Dernière mise à jour 25/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

NDDL : Lettre ouverte au député PS Jean-Pierre Blazy

jpblazy2.jpgMonsieur le député Jean Pierre Blazy,

Alors que nombre de gens croyant encore aux valeurs de la gauche se sont débarrassés le 6 mai dernier d’un mégalo-maniaque en votant socialiste, ils ont voté pour le changement maintenant et donc ils ont voté pour M. Hollande.

Mais voilà ce que j’ai à vous dire à vous, représentant du Peuple et membre du Parti socialiste.

Aujourd’hui j’ai honte d’avoir voté PS !

Ouvrez les yeux !

En moins d’une année vous allez parvenir à vous couper de manière profonde et irrémédiable de vos électeurs.

Je sais de quoi je parle. J’étais à NDDL le 17 novembre et j’ai vu les 6 Kms de cette procession citoyenne. J’ai vu la solidarité. J’ai vu la cohérence. J’ai vu les échanges inter-générations. J’ai vu le peuple de gauche crier sa révolte à la face du gouvernement, de votre Parti Socialiste et du président de la République !

Le 18 novembre, j’étais à nouveau parmi ces jeunes que l’on traite de terroristes à longueur de ces communiqués qu’écrivent les élites du nouveau pouvoir.

Aujourd’hui j’ai honte pour vous et je suis outré !

Comment dorénavant pourrons-nous expliquer la différence avec le sarkozysme ? Vous êtes en train de tout gâcher et nous, de tout perdre !

Sachez que je reste épaté par l’esprit de créativité et l’imagination de tous ces jeunes de la ZAD ! J’ai vu le courage et la solidarité qui les caractérisent, l’ardeur au travail pour re-construire avec tant de ce bel enthousiasme qu’on ne voit plus guère dans notre société déprimée !

Qu’est ce donc que ces forces de l’ordre et surtout de destruction que l’on met à la disposition de cette tentaculaire multinationale qu’est Vinci ?

Sont-elles encore réellement républicaines quand elles sapent ainsi les espoirs de notre jeunesse ? Car ne vous trompez pas, en agissant de la sorte sur celle qui résiste à Notre Dame des Landes, le gouvernement désespère celle qui apporte ses soutiens depuis partout ailleurs en France et même ailleurs en europe et dans le monde.

Plus je vais dans la région de Notre-Dame-des-Landes, où j’ai de nombreux amis, plus je me dis que nos dirigeants socialistes biberonnés à l’économie de marché et tous ses excès, ne peuvent pas et ne pourront jamais comprendre ce qui se passe là-bas et ce qui s’y construit avec intelligence et détermination.

Sauf à vouloir accepter de s’y rendre pour découvrir, écouter, discuter, un monde les sépare irrémédiablement tant ils sont blindés de certitudes. Ils ne voient rien. Ils ne peuvent plus rien voir. Ils n’écoutent rien. Ils n’entendent plus rien !

Car, à l’instar du ministre de l’intérieur, ce sinistre Valls, solidaires qu’ils sont tous, tout ce dont ils sont capables de voir, c’est un kyste et de “dangereux et terroristes anarchistes, autonomes, et ultra-gauchistes”. Cette ambiance nauséabonde n’est pas sans nous rappeler l’affaire de Tarnac.

Ces jeunes ne seraient donc à vos yeux, vous aussi (?), qu’une sorte d’humains dénués de raison dont il faudrait “se débarrasser” au plus tôt et au plus vite pour éviter le pire ? Sachez qu’à défaut d’ajouter à leur indignation, le pouvoir, je vous l’assure, les fait bien sourire et vient de perdre toute crédibilité. Car en même temps que d’être tout à fait indifférents à ce que disent ces politiciens autistes ou aveuglés, tous ces jeunes ne se sont jamais vus et encore moins imaginés comme ce qu’on leur intime d’être par la force.

Ils savent bien, eux, qu’il n’appartiennent pas à la catégorie des terroristes car il n’y a aucune place pour la violence quand on a pour seul et unique projet de ne pas perdre toute dignité quitte à loger en marge d’une société dans le déni complet de leurs aspirations les plus profondes.

Le seul avenir enviable qui se dessine c’est de continuer de vivre au coté de ces paysans qui les ont accueilli avec pour ambition partagée de sauver cette richesse inestimable et ce patrimoine commun qu’est le bocage, ses sources et ses zones humides de ces avions dans lesquels ils n’embarqueront de toute façon jamais !

Lorsque je dis cela, je parle de celles et ceux avec qui j’ai pu au moins croiser le regard et parfois discuter. En tout cas, j’ai pu les voir et même les entendre, dans les réunions, dans les assemblées et sur les chantiers. Ils sont au nombre de trois à quatre cents. Ils ont entre 20 et 30 ans. Toutes et tous sont présents sur cette zone pour continuer encore et encore à la défendre.

