Last site update 22/10/2020

To content | To menu | To search

Base-Élèves, un outil du coup d'État permanent par Gdalia Roulin 1

Mem­bre du Col­lec­tif Saint-Affri­cain (Avey­ron) con­tre « Base-Élè­ves » (BE),  Gda­lia Rou­lin n’est ni ensei­gnante, ni actuel­le­ment parent d’élève. Elle est cepen­dant impli­quée dans le Col­lec­tif Natio­nal de Résis­tance à Base-Élè­ves con­si­dé­rant que le sort fait à la jeu­nesse inté­resse tous les adul­tes d’une société et carac­té­rise cette société.
Dans cette réflexion qui prend le temps d’abor­der toute la com­plexité d’un sujet majeur, l’auteure s’inter­roge au fond sur le type de con­trat social sou­hai­ta­ble pour demain.

Le fichage des enfants n’est pas seu­le­ment l’aspect d’un pro­blème qui con­cerne toute la société. Obser­vant la mise en place du fichage de tous les citoyens, en com­men­çant dès le plus jeune âge, au mépris de toute démo­cra­tie, Gda­lia Rou­lin mon­tre com­ment nous som­mes entraî­nés de gré ou de force vers un cer­tain type de société que nous n’avons cer­tes pas choisi, mais qui avance, d’un fait accom­pli à un autre fait accom­pli…

Que vou­lons-nous : l’épa­nouis­se­ment de cha­que être humain,

ou nous sou­met­tre à la croyance que les pro­fits moné­tai­res doi­vent faire la loi ?

     J’ai tou­jours été indi­gnée que tout le tra­vail réa­lisé en psy­cho­lo­gie et en péda­go­gie par de grands cher­cheurs ou pion­niers huma­nis­tes ne soit abso­lu­ment pas uti­lisé à grande échelle pour favo­ri­ser l’épa­nouis­se­ment et le déve­lop­pe­ment opti­mum des enfants, des jeu­nes et, pour­quoi pas, de tous.
    Quel­ques grands noms sont con­nus, cer­tes, tels que “Mon­tes­sori”, “Frei­net”, “Illitch” ou “Neill” par exem­ple. Mais l’ins­ti­tu­tion “Édu­ca­tion Natio­nale” n’a jamais accepté de se con­fron­ter sérieu­se­ment à ces métho­des. Elle a au con­traire mis des bâtons dans les roues tant qu’elle a pu con­tre ceux qui ont cher­ché à fon­der leur péda­go­gie sur ces con­cep­tions plus ou moins liber­tai­res, axées sur le res­pect et le déve­lop­pe­ment de l’indi­vidu et de sa socia­bi­lité res­pon­sa­ble, c’est-à-dire sur la for­ma­tion de citoyens capa­bles d’auto-orga­ni­sa­tion. (L’auto­no­mie est même en passe de deve­nir un délit dans la pro­pa­gande offi­cielle !!!).
    Ce qui me fait dire au pas­sage que si je défends l’école publi­que et laï­que, je crois aussi que pour per­met­tre l’épa­nouis­se­ment des enfants qui lui sont con­fiés, et pré­pa­rer une société plus heu­reuse, il faut la refon­der radi­ca­le­ment, dans l’opti­que de favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment opti­mum des poten­tia­li­tés de cha­cun. État d’esprit com­plè­te­ment dif­fé­rent de la logi­que de la haute finance qui anime nos édi­les actuels, laquelle est com­plè­te­ment égo­cen­tri­que et pré­da­trice.

