Dernière mise à jour 21/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Gaza : quand l'eau potable vient à manquer

Manque d'eau potableLes 7 ans de blocus sur la bande de Gaza a eu des effets dévastateurs sur la plupart des aspects de la vie des habitants.

Depuis qu’Israël a intensifié en 2007 le blocus sur le territoire enclavé, la plupart des matériaux pour la construction d’’infrastructures [dont celles servant à la gestion de l’eau] ont été interdits à l’importation, de façon à rendre le siège plus concret et plus visible dans la vie quotidienne des gens de Gaza.

Les Palestiniens vivant dans Gaza sont confrontés à de terribles problèmes concernant l’accès à l’eau potable. La population de Gaza augmente rapidement, et d’ici 2020, on prévoit que celle-ci atteindra les 2 millions de personnes dans le territoire assiégé, toutes vivant dans des environnements extrêmement peuplés. Les Nations Unies ont estimé que la principale source d’eau douce - la nappe phréatique côtière souterraine - sera inexploitable en 2016.

Les presque 2 millions de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza souffrent déjà aujourd’hui de la pénurie d’eau potable. L’eau disponible ne correspond pas aux standards pour la consommation humaine. Le principal hôpital de Gaza, Al-Shifa, rapporte que l’eau disponible dans Gaza est à l’origine de problèmes de santé chroniques et a entraîné des taux élevés de mortalité infantile.

Avec 4500 personnes vivant en moyenne par kilomètre carré, Gaza est l’une des zones les plus densément peuplées au monde. Cela rend les besoins en eau potable d’autant plus aigus pour cette jeune nation. L’eau fournie par les réseaux municipaux de Gaza est dangereusement polluée. Aussi, afin de réduire les risques de sa consommation, la plupart des gens de Gaza achètent de l’eau dessalée dont le prix est cependant souvent inabordable.

Selon le réseau World Bulletin News, certaines familles qui vivent déjà dans une extrême pauvreté, sont obligées de dépenser un tiers de leur revenu pour l’achat d’eau potable vendue en bouteilles. Les habitants sont dépendants d’une nappe aquifère souterraine dégradée et imbibée d’eau de mer, et d’eaux usées et contaminées.

Israël pompe à hautes doses et confisque 90% de l’eau douce disponible pour ses propres besoins, tandis que moins de 10% est allouée aux Palestiniens, selon le rapport de Project Censored.

Le problème de l’eau à Gaza n’est pas seulement une question humanitaire mais aussi politique. Israël étant la puissance occupante dans Gaza. Selon le droit international, la puissance occupante doit assurer le bien-être des populations vivant sous occupation et fournir les moyens d’une vie décente.
Les Palestiniens de la bande de Gaza en appellent à la communauté internationale pour qu’elle intervienne immédiatement, et ce avant 2016, car d’ici-là les dégâts dans les réserves d’eau de Gaza seront devenus irréversibles.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ayman Qwaider

Auteur: Ayman Qwaider

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

000_Gens_de_Gaza_00490505_re_duit.jpg

Que reste-t-il de l'espoir des gens de Gaza aujourd'hui après la guerre de l'été 2014, l'aggravation du blocus et les attaques israéliennes qui continuent ?

En janvier 2013, nous avons tourné un film, Gens de Gaza, autour de témoignages de Gazaouis, jeunes, adultes ou plus âgés, faisant état de leur vie au quotidien sous l’occupation et le blocus, ainsi que de la légitimité de leur résistance et du nécessaire combat pour les droits humains, chez eux comme partout. Depuis la destruction des tunnels et l’agression terrible de l’été 2014 (opération nommée “Bordure protectrice”), le blocus s’est durci encore plus dramatiquement et les Gazaouis sont oubliés. 75

Lire la suite

gaza-children.jpg

Gaza : les atrocités vues d'Australie

L’armée d’occupation israélienne continue de soumettre presque deux millions de personnes résidant à Gaza - principalement des réfugiés, des femmes, des enfants et des vieillards - à des bombardements sans précédent. Depuis les premières heures aujourd’hui, l’aviation de chasse israélien composés de F-16 et de drones armés a bombardé des quartiers résidentielles à travers la Bande de Gaza. Il est maintenant rapporté que l’armée israélienne a arrêté d’avertir les résidents civils avant la destruction de leurs maisons, leur seul abri et la source de sécurité. [À défaut de traduction en français validée, lire la version originale en anglais]

Lire la suite