Last site update 22/10/2020

To content | To menu | To search

Base-Élèves, un outil du coup d'État permanent par Gdalia Roulin 3

Face à une atta­que glo­bale, éla­bo­rons une stra­té­gie d’ensem­ble.

    Il y a tou­jours plu­sieurs façons de con­si­dé­rer un pro­blème, tout comme les mala­dies. Il sem­ble de bon ton de lut­ter pied à pied con­tre des symp­tô­mes suc­ces­sifs, de lut­ter con­tre des con­sé­quen­ces avé­rées, l’une après l’autre.
    Parce que ce serait à nous, les vic­ti­mes, de démon­trer la réa­lité des atta­ques que nous subis­sons pour­tant de tous côtés, et que nous pou­vons cons­ta­ter ample­ment tous les jours. Et tant que l’ennemi avance mas­qué, nous n’aurions pas le droit de nous oppo­ser à ses méfaits, pour­tant recon­nus !
    Pour­quoi devrions-nous nous jus­ti­fier sans cesse face à ce que nous com­pre­nons par­fai­te­ment bien, et cha­que fois que nous vou­lons choi­sir ?
    En réa­lité, nous savons bien que l’atta­que est glo­bale, même si on vou­drait nous faire croire que tout se passe en ordre dis­persé, par­fois même il s’agi­rait d’une erreur ou d’un excès de zèle ou de parole minis­té­riel, d’un man­que de péda­go­gie. Pau­vres de nous, qui avons besoin de leçons de rat­tra­page !
    Le résul­tat le plus clair de ce genre de pro­pa­gande, c’est de ser­vir à frag­men­ter nos lut­tes et les divi­ser dans l’espace et le temps.
La « bien-pen­sance », ça suf­fit !
    Une idée reçue est qu’il faut se défen­dre d’être “parano”. Encore une fois, on amal­game une caté­go­rie psy­chia­tri­que patho­lo­gi­que avec une atti­tude par­fai­te­ment saine et lucide qui con­siste à dénon­cer les pro­cé­dés réel­le­ment dan­ge­reux et malin­ten­tion­nés de cer­tains.
    Non vrai­ment, si ce n’est à l’état de jeune enfant, tout le monde il est pas beau, tout le monde il est pas gen­til. Et ce n’est pas parce que le temps passe que nous devien­drions moins “bar­ba­res”, nous, les humains.
    Faut-il, pèle-mêle, citer les dif­fé­ren­tes exter­mi­na­tions, qu’on les appelle géno­ci­des ou mas­sa­cres : géno­cide nazi con­tre les oppo­sants poli­ti­ques, les Juifs, les Tzi­ga­nes, les homos et han­di­ca­pés, Armé­nie, Tchét­ché­nie, Rwanda, Bos­nie, Argen­tine, Chili, ghetto de Var­so­vie, gou­lags, Sabra et Cha­tila, Guan­ta­namo, “Plomb durci” sur Gaza, etc… etc…
    Je ne parle même pas des dic­ta­tu­res qui sont légion !
    Les régi­mes tota­li­tai­res, qui règnent par la loi du plus fort et le crime orga­nisé (à mon avis les guer­res ne sont pas autre chose, et elles sont au ser­vice d’inté­rêts eux aussi fort peu hon­nê­tes, et tout sauf soli­dai­res), sont les plus nom­breux, et je ne les énu­mé­re­rai même pas, mon mes­sage serait beau­coup trop long, pas vrai !

    Serions-nous donc assu­rés, au XXI° siè­cle n’est-ce-pas, que “la civi­li­sa­tion”, “la démo­cra­tie” – tou­jours occi­den­tale ! - ont évi­dem­ment triom­phé par­tout ?
    Évi­dem­ment non !
    Évi­dem­ment nous en som­mes très loin.

    Et en France, dans notre beau pays des « Droits de l’Homme », où en som­mes-nous ?
    Som­mes-nous immu­ni­sés con­tre la dic­ta­ture ? D’où nous pour­rions nous ras­su­rer que tous les fichiers n’exis­tent et n’exis­te­ront bien entendu que pour nous ren­dre ser­vice ? (Ce serait bien le seul exem­ple de défense d’un ser­vice au “public” exigé par ce gou­ver­ne­ment !).
    C’est ce que j’appelle jouer à la rou­lette russe.

N’assis­tons-nous pas, depuis l’élec­tion de M. Sar­kozy, à un coup d’état per­ma­nent ?

    Il est pour­tant fal­la­cieux de dire qu’une majo­rité de Fran­çais a voté pour ce mon­sieur, car c’est ne pas tenir compte des abs­ten­tion­nis­tes. Il ne repré­sen­tait, au plus, et au moment du vote, que moins d’un tiers de l’élec­to­rat. Si nous vou­lons à tou­tes fins tou­tes for­ces vivre dans un régime repré­sen­ta­tif, qui donc repré­sente, hon­nê­te­ment, tous les autres ?
    Et sur­tout, quand et com­ment aurions-nous voté pour un pro­gramme fran­che­ment débattu, sur la base d’infor­ma­tions libres et con­tra­dic­toi­res, et après mûres réflexions, en détaillant les sujets ?
    Or, cet élu hyper­ac­tif et omni­pré­sent ne chôme pas, lui (ni ses dévoués col­la­bo­ra­teurs). Ils abat­tent un rude tra­vail au pas de charge, pour gagner des cen­tai­nes de mil­liers de fois plus, eux et leurs copains, c’est de plus en plus évi­dent !

    En vrac : con­cen­tra­tion de tous les pou­voirs aux mains du pou­voir exé­cu­tif.
    Réduc­tion des pou­voirs du Par­le­ment, qui n’en avait déjà pas beau­coup.
    Subor­di­na­tion de la Jus­tice avec la sup­pres­sion des juges d’ins­truc­tion, ins­truc­tion doré­na­vant con­fiée à des magis­trats dont l’avan­ce­ment dépend direc­te­ment du gou­ver­ne­ment !
    Mise au pas des médias, qui étaient pour­tant déjà bien tenus par le pou­voir éco­no­mi­que.
   
    Quelle que soit notre con­cep­tion d’une orga­ni­sa­tion démo­cra­ti­que de la société - et moi je pense qu’il ne s’agit ni de don­ner, ni de pren­dre le pou­voir, mais qu’il faut abso­lu­ment empê­cher qu’il soit pris par cer­tains sur les autres - bref, quelle que soit la façon dont on ima­gine la struc­ture démo­cra­ti­que de la société pour garan­tir le maxi­mum de liberté à tous, on peut au moins être d’accord sur la néces­sité de la sépa­ra­tion des pou­voirs.
    C’est ce qu’on m’avait appris à l’école, quand j’étais petite, comme une règle fon­da­men­tale indis­pen­sa­ble à un fonc­tion­ne­ment démo­cra­ti­que.
    Or, ces prin­ci­pes sont fou­lés au pied sans aucun débat, et on n’entend pas beau­coup de voix s’éle­ver pour dénon­cer ces vio­la­tions du droit. Les lois cadre exis­tent, pour­tant. Que fait-on de la décla­ra­tion uni­ver­selle des droits de l’homme, de la con­ven­tion inter­na­tio­nale des droits de l’enfant, tou­tes deux rati­fiées par “la France”, et que fait-on de la cons­ti­tu­tion fran­çaise ? (*) Par exem­ple aussi, quid de la loi de 1905 sur la laï­cité et la sépa­ra­tion des Égli­ses et de l’État, qui est vio­lée régu­liè­re­ment sans que grand monde pro­teste ! Cela n’a pour­tant rien d’ano­din. Dans le même temps où la con­tes­ta­tion radi­cale en poli­ti­que est cri­mi­na­li­sée, le chef de l’État se per­met de nous dire où se situe la bien-pen­sance : les ensei­gnants reli­gieux seraient tel­le­ment meilleurs que les laï­ques, par­don, les laï­cards, pour dire à cha­cun quel sens don­ner à sa vie ! L’école de la Répu­bli­que est laï­que, mais le “pre­mier magis­trat de France” se per­met de nous indi­quer quelle phi­lo­so­phie serait meilleure qu’une autre ? Man­daté par qui ? Dans quel cadre légal ? Faut-il deman­der : “Que fait la police ?”, ou plus pla­te­ment : “Que fait donc l’oppo­si­tion au pou­voir en place, dans ce pays ?”.
    Parmi les par­tis sup­po­sés être cré­di­bles pour nous gou­ver­ner, on cher­che vai­ne­ment une ana­lyse de fond, et je ne vois per­son­nel­le­ment dans leurs com­mu­ni­qués que des répon­ses par­cel­lai­res, d’une incon­sis­tance et d’une mol­lesse ahu­ris­san­tes, qui ne dénon­cent jamais la cause de tou­tes ces déri­ves gra­ve­ment dan­ge­reu­ses pour l’ensem­ble de la popu­la­tion.

    Je par­lais du prin­cipe de base de res­pect de la sépa­ra­tion du pou­voir.
    Je par­lais de tout ce qui se met insi­dieu­se­ment en place de par­tout, si bien qu’en usant nos éner­gies à batailler d’une école à une autre, d’une fer­me­ture de classe ici à une sup­pres­sion de poste là, d’une fer­me­ture de mater­nité à la dis­pa­ri­tion d’un hôpi­tal de proxi­mité, d’un tri­bu­nal à un bureau de poste éli­mi­nés, etc, etc…, tou­jours au nom de la sacro-sainte ren­ta­bi­lité finan­cière (la ren­ta­bi­lité au plan humain, “què­que” c’est que ça ? c’est juste quand les “res­sour­ces humai­nes” pro­dui­sent des trucs qui rap­por­tent, tiens !), en lais­sant en notre nom faire la chasse aux immi­grés et rui­ner des vies en sac­ca­geant des rela­tions qui sont humai­nes, elles, en lais­sant délo­ca­li­ser, en n’inter­di­sant pas de suite tout ce qui pour­rit la pla­nète et la vie sur la pla­nète, en ne fai­sant pas net­te­ment obs­truc­tion à base-élè­ves et à tous les ficha­ges réel­le­ment orwel­liens quels que soient les pré­cau­tions de lan­gage et d’atti­tu­des que nous “sau­ve­gar­dions”  tan­dis que le piège se referme sous nos yeux, je pense que si nous en res­tons à des actions dis­per­sées, frag­men­tées, à ces divi­sions dans les lut­tes et à un défaut d’objec­tif suf­fi­sam­ment large et radi­cal, con­sé­quent, nous som­mes dans ce cas voués à l’échec, ou à des vic­toi­res par­tiel­les qui seront sem­pi­ter­nel­le­ment remi­ses en cause. Bien sûr, ce que nous virons par la porte n’en finira pas de reve­nir par les fenê­tres, jusqu’à ce que le con­trôle soit exercé par les citoyen(ne)s de base, et non par rien de ce qui res­sem­ble à un som­met de pyra­mide. Parce qu’il est dans la nature du sys­tème fon­ciè­re­ment injuste et iné­ga­li­taire qui nous exploite de vou­loir per­pé­tuer ces iné­ga­li­tés et la domi­na­tion qui les per­met.

Il s’agit de chan­ger de con­trat social ici et main­te­nant.

    Nous étions 2 mil­lions 1/2 de per­son­nes dans les rues ce 29 jan­vier 2009.
    Ce n’était pas uni­que­ment pour récla­mer plus de pou­voir d’achat et une place de sala­rié-ser­pillière. De qui se moque-t-on ?
    Ceux qui favo­ri­sent actuel­le­ment l’épar­pille­ment et l’essouf­fle­ment des lut­tes, objec­ti­ve­ment, nous tra­his­sent parce qu’ils pré­pa­rent notre échec alors que nous avons les moyens de gagner.
    Nous lais­se­rons-nous trans­for­mer en Sisy­phes impuis­sants et pleur­ni­cheurs ?

    Et ceux qui veu­lent que nous épui­sions nos éner­gies d’une élec­tion à l’autre dans le cadre du sys­tème tel qu’il fonc­tionne, qui pha­go­cyte et déna­ture tout ce que nous vou­lons et qui nous sacri­fie sur l’autel des pro­fits scan­da­leux de quel­ques-uns, ceux qui vou­draient se faire pren­dre pour nos sau­veurs à venir, pas­seurs de len­de­mains qui chan­tent tou­jours au futur bien entendu, ceux qu’il fau­drait se con­ten­ter d’élire sans se deman­der pour­quoi et com­ment, ils nous tra­his­sent aussi, de fait.

À bas la « pwo­fi­ta­syon » inter­na­tio­nale !

    Car c’est d’une refon­da­tion radi­cale de notre orga­ni­sa­tion sociale dont nous avons besoin.
    A nous de la pren­dre en main.
    Je tiens à affir­mer que la res­pon­sa­bi­lité des mor­ce­leurs de grève et de lut­tes est énorme.

    Dans cette jolie démo­cra­tie où nous som­mes cen­sés nous per­dre dans un déluge d’infor­ma­tions, où les médias sont à l’affût du moin­dre évé­ne­ment tels que la cou­leur de cra­vate du Pré­si­dent ou celle du tailleur de la « pre­mière dame de France » (élue par qui ? Ah, oui, l’Élue de Son Cœur, ah, ce que c’est beau, les Gran­des Famil­les !), il nous a fallu atten­dre plus d’une dizaine de jours pour être infor­més par les médias « offi­ciels » de ce qui était en train de se pas­ser dans les Antilles ! (Ce type de com­por­te­ment de la part des orga­nes de presse est cou­tu­mier : nous avions observé le même type de réten­tion d’infor­ma­tion et d’orien­ta­tion de l’opi­nion publi­que con­cer­nant les révol­tes qui ont secoué et con­ti­nuent de secouer la Grèce cet hiver.)

    La Gua­de­loupe, la Mar­ti­ni­que, La Réu­nion sont en grève géné­rale illi­mi­tée.
    De toute évi­dence, comme d’habi­tude, ce sont des Col­lec­tifs de citoyen(ne)s qui mènent la lutte, les bureau­cra­ties syn­di­ca­les ou par­ti­dai­res pre­nant le train en mar­che, et se dis­po­sant, comme en 68, à répé­ter sans doute qu’il faut savoir arrê­ter une grève, et se con­ten­ter des déri­soi­res accords de Gre­nelle, et repren­dre sage­ment le col­lier….
    Parce que tant que nos diri­geants auto-pro­cla­més et auto­ri­sés par le pou­voir (et je parle bien ici de la poli­ti­que habi­tuelle des direc­tions, et non pas des adhé­rents de base enga­gés à fond dans les lut­tes avec nous), con­fon­dront l’inté­rêt soi-disant supé­rieur de leur orga­ni­sa­tion, pour ne pas dire la per­pé­tua­tion de leur pro­pre sta­tut social, avec l’inté­rêt de la société en géné­ral, et donc tant qu’ils se bat­tront pour déve­lop­per leur parti ou syn­di­cat et asseoir leur “repré­sen­ta­ti­vité” appa­rem­ment incon­tour­na­ble, plu­tôt que de gar­der tou­jours pré­sent à l’esprit qu’il s’agit de chan­ger l’ordre social, et non de se foca­li­ser sur un parti ou un syn­di­cat, dans ce con­texte nos lut­tes sont vouées à être frei­nées et affai­blies par ceux qui sont sup­po­sés les mener.
    Il s’agit de refon­der toute la société sur des bases soli­dai­res et d’auto-orga­ni­sa­tion, et non de ras­sem­bler autour d’un des nom­breux nom­brils du monde qui se don­nent à admi­rer.