Allez à leur rencontre

Allez au moins rendre visite au site http://zad.nadir.org/ pour prendre connaissance du journal en temps réel de la vie qu’on leur mène.

Allez aussi, pourquoi pas, à Notre-Dame-des-Landes quand vous le voudrez pour les aider à reconstruire et racheter ainsi toutes les exactions qu’ils ont du subir par pur aveuglement.

Aujourd’hui, de retour en région parisienne depuis une semaine, j’ai la rage. 

Il m’insupporte d’entendre la voix des médiocrates parisiens qui font tant étalage de leur ignorance des faits. Ils prennent ainsi le risque - pour certains sans doute assumé - d’apparaître comme de vulgaires larbins du pouvoir et de Vinci et de perdre toute crédibilité.

Il m’insupporte de voir à la télé ces images de brutalités qui détruit des lieux de vie pourtant encore installés sur des propriétés non expulsables, des brutalités qui les privent sans autre forme de procès, de tous leurs effets et les jetteraient dans le plus grand dénuement si la solidarité ne venait pas immédiatement après l’acharnement policier et même souvent pendant.

L’ordre socialiste est appliqué et va coûter cher. S’il peut manquer dans nos banlieues d’avoir un ou deux policiers pour faire traverser les enfants aux sorties d’écoles, en Ayraultland, on ne rencontre aucune difficulté pour dépenser les 500 000 € par jour qui finance la présence de 500 à 1500 garde-mobiles, leurs fourgons, les grues, tracto-pelles et autre brigades de flics dédiées à la circulation, à l’espionnage et aux manipulations.

Aujourd’hui, après avoir dégagé les barricades et les tracteurs de la route, les “forces de l’ordre” ont atteint les constructions érigées lors de la manifestation de réoccupation du 17 novembre, au bois dit de “la Châtaigneraie”. Les manifestants avaient justement choisi cette propriété privée pour être à l’abri et en sécurité. L’agriculteur propriétaire du terrain a envoyé un huissier de justice constater ce qui ressemble fort à une « voie de fait ». La parcelle en question, en effet, appartient à un agriculteur en voie d’expropriation. Il a reçu son ordonnance d’expropriation en février 2012 et le jugement définitif est tombé en juillet. Mais tant que les indemnités n’ont pas été payées par “Aéroport du Grand-Ouest” (AGO), l’agriculteur reste et demeure légalement propriétaire !

Il a finalement reçu le chèque mais il est arrivé après l’intervention ! AGO a dû se rendre compte qu’il avait fait une boulette. L’intervention des garde-mobiles était donc juridiquement bancale !

Grâce à ses conseillers zélés M. Hollande n’a que « Force à la loi » à la bouche. La force à n’en pas douter est bien là mais la loi, qu’en fait-il ?

À la préfecture, on affirme que l’opération est « parfaitement légale » et qu’« il a fallu une semaine pour border l’affaire sur le plan juridique ». Un arrêté préfectoral a permis cette opération, mais la préfecture refuse de le communiquer car « c’est un acte juridique individuel ». Dont acte. Mais comment se fait-il que le propriétaire du terrain concerné n’en dispose pas non plus ? Son avocat envisage d’attaquer cet arrêté au Tribunal Administratif et une représentante du Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport (Cédpa) n’en revient pas de ce que l’État se permet :

Pas de décision de justice, juste un arrêté préfectoral, c’est formidable ! Force du droit, dit le gouvernement, et ben bravo !Depuis quand le préfet se substitue t-il à un juge pour dire que la maison est illégale ? »

Monsieur le député, je n’ai plus qu’une question à vous poser.

Nous savons que de grands pays comme l’Espagne et la Grèce se sont placés sous la dépendance tragique des marchés financiers spéculatifs en engageant des dépenses inconsidérées en armement et en infrastructures en tout genre comme les équipements olympiques d’Athènes, des ponts, des autoroutes, etc….

Nous savons par ailleurs que la logique de Partenariat Public Privé (les fameux PPP), celle qui prévaut justement pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, finit toujours par coûter très cher aux usagers et aux contribuables locaux, qu’on finit toujours par remettre à contribution pour rémunérer les actionnaires quand les choses tournent mal.

Désormais en connaissance de cause, êtes-vous favorable à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Êtes vous prêt à soutenir publiquement une déclaration volontaire vous portant « caution solidaire » du risque financier encouru par les finances publiques pour le financement, en l’occurrence, de l’aéroport de Notre Dame des Landes ?

Êtes vous prêt à encourager chaque élu local et responsable politique national à en faire autant ?

