Last site update 27/02/2021

To content | To menu | To search

Le Grenelle de l'environnement est un « Munich de l'écologie » par Paul Ariès

« Nico­las Sar­kozy parle de « révo­lu­tion verte ». Le patro­nat fran­çais, Medef et CGPME, se déclare gran­de­ment satis­fait. Les syn­di­cats par la voix de Fran­çois Ché­rè­que saluent un pro­ces­sus posi­tif. Corine Lepage (Modem et Cap 21) est aux anges.
Le parti socia­liste applau­dit les mesu­res annon­cées par Nico­las Sar­kozy. L’Union euro­péenne se dit com­blée par la voix de son Pré­si­dent…. »

Al Gore a passé com­mande d’un Gre­nelle mon­dial à Sar­kozy.
Preuve  que  la  vison sar­ko­zyenne de l’éco­lo­gie est bien mon­dia­le­ment com­pa­ti­ble  sans rien chan­ger à la puis­sance des grands grou­pes et aux logi­ques  éco­no­mi­ques domi­nan­tes. Nous avions donc rai­son de dire lors du  con­tre-Gre­nelle  de  l’éco­lo­gie  le  6  octo­bre  à  Lyon que si le Gre­nelle   sera  sarko-com­pa­ti­ble,  le  sar­ko­zysme  n’est  pas,  lui, écolo-com­pa­ti­ble. Nico­las Hulot a fina­le­ment bien mérité de TF1 et du sar­ko­zysme.


Ce  Gre­nelle de l’envi­ron­ne­ment est un véri­ta­ble Munich de l’éco­lo­gie poli­ti­que.
Munich de l’éco­lo­gie poli­ti­que car l’idée qu’une « Union sacrée » soit pos­si­ble  autour  du  sar­ko­zysme  sous  le  pré­texte  de la défense de l’envi­ron­ne­ment a fina­le­ment triom­phé. Comme si l’éco­lo­gie n’était pas une  affaire  de  choix de société avec néces­sai­re­ment des per­dants et des  gagnants  : la grande ques­tion étant de savoir qui des pau­vres ou des  riches paiera la crise éco­lo­gi­que. Munich de l’éco­lo­gie poli­ti­que car l’idée s’impose qu’on pour­rait obte­nir des avan­cées sans cons­truire d’abord  un  rap­port  de  force  face  à  la  puis­sance  des  lob­bies éco­no­mi­ques et nucléo­crâ­tes.


Ce  Gre­nelle de l’envi­ron­ne­ment est une défaite de l’éco­lo­gie que nous paie­rons très cher.
Il  retarde  le  moment où il fau­dra bien appren­dre à vivre mieux avec beau­coup  moins ce qui sup­pose d’abord un autre par­tage des res­sour­ces entre les riches et les pau­vres. Dans  l’attente  du  grand  soir  pro­mis  par  Sar­kozy  au nom de sa « révo­lu­tion  verte »  et  de  l’extinc­tion  durant cinq minu­tes de nos ampou­les  élec­tri­ques,  sou­ve­nons-nous  que  le  22  avril 1970, vingt mil­lions  d’amé­ri­cains avaient par­ti­cipé au «pre­mier jour de la Terre»,  qu’à cette occa­sion la 5e ave­nue de New York avait même été fer­mée à la cir­cu­la­tion.
Nous avons vu com­bien cette éco­lo­gie des bons sen­ti­ments est un mar­ché de dupes.
Trente  ans  plus  tard, les cri­ses envi­ron­ne­men­ta­les et socia­les sont encore plus dra­ma­ti­ques.

Que pen­ser des mesu­res pri­ses par le Gre­nelle offi­ciel ?
On nous parle de geler les cons­truc­tions d’auto­route et d’aéro­ports. Cette pro­messe est un mar­ché de dupes puis­que si l’Etat s’est engagé à ne plus aug­men­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment les inves­tis­se­ments dédiés au déve­lop­pe­ment de nou­vel­les capa­ci­tés rou­tiè­res et aéro­por­tuai­res, il a immé­dia­te­ment ajouté sauf en cas de con­tour­ne­ment d’une agglo­mé­ra­tion, sauf  en  cas de néces­sité liée à un pro­blème de sécu­rité, sauf en cas d’inté­rêt  local,  etc. Que res­tera-t-il fina­le­ment des bel­les paro­les aux  nom  du  réa­lisme  éco­no­mi­que ? On fera un peu moins d’auto­rou­tes mais  on  con­ti­nuera  à déve­lop­per en prio­rité le TGV au détri­ment des
TER et de la néces­saire relo­ca­li­sa­tion de nos acti­vi­tés éco­no­mi­ques et de loi­sirs.        

On nous pro­met une fis­ca­lité verte
Cette pro­messe est un mar­ché de dupes car le trans­fert d’une par­tie de la  fis­ca­lité  des  entre­pri­ses  sur  le  car­bone abou­tira à péna­li­ser davan­tage  encore  ceux  qui ont le moins : elle videra les rou­tes des voi­tu­res  des  plus  pau­vres  pour que les riches puis­sent rou­ler plus vite. Ce pro­jet  d’un  bonus/malus  a  été accepté comme une divine sur­prise  comme  si la crise éco­lo­gi­que tenait avant tout aux vieilles voi­tu­res  pol­luan­tes  des plus pau­vres et non à la sur­con­som­ma­tion des plus riches et à un modèle de vie éco­lo­gi­que­ment insou­te­na­ble.

