Dernière mise à jour 30/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Gardarem lo Larzac

Au fil de ses multiples renoncements à tenter d’infléchir le cours économique néolibéral de la société française, et tout au long des trahisons des idéaux de son camp supposé, François Hollande se paie les pires audaces. Nous y sommes désormais habitués et pourtant il parvient encore à nous surprendre après trois longues années d’un règne si soucieux de se couler paresseusement dans l’ère du temps. Le dernier avatar – mais probablement pas l’ultime – de cette lente dramatique décrépitude est intervenu au cœur du présent été, au moment où les feux de l’actualité se font moins crépitants, où le citoyen digne de ce nom se repose un peu de son habituelle vigilance. La décision fut prise lors du Conseil des ministres du 31 juillet : les militaires vont reprendre le Larzac.

Nous n’oublierons évidemment pas que la troupe n’avait jamais vraiment quitté le célèbre plateau aveyronnais. C’est seulement le projet de vaste extension du camp militaire envisagé en 1973 Par Michel Debré qui fut interrompu en 1981 par François Mitterrand. Le départ définitif de l’armée fut depuis lors plusieurs fois promis mais ne se concrétisa jamais. Trente-cinq ans plus tard, un « coup du père François » à l’envers va servir comme sur un plateau un renfort de plus d’un millier de légionnaires à la soldatesque déjà présente en ce haut-lieu de la stratégie militaire nationale ! On déguise l’affaire sous le prétexte que ce serait les élus du cru – peu imaginatifs sans doute - qui réclameraient des mesures fortes (!) permettant de vivifier le tissu économique local. C’est en fait un symbole qu’il s’agit de détruire : la référence des luttes victorieuses. Lutte victorieuse qui déboucha ici, de surcroît, sur des expériences de vie collectives aux antipodes des desseins formés par le décideur parisien omnipotent. En France, le pouvoir central ne renonce jamais vraiment, attend l’heure d’une revanche que des circonstances nouvelle pourraient un jour faciliter. Le moment lui semble aujourd’hui venu.

« Nous garderons le Larzac » était le cri de ralliement et le ferment d’unité de la lutte pour la préservation de ce morceau de la terre occitane. Ceux qui l’ont à l’époque – et peut-être encore de nos jours – caricaturé en lutte passéiste n’ont pas su ou voulu comprendre qu’elle avait une double dimension avant-gardiste : culturelle avec la défense d’une identité occitane ouverte sur l’ailleurs ; écologique par la volonté de maintenir une économie pastorale en harmonie avec l’écosystème. En 2012, Christian Rouau a rendu aux hommes et aux femmes de cette lutte un magnifique hommage cinématographique : « Tous au Larzac ». Un film évitant la nostalgie car le Larzac doit vivre pour demain quand partout la crise écologique et sociale sévit. Au cours des trente-cinq dernières années on a assisté à un développement du Larzac fondé sur une association plutôt réussie d’activités agricoles, touristiques, patrimoniales et économiques. Ce territoire a vu sa population et son activité augmenter significativement. De plus, la vocation pastorale des Causses a été reconnue par son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

L’affaire est magistralement emblématique du mépris total dans lequel l’on tient ce territoire, espace géographique habité donc socialement organisé. La décision du 31 juillet a été prise à la suite d’une négociation secrète au Ministère de la Défense à laquelle participaient en effet activement des élus du Sud-Aveyron. Les populations locales n’ont à aucun moment été ni informées ni consultées. À l’heure de la « rigueur budgétaire » érigée au rang de vertu cardinale, le Ministère et le Département de l’Aveyron ont pourtant annoncé conjointement le déblocage de crédits publics importants pour des aménagements, militaires et civils, liés à l’afflux sensible de militaires sur ce paisible territoire. Le poète et écrivain Yves Rouquette, cofondateur au début des années 1970 du mouvement « Volem viure al païs » (mouvement autonomiste et socialiste) et engagé personnellement dans la lutte des paysans du Larzac, aura été sur ses vieux jours heureusement épargné par les effets de l’infâme trahison commise par un régime se disant socialiste [1].

La question du Larzac dépasse le Larzac. Sa (re)militarisation s’inscrit dans un contexte particulier où les intérêts bien compris de l’oligarchie - puissamment renforcée par trois décennies de néolibéralisme - doivent être protégés [2] contre les velléités d’auto-organisation de microsociétés autochtones. Sur le plateau, une autre lutte est d’ores-et-déjà engagée entre d’une part les « gardiens du temple » regroupés, au sein du GFA Larzac-Montredon [3], principalement organisé par Ghislaine Ricez, compagne de José Bové désormais député européen, et d’autre part des groupes nettement moins prisonniers de l’Histoire officielle du Larzac comme les jeunes de l’Amassada qui ont organisé la fête du vent à la fin du mois dernier. Les premiers gèrent en quelque sorte un capital issu de l’ancienne lutte du Larzac quand les seconds imaginent réellement des alternatives au modèle agricole dominant et plus largement au consommationnisme prédateur de l’environnement dans toutes ses dimensions. Ici, comme partout où se dessinent des mouvements contre les « Grands projets inutiles » c’est à la fois la possibilité d’autonomie économique et le contournement des canaux habituels de la politique qui se jouent. Décidément, l’Histoire n’est pas finie !

