pour des milliers d’internautes perdus sur la toile des mensonges et des semi-vérités d’état.
Tant que le nucléaire brassera des milliards de dollars, il y aura toujours des gens pour le défendre. A la manière des métaux lourds radioactifs, il faut les éviter et ne pas en consommer trop régulièrement. Le cancer du désespoir est le pire de tout.
Continuez sur cette voie. ll y a des gens qui vous cracheront dessus. Mais d’autre beaucoup plus nombreux qui vous encourageront de toutes leurs forces!

Strand Strand ·  29 January 2012, 15h16

Cher Mabesoone,

Je n’ai pas besoin de vous dire que vous me choquez.
Je vous trouve excessif.
Personnellement je déteste le nucléaire, et à votre place j’aurais fait mes valises depuis un long moment.

Je ne fais là que vous donnez un avis comme je peux le faire puisque les commentaires sont ouverts.
Je comprends à la lecture de votre réponse que vous êtes un petit peu remué et que vous pensez qu’il s’agit là de commentaires fait “à l’emporte-pièce”, peut-être.
Ce n’est pas pour vous choquer que j’ai écrit de cette manière, car j’aimais bien lire vos notes, je les trouvais empreintes d’une certaine grâce.
Mais la situation m’est apparue vu d’ici il est vrai, un brin ubuesque, les kilomètres déformant certainement le jugement.
Quant à l’arrogance, je ne sais pas.
Je ne vois pas où il y a de l’arrogance dans le fait de dire ce que l’on pense. Je le répète, je suis une anti-nucléaire farouche, l’accident de Fukushima m’a semblé très grave.
Ne serait-ce qu’à cause de l’absence d’agitation auprès des réacteurs “fondus”(? ).
Et le silence autour de cette catastrophe depuis quelques mois me semble aussi un peu…bizarre. Mais bref.
Je ne suis pas mal documentée comme vous dîtes car pour moi il n’y a pas de petits dangers.
Vous avez le droit de vous appuyer sur des études scientifiques pour penser le contraire.
Et vous avez parfaitement le droit comme des milliers de français de consommer du césium si cela vous dit et au Japon. :)

“Certains français?”
Je ne vois pas ce que voulez dire?
Vous pensez à la couleur de peau? A l’origine sociale? A quoi exactement?
A l’absence de ce vous nommeriez tact?
Dans certaines situations, le tact est moins utile que la franchise, non?

Accident à Bordeaux?
J’habite à Toulouse?
Je fais quoi?
Cela dépend, je crois, de la taille de la centrale, du nombre de réacteurs en train de fondre, de la masse du corium ou des coriums? (Qui sait exactement combien ils sont à s’être formés dans le presque total anonymat…)
Cela dépend aussi de la quantité de litres d’eau contaminés déversée dans la nature? Bref!
C’est selon.
Avec un corium et plusieurs tonnes de matière nucléaire, je crois que j’envisagerai assez vite l’idée de foncer sur mon passeport histoire de m’éloigner un brin, le temps de voir venir…

Bon, on dit que quand le corium atteint une nappe phréatique, ça saute!
Mais en vrai on n’en sait rien, on a jamais eu l’expérience en vrai, hors laboratoire je veux dire.
Peut-être que là, on va peut-être enfin savoir comment cela se passe en vrai.

Vous le dîtes vous mêmes nous ne sommes pas dans votre situation, et effectivement ce que nous disons ne peut être le reflet de ce que vous vivez.
En revanche, que vous méprisiez des compatriotes qui ne font que s’inquiéter du sort des français lors d’un accident nucléaire de grande ampleur me parait assez étrange et que vous appeliez cela “donner des leçons” me parait tout aussi “étrange”. Je ne vois pas trop quelle leçon je donne, il s’agissait là plutôt d’une inquiétude formulée rapidement.

N’arrêtez pas d’écrire à cause d’un commentaire tout de même, ce serait dommage!

Très amicalement.

Strand (e)
Leo Leo ·  16 April 2012, 22h40

Suis tombé sur votre site un peu par hasard via d’autres sites sur le nucléaire.
Si je réagis à ce billet, c’est qu’il m’a vraiment frappé, je ne m’attendais pas du tout à la conclusion.
Je ne vis pas au Japon, je réagis de façon anonyme et j’ignore sans doute beaucoup de choses mais il me semble qu’il y a deux conclusions possibles à votre histoire:
- la première est celle du titre.
- la seconde est que si cet homme était votre ami et qu’il ne vous a caché le fait d’avoir envoyé sa femme et son fils à l’étranger pour les protéger… alors c’est que la situation au Japon est peut-être excessivement grave au-delà de tout pronostic pour l’avenir proche de l’humanité.
Les deux conclusions sont tristes, certes, et finalement, vous avez bien fait de choisir le titre comme vous l’avez fait. La première conclusion est la plus triste des deux.

Je ne puis qu’espérer qu’il y aura aussi des récits d’entraide et de solidarité. Plus surprenants encore.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading