Dernière mise à jour 22/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Naissance de la maladie moderne - 3

Som­maire
  • « On ne peut pas se bai­­gner deux fois dans le même fleuve. » (suite)
  • Dun­­kel­­heit

*

« On ne peut pas se bai­gner deux fois dans le même fleuve. »  (suite)
[ Pour une « méta­phy­si­que du hasard » ]

Reve­nons au texte mis en intro­duc­tion de cet écrit (extrait) : « La croyance fon­da­men­tale des méta­phy­si­ciens c’est l’idée de l’oppo­si­tion des valeurs. […] De plus, il serait encore pos­si­ble que ce qui cons­ti­tue la valeur de ces cho­ses bon­nes et révé­rées con­sis­tât pré­ci­sé­ment en ceci qu’elles sont paren­tes, liées et enche­vê­trées d’insi­dieuse façon et peut-être même iden­ti­ques à ces cho­ses mau­vai­ses, d’appa­rence con­tra­dic­toi­res. » (Par delà le bien et le mal - Cha­pi­tre I. Les pré­ju­gés des phi­lo­so­phes - § 2. - NDLR : je sou­li­gne.)

Dans le frag­ment 124, Héra­clite exprime l’idée que « ce monde, qui est le plus beau de tous, n’est qu’un amas de cho­ses jetées au hasard. Là encore, il est ques­tion de la soli­da­rité des con­trai­res : ce hasard selon lequel les cho­ses sont jetées pro­duit la plus belle har­mo­nie, le plus bel ordre (kos­mos). » (Cas­to­ria­dis, op. cit. p. 246). Com­ment ne pas son­ger, en lisant ceci, aux tra­vaux des cher­cheurs en phy­si­que quan­ti­que, tra­vaux pour les­quels aucune véri­ta­ble for­ma­li­sa­tion logi­que cohé­rente pour leur sujet d’étude n’a encore été éla­bo­rée (hor­mis les ten­ta­ti­ves de for­ma­li­sa­tion mathé­ma­ti­que de Sté­phane Lupasco).
L’emploi du mot hasard nous ren­voie aussi – via Empé­do­cle - du côté des ato­mis­tes qui, à la suite de Leu­cippe et de Démo­crite, ont déve­loppé une méta­phy­si­que alter­na­tive : « Le désor­dre ini­tial de Démo­crite peut faire son­ger au « chaos molé­cu­laire » de Boltz­mann, qui, dans sa théo­rie des gaz par­faits, admet­tait « comme une sim­ple évi­dence que dans la situa­tion de départ, posi­tions et vites­ses des molé­cu­les sont répar­ties au hasard, avec l’hypo­thèse géné­rale d’indé­pen­dance de ces para­mè­tres deux à deux » – indé­pen­dance que, bien sûr, l’on trouve aussi chez Démo­crite. » (in Rémy Les­tienne – Le hasard créa­teur – cité par Mar­cel Con­che - La méta­phy­si­que du hasard).
« Démo­crite, omet la cause finale et ramène à la néces­sité tous les pro­cé­dés de la nature. Ils sont cer­tes néces­sai­res, mais ils répon­dent aussi à une cer­taine fin, à ce qui est meilleur dans cha­que cas. » (Aris­tote - Gén. An., V, 8, 789b, 3-5 – cité par Con­che).

« Démo­crite réduit la réa­lité à la Nature infi­nie. Il exclut toute trans­cen­dance. Mais il réduit la Nature infi­nie elle-même à l’Uni­vers, qui est le Tout. Le Tout ne peut être connu et, de ce point de vue, la Vérité est « dans l’abîme », inac­ces­si­ble, dit Démo­crite (Dio­gène Laërce IX, 72). […] Toute méta­phy­si­que est une méta­phy­si­que, non la seule pos­si­ble. La méta­phy­si­que du hasard est l’une des deux gran­des pos­si­bi­li­tés d’expli­ca­tion des cho­ses. Un croyant en Dieu peut très bien admet­tre le rôle du hasard dans tel ou tel domaine par­ti­cu­lier du réel – en bio­lo­gie, en phy­si­que, en astro­phy­si­que, en mathé­ma­ti­ques –, mais il ne peut admet­tre la méta­phy­si­que du hasard. » (Mar­cel Con­che – op. cit. - NDLR : je sou­li­gne).

*

Reve­nons à Héra­clite et à l’héri­tage de sa pen­sée. En fait, et compte-tenu des dif­fi­cul­tés nom­breu­ses que l’on ren­con­tre en se con­fron­tant à sa vision du monde, de sa con­cep­tion du logos, des impli­ca­tions socia­les et poli­ti­ques que ces inter­ro­ga­tions du réel entraî­nent, on peut tout à la fois dire que la pen­sée du phi­lo­so­phe d’Éphèse, comme dit plus haut, a ins­piré de nom­breux pen­seurs ulté­rieurs, dans diver­ses éco­les – dont il est tou­jours bon de rap­pe­ler qu’elles ne sont pas si sépa­rées, voire adver­sai­res que ce qu’une cer­taine caté­go­ri­sa­tion sco­laire sim­pliste vou­drait faire croire -, mais on peut dire aussi, en défi­ni­tive, que les intui­tions les plus nova­tri­ces, tel­les que la pen­sée du flux et de la con­tra­riété se sont vite retrou­vées tron­quées et appa­rais­sent sous forme d’apo­ries impos­si­bles à résou­dre dans le cadre de la logi­que ini­tiée par, et issue de Par­mé­nide, qui donna nais­sance à près de vingt-cinq siè­cles d’ « onto-théo­lo­gie », comme Hei­deg­ger appelle ce cou­rant.
À l’ins­tar de Michel Onfray qui, dans ses cours à l’Uni­ver­sité popu­laire de Caen, ensei­gne une con­tre-his­toire de la phi­lo­so­phie, basée sur ce qu’il nomme le génie de l’hédo­nisme, en oppo­si­tion à toute l’his­toire offi­cielle – parce que vic­to­rieuse - de la phi­lo­so­phie, qui, dans une vision très nietz­schéenne – mais nous revien­drons sur ce point com­plexe -, serait l’his­toire d’une alliance objec­tive, et au tra­vers des siè­cles, de ceux que Nietz­sche nomme les con­temp­teurs du corps : pla­to­nisme, chris­tia­nisme…, il serait sans doute loi­si­ble et fruc­tueux de retra­cer sous forme généa­lo­gi­que ces points de bifur­ca­tion, mais aussi d’ancrage, les hypo­thè­ses pour­sui­vies et la vision du monde – notam­ment poli­ti­que – qu’elles entraî­nent dans leur sillage (cf. Hei­deg­ger et ses accoin­tan­ces avec le IIIème Reich), somme toute, la non-linéa­rité dans le pro­grès et le régrès de la pen­sée humaine.

Poli­ti­que donc éga­le­ment : Héra­clite dit que le lan­gage sépare. Or, cette sépa­ra­tion est aussi ins­ti­tuante, elle crée un cer­tain type de doxa, d’opi­nion com­mu­né­ment admise, d’où découle une forme ins­ti­tuée de nomos, de loi de la cité, cons­ti­tuante de la com­mu­nauté. Les cri­tè­res rete­nus lors de la sépa­ra­tion effec­tuée dans et par le lan­gage, cet écart entre être et paraî­tre, déter­mi­nent donc aussi la vie pra­ti­que de la cité. Héra­clite n’est pas un phi­lo­so­phe de la pure spé­cu­la­tion, mais, con­trai­re­ment à cer­tains pen­seurs plus tar­difs, on sent sa réflexion nour­rie dans un mou­ve­ment d’aller-retour avec les gran­des trans­for­ma­tions à l’œuvre dans l’orga­ni­sa­tion poli­ti­que des cités grec­ques.

Est-il d’ailleurs lieu de s’éton­ner qu’une pen­sée aussi anti-démo­cra­ti­que que celle de Pla­ton, qui exè­cre véri­ta­ble­ment la « popu­lace », qui méprise ceux qui émet­tent des théo­ries dif­fé­ren­tes des sien­nes, qui, dans cer­tains dia­lo­gues, ridi­cu­lise des cou­rants de pen­sée qui eus­sent mérité, ne serait-ce que pour faire une démons­tra­tion con­vain­cante, un peu de res­pect, ou, tout sim­ple­ment, de cou­rage (cf. le Phi­lèbe, où le débat – il est ques­tion ici du plai­sir - n’est vrai­ment pas à la hau­teur d’un sujet aussi impor­tant, et où le per­son­nage Socrate ne ren­con­tre aucun con­tra­dic­teur digne de ce nom), devons nous être sur­pris des cons­truc­tions poli­ti­ques éla­bo­rées par cet auteur ? Est-il outran­cier d’oser affir­mer un lien évi­dent entre les spé­cu­la­tions par­mé­ni­dien­nes chè­res à cet auteur et la rédac­tion d’un ouvrage comme La Répu­bli­que ? Ne doit-on pas, d’ailleurs, con­si­dé­rer celui-ci – et ses pro­lon­ge­ments par l’assi­mi­la­tion des tex­tes grecs accep­ta­bles au sein de la civi­li­sa­tion judéo-chré­tienne triom­phante -, comme le paran­gon de tous les tota­li­ta­ris­mes, et, notam­ment, celui auquel fût dévoué l’émi­nent pro­fes­seur de l’Uni­ver­sité de Fri­bourg-en-Bris­gau, cher aux dis­tin­gués « nietz­schéens » de salons pari­siens des années soixante ?