    Les “réfor­mes” du gou­ver­ne­ment actuel se font au mépris com­plet des besoins humains. Cela est très clair vis-à-vis de l’école, c’est tout aussi clair vis-à-vis du déman­tè­le­ment géné­ra­lisé des ser­vi­ces publics. Que ce soit l’hôpi­tal, la sécu., la poste, les trans­ports, les tri­bu­naux, etc…, ainsi que les délo­ca­li­sa­tions, tout ne tend qu’à un seul but : pro­duire des pro­fits finan­ciers, pour ceux qui ne savent déjà pas quoi faire de leur argent. (En nous dépos­sé­dant hypo­cri­te­ment de ce qui nous appar­tient col­lec­ti­ve­ment, et que nous devrions pou­voir gérer nous-mêmes direc­te­ment).
    Et par-des­sus le mar­ché, on nous expli­que que cela va beau­coup nous aider, que l’argent des con­tri­bua­bles serve à ver­ser des mil­liards aux ban­ques (deve­nues pri­vées comme il se doit !), ou que l’on exo­nère les entre­pri­ses de leurs “char­ges”… parce que bien sûr, nous, les hum­bles “tra­vailleurs” et/ou pré­cai­res, nous n’appor­tons pas de chance de relance à cet ordre capi­ta­liste malade (excu­sez le pléo­nasme !), et nous devrions uni­que­ment pas­ser notre temps à deman­der un tra­vail à genoux, sans nous poser la ques­tion de son uti­lité, n’importe quel bou­lot pour sur­vi­vre par pitié, et
en com­pre­nant bien la grande misère des entre­pri­ses réel­le­ment affron­tées à une com­pé­ti­tion effré­née et déli­rante où sévit la loi des pro­fits moné­tai­res débri­dés, ce pour quoi il faut lais­ser déman­te­ler le code du tra­vail et les con­seils de prud­hom­mes, en se lais­sant fra­gi­li­ser cha­que jour un peu plus, iso­ler, cul­pa­bi­li­ser, sur­veiller et punir…
    Ce qui n’empê­chera nul­le­ment de nous res­ser­vir dans quel­ques temps la thèse comme quoi, sans l’apport du capi­tal (ren­floué aux frais de la prin­cesse sans aucun titre de pro­priété cor­res­pon­dant), nous n’aurions rien, pas d’emplois, pas de salai­res.
    Tiens, pen­dant que j’écri­vais, la bonne nou­velle est tom­bée : Total a fait plus de béné­fi­ces que jamais : 14 mil­liards d’euros. Mer­veilleux, non ? De là à ce qu’ils créent des pos­tes de tech­ni­ciens de sur­face sur les pla­ges, faut pas rêver, hein !
    La pen­sée domi­nante veut donc que sans le capi­tal pré­ten­du­ment apporté par les diri­geants, nous ne soyons qu’une bande de bons à rien, inca­pa­bles de savoir de quoi nous avons besoin et com­ment faire pour réa­li­ser les biens cor­res­pon­dants et les par­ta­ger.
    Depuis quand l’or se mange-t-il ? Et depuis quand l’or donne-t-il à ses thé­sau­ri­seurs plus de luci­dité qu’aux autres ? Ce qu’il donne, dans notre sys­tème social, et ce qu’il per­met d’ache­ter, outre les mar­chan­di­ses, c’est le pou­voir. Et même le pou­voir d’essayer de tout trans­for­mer en mar­chan­di­ses, pré­séan­ces et pri­vi­lè­ges.
    Tout est là. Com­ment fait-on ? Quel­les ini­tia­ti­ves nous laisse-t-on ? Quelle liberté pre­nons-nous ?
    Non, je ne me suis pas éloi­gnée du sujet « base-élève ».

Société sous con­trôle hyper-cen­tra­lisé, ou société d’adul­tes libres et égaux en droits ?

Le choix est bien entre une société sous con­trôle ultra cen­tra­lisé, où cha­que grouillot de base est traité comme un fau­tif en puis­sance et cerné en per­ma­nence, et entre une société réel­le­ment démo­cra­ti­que, où cha­que citoyen a voix au cha­pi­tre à éga­lité avec cha­que autre indi­vidu.
    Base-Élè­ves, dans un ordre éta­bli où le pou­voir appelle à la déla­tion, elle aussi mon­naya­ble of course, c’est la “déla­tion soft”, la “déla­tion pré­ven­tive”, ano­nyme comme la let­tre du même nom puis­que géné­ra­li­sée, et insi­pide…
    J’ajou­te­rai que les direc­teurs, som­més de ren­sei­gner BE, sont jus­te­ment dans la situa­tion où ils doi­vent choi­sir entre le misé­ra­bi­lisme, la posi­tion “échine con­ve­na­ble­ment cour­bée”, ou un posi­tion­ne­ment clair et mobi­li­sa­teur en leur âme et cons­cience, sans oublier que le mimé­tisme existe, et qu’il s’agit de faire boule de neige en évo­luant plu­tôt vers “l’homo érec­tus”, tant que pos­si­ble.

    Je remar­que aussi que, pour met­tre en place ces outils hau­te­ment per­for­mants, tout cet équi­pe­ment à tra­vers lequel on veut gou­ver­ner machi­na­le­ment les per­son­nes humai­nes, on trouve les moyens que l’on pré­tend ne pas avoir pour main­te­nir des pos­tes ou des clas­ses…