Ces déclarations, la vôtre comme les leurs, permettraient enfin de lever l’ambiguïté qui pèse sur ce genre de projet. Nos ministres et élus, nationaux ou locaux, accepteraient ainsi d’opérer un choix en toute transparence :

  • Soit de se solidariser véritablement avec les détenteurs de ce méga-projet d’aéroport et donc de démontrer parfaitement la confiance qu’il nourrissent en ce projet au risque de leurs biens personnels donnant ainsi l’exemple de leur intégrité.
  • Soit au contraire, vous comme eux, vous vous désolidarisez de ce projet tant qu’il est encore temps. Ainsi sonnerait l’heure de vérité.

Monsieur le député Blazy, croyez vous ce projet économiquement viable ?

Monsieur le député Blazy, êtes-vous prêt à assumer cette politique archaïque publiquement en vous portant caution personnelle sur les risques financiers de ce projet délirant et inutile, doublon de l’aéroport de Nantes Atlantique ?

Ce sera au prix de cet engagement que vous prouverez qu’il est possible, en cette période d’austérité dans laquelle s’enfonce le pays, d’approuver raisonnablement ce projet d’aéroport.

Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie pour votre attention.


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 12
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Jean-Louis Crochard

Auteur: Jean-Louis Crochard

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  28 novembre 2012, 17h50
Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  03 décembre 2012, 13h57

Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres. Voici comment

“Lors de l’enquête coût-bénéfice sur le projet, l’Etat a manipulé les chiffres. Au moment de calculer la valorisation en euros des gains de temps permis par le nouvel aéroport, les sommes ont été au moins doublées. Sans cela, l’enquête coût-bénéfice aurait été négative. Cela a été fait sous la responsabilité du préfet de l’époque, Bernard Hagelsteen, aujourd’hui conseiller chez Vinci… Cela contribue à l’extrême fragilité de la légitimité démocratique de ce projet.”

La suite (Reporterre.net)

Un partageux Un partageux ·  03 décembre 2012, 15h49

Ben, je ne sais pas si ça peut te consoler, mais t’es pas tout seul, mon gars, à regretter amèrement d’avoir voté Hollande au deuxième tour. ;o)

J’ai moi-même eu l’occasion de l’écrire quand Valls a repris la déportation des Rroms. Il a même la finesse de commencer le 30 juillet, jour anniversaire du discours de Grenoble où Sarkozy annonçait l’ouverture de la chasse aux romanichels…

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  04 décembre 2012, 18h58

Je déplore la pratique généralisée de sous-estimation des évaluations initiales des projets (…) En général, on arrive à la moitié du coût réel.

André Vezinhet Président du Conseil général de l’Hérault
Source : LA TRIBUNE, vendredi 23 novembre 2012, supplément “Montpellier”, page 4 : “La ville où les architectes ne dorment jamais”
Encart : Il est au coeur du projet
André Vezinhet Président du Conseil général de l’Hérault
www.latribune.fr/static/hebdo/231112_supplement.pdf

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

lettre_ouverte.gif

Lettre ouverte à Yannick Rousselet

Ci-joint vous trouverez une lettre ouverte adressée à Yannick Rousselet, responsable des campagnes nucléaires à Greenpeace France. Cette lettre ouverte a été écrite dans le cadre d’une revue à paraître autour de la mort de Rémi Fraisse - manifestant tué par le souffle d’une grenade offensive cet automne lors d’un rassemblement contre le barrage du Testet -. Il était pour nous important d’évoquer dans ce cadre comment l’État trouve souvent au cœur des luttes des militants ou des militantes à même de relayer son discours. C’est ce rôle que notre salarié de la multinationale écologiste a accepté d’endosser en direct sur i-Télé, condamnant les “méchants casseurs” qui “sévissaient” en réaction à cet assassinat dans les rues de Nantes et Toulouse. 216

Lire la suite

amis-de-la-terre-france.jpg

Lettre ouverte aux Amis de la Terre-France

En octobre 2014, trente-trois réacteurs électronucléaires en France sur cinquante-huit auront 30 ans ou plus. Il y en avait vingt et un au début du mandat du président Hollande, et seulement deux au début du Grenelle de l’Environnement. Sans sursaut des écologistes antinucléaires, il risque d’y en avoir quarante-six dès novembre 2017. Pour tâcher de s’extraire de l’impasse atomique et cesser de banaliser le désastre en cours au Japon, il faut un coup d’arrêt à la production anthropique massive de radioactivité. Pour cela, il faut exiger enfin en France, de toute urgence et en attendant mieux, le remplacement transitoire des réacteurs nucléaires par des centrales thermiques à flamme. A gaz et même, si nécessaire, en partie au fioul et au charbon. Ce n’est pas antagonique, bien au contraire, avec l’adaptation au changement climatique et la lutte contre son aggravation. Et c’est essentiel pour la préservation de la vie sur terre, ainsi que pour celle d’une démocratie en France. Plus vite ça se fera, mieux ce sera. Y compris pour le climat. Il est de la responsabilité historique des Amis de la Terre de le dire, et de le faire comprendre autour d’eux.

Lire la suite