On nous pro­met une loi sur les OGM
Cette pro­messe est un mar­ché de dupes car le gel annoncé n’est en rien le  mora­toire exigé par les asso­cia­tions envi­ron­ne­men­ta­les. Ce gel des cul­tu­res  de  maïs  Mon  810  durant  l’hiver  est  une  cam­pa­gne de com­mu­ni­ca­tion  pas gênante pour les bio-tech­no­lo­gies puisqu’on ne sème pas  durant  cette période. La loi annon­cée est un véri­ta­ble piège car sous  pré­texte de liberté de faire ou de ne pas faire des OGM, elle ne répond  pas  à  la  ques­tion posée par une majo­rité de fran­çais sur la dan­ge­ro­sité  des  OGM  mais aussi de choix d’une agri­cul­ture pay­sanne. Elle  enté­rine  les  solu­tions  libé­ra­les  sous  forme  de dom­ma­ges et inté­rêts  en  cas  de  pol­lu­tion.  Sar­kozy  le  dit clai­re­ment : cette sus­pen­sion  de  la  cul­ture  com­mer­ciale des OGM «ne signi­fie pas que nous devons con­dam­ner tous les OGM, et notam­ment les OGM d’ave­nir ». Le chef de l’Etat a même exprimé sa volonté d’accé­lé­rer encore plus la recher­che sur les OGM.

On nous pro­met plus de bio dans les éco­les
Cette  pro­messe  est  un  mar­ché  de  dupes  puis­que la régle­men­ta­tion euro­péenne géné­ra­lise la bio-indus­trie con­tre la véri­ta­ble agri­cul­ture bio­lo­gi­que : on n’avan­cera pas d’un pouce si les ali­ments bio par­cou­rent la pla­nète avant d’arri­ver dans les assiet­tes de nos enfants. Une vraie alter­na­tive est de reve­nir à une cui­sine faite sur place,  avec  des  pro­duits  locaux, de sai­son et si pos­si­ble « bio ».

On nous pro­met de mora­li­ser la publi­cité
Cette pro­messe est un mar­ché de dupes dès lors que l’Etat n’abroge pas la  cir­cu­laire Lang qui per­met  à la publi­cité de péné­trer dans les éco­les par les fenê­tres tout en demeu­rant inter­dite, tant que l’Etat ne res­pec­tera  pas  la loi en fai­sant démon­ter les pan­neaux illé­gaux, tant que la publi­cité ne sera pas inter­dite à la télé­vi­sion aux heu­res où  tant d’enfants sont devant le poste, tant qu’on n’inver­sera pas la hié­rar­chie  des  nor­mes juri­di­ques en fai­sant pri­mer le droit des usa­gers sur celui des mar­chands en géné­ra­li­sant, par exem­ple, des zones sans publi­cité.       

On nous pro­met de divi­ser par deux les pes­ti­ci­des
Cette pro­messe est un mar­ché de dupes car sitôt l’annonce faite que cet objec­tif devrait être atteint en dix ans, on apprend que sous la pres­sion de la FNSEA la date butoir dis­pa­rait.

Sar­kozy a annoncé la con­vo­ca­tion d’un autre Gre­nelle l’an pro­chain.
Chi­che à la même date : nous orga­ni­se­rons de nou­veau un con­tre-Gre­nelle.

En atten­dant nous ne lais­se­rons pas Sar­kozy pro­fi­ter de la pré­si­dence fran­çaise de l’Union euro­péenne en juillet 2008 pour impo­ser à l’Europe le retour au tout-nucléaire…
Face à une droite natu­rel­le­ment sarko-com­pa­ti­ble et à une gau­che tou­jours plus sarko-com­pa­ti­ble… Nous  disons que l’on ne peut vou­loir à la fois plus de crois­sance et plus d’éco­lo­gie.
Face au Front Natio­nal de Libé­ra­tion de la Crois­sance canal Attali, nous rejet­tons l’objec­tif de 5 % de crois­sance par an car comme le disait Attali en 1973 croire que la crois­sance puisse réduire les iné­ga­li­tés socia­les est une escro­que­rie intel­lec­tuelle.
Face à Flo­rence Pari­sot et à Chris­tine Lagarde qui veu­lent aller cher­cher les der­niers points de crois­sance avec les dents, nous lan­çons un appel à boy­cot­ter la grande dis­tri­bu­tion notam­ment lors des noc­tur­nes com­mer­cia­les et les diman­ches. Face  à  ceux qui choi­sis­sent de nour­rir leurs voi­tu­res plu­tôt que six mil­liards  d’humains,  nous  exi­ge­rons le mora­toire immé­diat sur les agro-car­bu­rants pré­senté hier à l’ONU par Jean Zie­gler. 

Paul Ariès est :
Co-orga­ni­sa­teur du Con­tre-Gre­nelle de l’envi­ron­ne­ment
Rédac­teur au jour­nal La Décrois­sance
Direc­teur de la rédac­tion du jour­nal Le Sar­ko­phage

La pro­pa­gande

Gre­nelle de l’envi­ron­ne­ment : une loi pré­sen­tée début 2008 l Chal­lenge |



Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Netoyens.info

Author: Netoyens.info

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed



You might also like

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Continue reading

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Continue reading