    Et puis, cer­tes, l’admi­nis­tra­tion nous informe aussi peu que pos­si­ble, et édul­core tant qu’elle peut ce qui est en train de se pas­ser, mais un cer­tain nom­bre de citoyens ne pour­ront quand même pas dire, comme en 40 : “On ne savait pas !”. Tous les élé­ments sont sous les yeux de qui veut bien regar­der la réa­lité et ses res­pon­sa­bi­li­tés en face.
    Mal­gré mon indul­gence quasi légen­daire, je ne suis pas prête à trou­ver excu­sa­ble n’importe quelle com­pro­mis­sion au pré­texte qu’on serait “obligé” de con­ser­ver son poste etc…, etc…
    Il est un cer­tain nom­bre d’emplois que je n’aurais accepté sous aucun pré­texte, et vrai­ment, il y en a une lon­gue liste dont les occu­pants, s’ils avaient bien voulu se repo­ser de pré­fé­rence, vaquer à leurs “loi­sirs”, et en tout cas s’en abs­te­nir, nous auraient rendu un fameux ser­vice. Entre les tra­vailleurs de l’arme­ment, ceux des pes­ti­ci­des, du nucléaire, les publi­ci­tai­res, et j’en passe et des meilleurs, vous vous ren­dez compte de tout le temps libre que ça déga­ge­rait !
    Oui, mais nous ris­que­rions d’avoir le temps et l’éner­gie de réflé­chir, et de deve­nir trop intel­li­gents, peut-être même con­tes­ta­tai­res ! Nous ris­que­rions de nous mêler de ce qui nous regarde ! À évi­ter à tout prix ! Don­nez-moi donc plu­tôt des cal­mants aux enfants trop tur­bu­lents, les labos ont besoin de pros­pé­rer !… Ah bon !

    Un fonc­tion­naire est nor­ma­le­ment, ordi­nai­re­ment zélé et obéis­sant.
    Un fonc­tion­naire d’exé­cu­tion n’a cer­tes pas pour habi­tude de se poser des ques­tions sur la léga­lité des ordres trans­mis par sa hié­rar­chie. Étant donné que toute l’ins­ti­tu­tion est sup­po­sée fonc­tion­ner dans le cadre du res­pect strict de la loi, un sim­ple fonc­tion­naire n’a même pas à ima­gi­ner qu’un ordre illé­gal puisse lui être donné. Pour­tant, depuis l’irré­sis­ti­ble ascen­sion du petit Nico­las, c’est ce qui arrive à peu près jour­nel­le­ment. Du fait pour­tant du pli d’avoir à “faire con­fiance” à sa hié­rar­chie pour l’inter­pré­ta­tion et l’appli­ca­tion des tex­tes, un direc­teur est sup­posé obéir à ses “supé­rieurs”, et bien évi­dem­ment un gen­darme ou un poli­cier obéi­ront stric­te­ment aux ordres venus d’en haut. Ce qui se com­prend si l’on ne veut pas avoir affaire à de mul­ti­ples arbi­trai­res, mais ce qui devient très pro­blé­ma­ti­que lors­que l’arbi­traire s’exerce au plus haut niveau, au point que nous assis­tons à un coup d’état per­ma­nent.

    Très con­crè­te­ment, nous assis­tons d’ailleurs à la cri­mi­na­li­sa­tion de la jeu­nesse, et de la pau­vreté qui se répand comme une lèpre, aux des­cen­tes de police mus­clées, avec chiens, qui se répè­tent dans les col­lè­ges ! J’attends de voir sans y croire, et sans l’espé­rer non plus, quand les chiens et les gen­dar­mes débar­que­ront-ils dans les col­lè­ges hup­pés, et pour­quoi pas pri­vés, d’ailleurs ? La dro­gue ne cir­cu­le­rait-elle que dans des milieux défa­vo­ri­sés, dans la basse classe ? Ah, ce n’est pas ce qu’on m’avait dit, au temps où l’on cher­chait à com­pren­dre !

    Que devient le droit fran­çais et sa pré­somp­tion d’inno­cence ? C’est ça, la nou­velle pédo­go­gie moderne ? Le règne de la “bonne insé­cu­rité”, l’humi­lia­tion, la cul­pa­bi­li­sa­tion, l’impo­si­tion de la force brute, la trans­for­ma­tion de cha­cun en élé­ment ano­nyme et sus­pect a priori ? (Quand on fait par­tie de la “France d’en bas”, bien sûr, celle dont la racaille vole les moby­let­tes des fils de la Haute !).
    C’est ça, la nou­velle péda­go­gie moderne qui va ins­pi­rer les pro­gram­mes des ordi­na­teurs de ges­tion des “cohor­tes” d’élè­ves ?

Lire la suite (2) : Hon­nê­teté. Une exi­gence fon­da­men­tale !


Texte ini­tia­le­ment envoyé sur la liste de dis­cus­sion du CNRBE (Col­lec­tif Natio­nal de Résis­tance à Base-Élè­ves), le 15 février 2009.
Modi­fi­ca­tions appor­tées pour Netoyens.info le 27 février 2009.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Gdalia Roulin

Author: Gdalia Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Continue reading

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Continue reading