* * *

[ Dun­kel­heit ]

Ce même homme qui, puisqu’on ne peut évi­ter d’en par­ler quand il est ques­tion d’Héra­clite, fit beau­coup pour ren­dre ce phi­lo­so­phe traî­nant der­rière lui, depuis long­temps déjà, une répu­ta­tion d’obs­cur, plus obs­cur encore !
De manière géné­rale, « […] Hei­deg­ger ne par­vient jamais à voir dans la cul­ture grec­que ni ce con­flit fon­da­men­tal entre l’être et l’appa­rence, ni la dimen­sion tra­gi­que de la sai­sie ima­gi­naire du monde par les Grecs. […] Non : pour les Grecs, l’être n’est pas pré­sence mais peras, déter­mi­na­tion ; et la pré­sence n’est qu’une moda­lité de la déter­mi­na­tion. » (Cas­to­ria­dis, op. cit. p. 262 – NDLR : je sou­li­gne.)
Nous avons rap­pelé au début de cet écrit l’impor­tance accor­dée dans l’ima­gi­naire grec à l’idée de chaos (cf. Hésiode, Homère, les tra­gi­ques…) sur lequel est bâti, selon eux, ce monde. Anaxi­man­dre pose l’apei­ron (indé­ter­miné- indé­ter­mi­na­ble) comme prin­cipe pri­mor­dial. Nous avons évo­qué rapi­de­ment Démo­crite, une pos­si­ble méta­phy­si­que du hasard (expres­sion de M. Con­che), son : « la Vérité est dans l’abîme ». Puis, nous avons signalé les rap­ports dif­fi­ci­les à décryp­ter entre hubris (déme­sure) et dike-adike (jus­tice et injus­tice). De tout ceci émerge une per­cep­tion du monde comme a-sensé (khaos de la phu­sei – nature) où l’homme, au tra­vers de sa praxis, de ses acti­vi­tés au sein du monde, de sa par­ti­ci­pa­tion au logos uni­ver­sel (et de sa recher­che : cf. Héra­clite, Frag. 101 « Je me suis exploré moi-même. »), par le biais de l’ins­ti­tu­tion des com­mu­nau­tés humai­nes, con­tri­bue à déga­ger un sens, tou­jours rela­tif et con­tin­gent aux limi­ta­tions pro­pres du lan­gage qui crée le nomos (la loi), à faire sens (kos­mos).
Con­tre toute cette per­cep­tion du monde par les Grecs – tout en s’ins­ti­tuant leur inter­prète fidèle -, et en bon con­ti­nua­teur de toute la tra­di­tion onto-théo­lo­gi­que, Hei­deg­ger réta­blit la dif­fé­rence onto­lo­gi­que, la ques­tion de l’étant comme radi­ca­le­ment dis­tincte de celle de l’être. On retrouve ici, sous le cou­vert d’hel­lé­nisme et sous la pro­tec­tion de la bien­veillante laï­cité de l’Uni­ver­sité, un des der­niers ava­tars de la pen­sée cen­trale de la théo­lo­gie, à savoir une dis­tance infi­nie entre Dieu et le reste, les créa­tu­res.


Tout en par­cou­rant un che­min par­ti­cu­liè­re­ment nau­séa­bond, nous nous appro­chons sans doute ici au plus près de l’objec­tif que nous nous étions fixés : la tra­que des symp­tô­mes de la mala­die moderne, dont nous avons pu nous aper­ce­voir que les ori­gi­nes remon­taient aussi loin – sans doute était-ce pré­vi­si­ble et iné­vi­ta­ble – que cel­les de la phi­lo­so­phie [grec­que] qui nous est par­ve­nue. Après en avoir exploré les pré­mis­ses, nous avons plongé dans l’hor­reur du XXème siè­cle – ne pré­su­mons pas de l’impact ou de la forme que pren­dra la forme hyper-moderne de cette mala­die, mais tout tend à nous per­sua­der que, faute d’avoir tiré les con­sé­quen­ces de ce qui s’est déroulé il y a plus de deux géné­ra­tions, et qu’au vu du nou­vel ordre mon­dial ins­tauré sur fond de sac­cage de la pla­nète – « crois­sez, mul­ti­pliez-vous… » -,  du retour de l’obs­cu­ran­tisme et du reli­gieux, le tout sur l’aban­don pro­gres­sif du souci de la con­nais­sance et de l’esprit cri­ti­que, de la science vili­pen­dée par les uns, muée en techno-science par les autres, au ser­vice d’ambi­tions mer­can­ti­les…, tout tend à démon­trer que nous ne nous som­mes en rien rap­pro­ché de l’idéal des anciens Grecs : la recher­che du sou­ve­rain bien.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Jean-Claude Roulin

Auteur: Jean-Claude Roulin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

velorution2.jpg

Contre le vote FN, un autre communisme

La popularité du Front National s’étend sondage après sondage. Face à l’impuissance de la gauche, coupée des pauvres, il est temps de réinventer le communisme.

Lire la suite

Hiérarchie pyramidale, réaction en chaîne, fission nucléaire, destruction de la vie

La légion nucléaire

« R.A.S. (rien à signaler) est une expression que l’on utilise beaucoup dans la maintenance nucléaire. On demande souvent aux travailleurs de décrire ce qui ne va pas et quand tout va bien, de signer par ces trois lettres. Dans le film, un travailleur subit des pressions pour signer R.A.S., alors qu’il a découvert une « fissure ou une rayure » dans un robinet très important de la centrale. C’est assez symptomatique de la situation actuelle dans les centrales nucléaires. ». « L’humble ouvrier qui s’use à son ouvrage Vaut le soldat qui tombe au champ d’honneur » Les vieux ouvriers (extrait) Charles Gille (1820-1856)

Lire la suite