Dernière mise à jour 19/12/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L’« agionamenteur » des accrédités !

Geneviève Confort-Sabathé

Para­doxa­le­ment, c’est pour avoir vécu à cré­dit que les riches de la pla­nète et leurs thu­ri­fé­rai­res (ban­quiers, assu­reurs, tra­ders) ont perdu tout cré­dit auprès des peu­ples.

Et c’est bien dans les deux accep­tions du mot « cré­dit » qu’il faut cher­cher la cause de l’enfu­mage effi­cace qui per­mit de dis­si­mu­ler si long­temps la faillite de la finance mon­diale. Cer­tes, on ne prête qu’aux riches, tant en terme de cré­di­bi­lité qu’en terme de créance.

D’un côté, le cré­dit est « prêté » natu­rel­le­ment aux célé­bri­tés d’influence, hom­mes et fem­mes (le capi­ta­lisme en talons hauts cla­que aussi), aux capi­tai­nes d’indus­trie (ceux qui manoeu­vrent leurs entre­pri­ses comme des ber­li­nes alle­man­des), aux accré­di­tés des cer­cles de réflexion et autres ini­tiés de secte maçon­ni­que, reli­gieuse ou autres, lau­réats des médias d’obé­dience libé­rale mais aussi socio-libé­rale (socia­lis­tes pour faire court). Ce cré­dit est social, cul­tu­rel, psy­cho­lo­gi­que.

De l’autre, le cré­dit est « vendu » à ceux qui ne béné­fi­cient pas des mêmes réseaux, de la même con­si­dé­ra­tion, de la même sur­face média­ti­que, de la même créance. Autre­ment dit, tous les pau­vres en influence et en pognon.

Le cré­dit « prêté » aux riches leur per­met donc d’accé­der à l’autre, le cré­dit « vendu »,  mais sans avoir à mon­trer patte blan­che. Qui ose­rait ima­gi­ner que de si esti­ma­bles per­son­nes puis­sent être insol­va­bles ? On prête donc sur du vent, le vent de la con­si­dé­ra­tion.
Même si la domes­ti­ca­tion du per­son­nel poli­ti­que n’encou­rage pas les peu­ples à la méfiance, la cré­di­bi­lité des éli­tes, pour­tant soi­gneu­se­ment entre­te­nue par les grands médias, en a pris un sacré coup.

Les citoyens euro­péens sont étran­glés dans des cré­dits sans fin que j’appelle, joyeu­se­ment, les cré­dits «  revol­ving/revol­ver » en rai­son de leur pro­pen­sion à inci­ter au sui­cide les mal­heu­reux endet­tés. Une sorte de mort à cré­dit.

Pas éton­nant s’ils hési­tent à uti­li­ser leur bul­le­tin de vote pour per­met­tre à des salauds ou leurs com­pli­ces d’accé­der à un sta­tut pres­ti­gieux accré­di­tant leur pro­pen­sion natu­relle à tra­hir le populo cré­dule. Il faut dire que les dépu­tés euro­péens ont for­te­ment ten­dance à se trans­for­mer en maqui­gnons dès lors qu’ils ont une situa­tion assise dans l’hémi­cy­cle de Stras­bourg. Là, ils oublient jusqu’à leur idéo­lo­gie et s’aco­qui­nent, au coup par coup, avec n’importe quel groupe poli­ti­que. Ainsi, le citoyen lambda croit voter pour un député de gau­che ou un éco­lo­giste et il décou­vre qu’il a élu un VRP mul­ti­car­tes.

Pour chas­ser l’abo­mi­na­ble spec­tre de l’abs­ten­tion mas­sive, les poli­ti­ques euro­péens ont entre­pris un acte de con­tri­tion géné­ra­lisé. Ils font amende hono­ra­ble, pro­po­sent la mora­li­sa­tion du capi­ta­lisme, pro­met­tent de pren­dre en compte les nou­vel­les don­nées socia­les, poli­ti­ques et mêmes socié­ta­les. Ils envi­sa­gent un véri­ta­ble aggior­na­mento des pra­ti­ques du capi­ta­lisme mon­dia­lisé.

Pre­mière étape de cette actua­li­sa­tion à mar­che for­cée, les élec­tions euro­péen­nes sont un test, de grande ampleur, sus­cep­ti­bles de redon­ner du cré­dit aux éli­tes du capi­ta­lisme ou au con­traire de les dis­cré­di­ter défi­ni­ti­ve­ment.

Car l’aggior­na­mento annoncé pour­rait appa­raî­tre comme un « agio­na­men­teur », une sorte de poker men­teur dont le but est de sau­ver le sol­dat « agio » pour con­ti­nuer tran­quille­ment de spé­cu­ler sur les tran­sac­tions moné­tai­res tout en rete­nant tou­jours un petit quel­que chose sur tou­tes les opé­ra­tions ban­cai­res des petits clients.

Les son­da­ges mon­trent que les citoyens euro­péens ne sont pas prêts à se lais­ser ton­dre. Un taux record d’abs­ten­tion ren­drait toute poli­ti­que illé­gi­time. Sur­tout si cette poli­ti­que est impo­pu­laire et basée sur les recom­man­da­tions de la Ban­que cen­trale euro­péenne, de la Com­mis­sion et du Con­seil des minis­tres des États mem­bres. Sur­tout si cette poli­ti­que s’appuie sur les arti­cles du Traité de Lis­bonne, imposé à tous les citoyens des peu­ples d’Europe par la for­fai­ture des dépu­tés fran­çais.


Voir aussi  le Dos­sier |N!| : Tra­vailler plus pour rem­bour­ser plus


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Geneviève Confort-Sabathé

Auteur: Geneviève Confort-Sabathé

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Le grand assèchement

Lorsque demain les historiens se pencheront – une fois dissipées les brumes de l’actualité trop proche – sur la vie sociale et politique que traverse la France d’aujourd’hui, ils ne manqueront probablement pas de souligner à quel point majeur le macronisme aura magistralement et prestement vidé de sa substance le champ politique.

Lire la suite

edito.gif

Quand il suffit de traverser la rue

Comme la vie devient facile sous le règne d’Emmanuel Macron ! Tellement facile que les citoyens en arrivent presque à se demander pourquoi ils se compliquaient l’existence jusqu’à l’avènement du majuscule pédagogue aux solutions évidentes pour toutes sortes de problèmes qui taraudaient auparavant nombre de fieffés inquiets. Ainsi, la question du chômage que nous trouvions terrible il y a peu de temps encore est beaucoup moins grave qu’il y paraît dès lors que l’on accepte d’être résolument positif. Du travail il y en a partout. On change de trottoir et les emplois pleuvent comme vache qui pisse. Il faut seulement ne pas avoir peur de traverser la chaussée.

Lire la suite