    Honte à ceux qui lais­se­raient pour­rir les lut­tes sur les ter­res créo­les.
    Honte à ceux qui n’appel­lent pas à la soli­da­rité active avec les mani­fes­tants antillais et réu­nion­nais, qui nous mon­trent l’exem­ple.
    L’heure n’est pas à se lais­ser réduire à la déban­dade.
    L’heure est à la soli­da­rité popu­laire.
    Leur lutte est aussi la nôtre.
    Il est temps de se don­ner une stra­té­gie gagnante !
    En face, la stra­té­gie est camou­flée, mais elle est très éla­bo­rée. Elle nous divise pour régner, et elle fra­gi­lise au maxi­mum les dif­fé­ren­tes « caté­go­ries » déjà pré­ca­ri­sées his­to­ri­que­ment ou de par leur sta­tut social.
    Nos façons de se situer seront lour­des de con­sé­quen­ces, et si nous lais­sons seuls ceux qui agis­sent actuel­le­ment en pre­mière ligne, nous aurons été com­pli­ces de la répres­sion qui ne man­quera pas de s’exer­cer en cas d’affai­blis­se­ment du mou­ve­ment.
    Ce n’est plus le moment de “résis­ter” dos au mur, à recu­lons ! Nous étions 2 mil­lions 1/2 à mani­fes­ter le 29 jan­vier, non ?
    Un peu d’ambi­tion, que dia­ble !

    Et si nous “posi­ti­vions”, comme on nous le con­seille si volon­tiers à tort et à tra­vers ?
    Posi­ti­vons en posant des exi­gen­ces, en affir­mant tous ensem­ble, sans occul­ter nos diver­gen­ces, tout ce que nous vou­lons et pou­vons.

    Je ne crois vrai­ment pas avoir été hors sujet. Pour­quoi devrions-nous nous astrein­dre à regar­der ce qui nous tombe des­sus par le petit bout de la lor­gnette ?
    Je me doute bien que les idées que je viens d’expo­ser cir­cu­lent déjà lar­ge­ment. Cepen­dant j’ai trouvé inté­res­sant de les ras­sem­bler noir sur blanc. De nous pren­dre au sérieux, quoi !


Notes :

(*) Pacte inter­na­tio­nal rela­tif aux droits civils et poli­ti­ques, adopté par l’Assem­blée géné­rale de l’ONU le 16 décem­bre 1968.
« Art. 17 : Nul ne sera l’objet d’immix­tions arbi­trai­res ou illé­ga­les dans sa vie pri­vée, sa famille, son domi­cile ou sa cor­res­pon­dance, ni d’attein­tes illé­ga­les à son hon­neur ou à sa répu­ta­tion. Toute per­sonne a droit à la pro­tec­tion de la loi con­tre de tel­les immix­tions ou de tel­les attein­tes. »

La Con­ven­tion Inter­na­tio­nale des Droits de l’Enfant dit exac­te­ment la même chose dans son arti­cle 16, en rem­pla­çant “Nul” par “Nul enfant”.


Texte ini­tia­le­ment envoyé sur la liste de dis­cus­sion du CNRBE (Col­lec­tif Natio­nal de Résis­tance à Base-Élè­ves), le 15 février 2009.
Modi­fi­ca­tions appor­tées pour Netoyens.info le 27 février 2009.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Gdalia Roulin

Author: Gdalia Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

besancenot_bove_melenchon-stlazare_mai_2005.jpg

Au nom du 29 mai 2005

À défaut de quorum, à défaut de proportionnelle, tout le monde a fini par comprendre que l’abstention était bien une des modalités pleine et entière du vote pour laquelle, elle aussi, nos anciens avaient « versé le sang ». Poussé-e-s dans nos retranchements réflexifs, il aura fallu entrer dans la phase terminale du présent régime pour la concevoir comme la manière la plus efficace de rendre compte de la situation politique délétère dans laquelle nous nous trouvions. La plus efficace et la plus pacifique.

Continue reading

vote-abstention.jpg

Pour pouvoir s'abstenir, il faut s'inscrire !

On l’a dit maintes fois déjà ici et ailleurs, comme tout autre vote qu’il soit nul, blanc ou pas, l’abstention est un droit !  Certains conservateurs antilbéraux, ordolibéraux ou protofascistes, comme jadis l’Abbé Seyes le théorisait, voudraient en faire une obligation sous peine d’amende. Ce serait une régression majeure dans le cheminement vers cette démocratie toujours en projet et sans cesse menacée. Pour autant, faut-il ne pas apparaitre ou disparaître aussi des listes électorales ? Voir !

Continue reading