Last site update 12/12/2019

To content | To menu | To search

Un souffle de vie perce encore les masques

Voici un texte écrit à l’occa­sion d’un au revoir à une grand-mère qui souf­fre de la mala­die d’Aloïs (Alz­hei­mer).

Nous pou­vons sans crainte le dédier aussi à tou­tes les per­son­nes, dites plus ou moins gra­ve­ment mala­des ou han­di­ca­pées, qui sont trai­tées comme des cho­ses, comme des meu­bles ou des vali­ses que l’on déplace sans s’occu­per de leurs désirs, et encore moins de leur volonté…

Ici aussi, il s’agit de res­pec­ter cha­que être humain, cha­que indi­vidu…

Je demande à ceux qui m’aiment, à mes vrais amis,
de ne jamais me pren­dre pour un objet sans vie.
Même si j’ai l’air tout ava­chi d’un vieux chif­fon,
si j’ai le regard vague, sans aucune expres­sion,
si mon feu sem­ble éteint et gris, tombé en cen­dres,
si je ne passe plus mes jour­nées qu’à atten­dre,
sans res­sort et sans joie, et sans rien que l’on voie
de ce qui vibre encor au plus pro­fond de moi.
Der­rière ce mas­que lisse vous ne pou­vez savoir
ce qui remue ou pas, invi­si­ble aux regards,
si je com­prends ou non le sens de vos paro­les,
et si je suis tou­chée par tous vos jeux de rôles.
Ne me cla­que­mu­rez pas d’un esprit étroit
dans une soli­tude atroce et sans espoir.
De l’amour à grands flots, c’est cela comme l’eau
qui peut don­ner la vie à l’herbe mise en pot.
On ne sait quand, à quel pro­pos impré­vi­si­ble
sur­gira l’émo­tion, pour l’heure inac­ces­si­ble,
ni les idées que l’on agite au fond du cœur
quand nul fris­son ne paraît plus à l’exté­rieur.
Ne m’enter­rez donc pas vivante. J’ai encor soif
d’amour. Osez donc me choyer avec audace !
Même si je ne sais plus ni chan­ter, ni sou­rire,
si je ne dis plus rien, sans pleu­rer, sans un rire,
par­lez-moi quand-même de vous, de vos amours,
don­nez-moi de vraies nou­vel­les du temps qui court.
Racon­tez-moi vos sou­ve­nirs, et les his­toi­res
de vos petits, des grands aussi, de vos déboi­res
et de vos joies, de vos bon­heurs au fil des jours.
N’ayez pas peur. J’ai tant désiré votre amour.
Pre­nez-moi pour con­fi­dente sûre et secrète,
par­ta­gez tout avec moi, je serai dis­crète.
Car tout au fond de moi, par nature, reste enfouie,
cachée, pres­que effa­cée, repre­nant par­fois vie,
celle qui vous aima, et qui vous aime encor,
que vous mécon­nais­sez, fidèle jusqu’à la mort.

Gda­lia
Le lundi 23 mars 2009.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Gdalia Roulin

Author: Gdalia Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

source : https://www.iphonerevolt.org/

Cobalt, WiFI et petits bébés

J’ai l’impression que la convergence des luttes s’essaie à de nouveaux types d’actions-consommation. C’est le cas dernièrement de l’initiative d’Attac et associés (cf. iphonerevolt.org) contre Apple et son iPhoneX sur fond de System pampers. Il faut bien le reconnaître, c’est une sorte d’idée fixe par ici de vouloir tout rapporter à une question de système. Mais est ce si débile que ça, au final ?

Continue reading

couches lavables

Qui a voté pour les System pampers ?

Qui a voté ? ALLEZ, LEVEZ LA MAIN ! Non, pas pour DÉCIDER ensemble de quoique ce soit comme la dernière fois, en mai 2005, mais voté pour ÉLIRE les MEDEF… MONSANTO… OTAN & TRUMP… PANAMA & PARADISE pampers [1] ? Et les ATOMICS pampers, on en fait quoi ? Qui a jamais voté pour le NUCLÉAIRE ?

Continue reading