Notes:

[1] Yves Rouquette a quitté le monde des vivants le 4 janvier dernier en son domicile de Camarès en Aveyron après une longue vie consacrée à la défense de la culture et de la langue occitanes. Il fut à l’origine, en 1974, de la fondation du Centre international de documentation occitane, devenu aujourd’hui le Centre interrégional de développement de l’occitan, installé à Béziers. Il a publié une trentaine d’ouvrages (poésie, romans, pièces de théâtre) tant en occitan qu’en français. En octobre 2013, il publia avec le photographe Éric Teissèdre « Le Larzac autrement parcouru, autrement regardé ». Tous deux épris de beauté, de grands espaces et d’hommes vrais ils nous invitent à Une longue et libre promenade à travers l’espace et le temps. « Une riche mosaïque de rochers fascinants et de champs cultivés » forcément étrangère à l’esprit de caserne !

[2] C’est aussi à cela que peut servir le cas échéant le renforcement actuel de l’arsenal répressif dont la loi « Renseignement » n’est qu’un exemple.

[3] Créé par concession d’un espace public qui s’est faite sans appel d’offre, concession bénéficiant à un groupe privé qui a ses propres règles, notamment de sélection des agriculteurs sur des bases souvent politiques ou idéologiques.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.5/5

  • Note : 4.5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 4

Yann Fiévet

Auteur: Yann Fiévet

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Ania Ania ·  28 août 2015, 16h33

La Fête du Vent à l’Amassada, c’est ce mois-ci, c’est même ce week-end : http://douze.noblogs.org/
J’irai dimanche pour l’Assemblée sur le thème «Construire la solidarité entre les luttes territoriales» en présence d’une délégation de la vallée de Susa (NO Tav).

Premier passage chez eux :
http://netoyens.info/index.php/cont…

et pour ce qui est de la légion, voir leur magnifique affiche détournée de “Tous au Larzac” ici :
http://douze.noblogs.org/la-legion-…

Aristide Aristide ·  28 août 2015, 17h18

Certes, l’Histoire n’est pas finie mais il serait bon aujourd’hui d’essayer de saisir comment les “lutteurs” d’hier se sont transformés en gestionnaires d’aujourd’hui. Et comment échapper à cette éviction des objectifs de changer le monde que l’on a (que certains ont) à un moment… qui sont remplacés par une simple tentative “d’infléchir le cours économique néolibéral de la société française”.
On peut penser que dans le tas certains ont vraiment le désir de changer radicalement l’ordre des choses alors que d’autres se contenteraient volontiers d’un aménagement de la réalité qui leur soit favorable. Un exemple : contre l’aéroport et son monde, disent les zadistes de NDDL - mais cette manière de voir la lutte n’est pas vraiment partagée par tous les opposants, en particulier par l’ACIPA.
Est ce que le système capitaliste est un système que l’on doit corriger pour ses prétendus ‘excès’ ou un système dont il faut se défaire ? Les deux visions s’expriment à chaque lutte contre le système mais la confusion règne souvent entre les deux…

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

el_sistema_esta_obsoleto.png

Avis de régression générale

À chaque année qui passe les espoirs d’une « mondialisation heureuse » s’éloignent. Certes, seuls les hommes les plus naïfs et ceux qui avaient intérêt à leur faire croire à cette fable grossière usaient ces dernières années de cet adjectif collé à un processus mortifère puisque orchestré par « les nouveaux maîtres du monde » contre les « multitudes ». Partout, les possesseurs du capital exploitent de manière éhontée puis jettent sans vergogne des « flux » de main-d’œuvre qui viennent alors grossir les rangs des outsiders. Partout, une économie de dévoration ravage les écosystèmes pour nourrir en « ressources » épuisables la méga-machine dont les rejets nocifs sont, de plus, impossibles à contenir désormais. Partout, les fractures sociales et écologiques poussent des pans entiers des sociétés humaines vers le désespoir. Sur ce terreau fertile des hommes et des femmes se prétendant de bonne volonté se font élire pour diriger à leur tour le système qui les a si bien servi jusqu’alors. Ils ne feront ensuite qu’aggraver le sort des plus humbles et renforcer celui des nantis car telle est la loi du capitalisme débridé dont ils ne songeront surtout pas à inverser le sens profond.

Lire la suite

el_sistema_esta_obsoleto.png

« Une ambition intime » ou la politique poussée vers le caniveau

Cela sonne comme un aboutissement, l’aboutissement d’une époque calamiteuse au plan de l’indécence notoire de la classe politique dominante et des médias de masse tout à la fois. Cela se passe à la télévision telle qu’on la fait aujourd’hui dans l’espoir de crever le plafond de l’audience. Cela a lieu sur M6, là où voilà une quinzaine d’années « Loft story » lançait le cycle vulgaire de la télé-réalité. En 2016, à quelques mois de la prochaine Présidentielle, la chaîne à sensations bon marché invente avec « Une ambition intime » un nouveau concept racoleur ; tous les candidats à la magistrature suprême vienne y répandre les avatars de leur vie privée. Les mêmes qui dénonçaient la « télé-poubelle » que constituait les batifolages de la pathétique Loana et de ses comparses se précipitent désormais sur le plateau de la nouvelle émission afin d’être la proie consentante de l’instinct voyeur de leurs congénères à l’ambition culturelle minimale. 1259

Lire la suite