Last site update 19/02/2020

To content | To menu | To search

Un petit bain bien chaud au radium

Mabesoone_LM_29-01-12.jpgAujourd’hui, nous nous sommes rendus à une représentation de Théâtre No. En fait, nous sommes allés voir un très bon copain de notre fille, le petit R. (4 ans), qui pratique le Théâtre No depuis l’âge de trois ans. Ce petit garçon fait partie d’une grande famille de Maîtres de No installée à Nagano depuis des siècles et, selon la tradition, il sera probablement appelé à devenir Maître de No lui-même, après des dizaines d’années d’entrainements secrets…

À la fin de sa prestation très réussie (un monologue en japonais médiéval de plus de 10 minutes !), notre fille est allée lui remettre un bouquet de frezias jaunes. Le sens du jaune, couleur du mouvement antinucléaire au Japon, fut compris de tous, bien sûr. D’ailleurs, la famille du petit R. a déjà participé avec nous à des manifestations antinucléaires : dans cette relation amicale précieuse, les parents s’entendent aussi bien que leurs enfants. Mais il y a une seule chose que nous ne pouvons plus dire, en plaisantant, quand nos deux familles se rencontrent.

Je suis moi-même de mon état poète de haïku [1]. Souvent les enfants d’un Maître de haïku s’intéressent à ce genre littéraire et le pratiquent parfois de façon professionnelle, sans que ce soit aussi systématique que dans le cas d’un enfant de Maître de No. Ainsi, si ma fille devenait un jour une « poétesse de haïku professionnelle », il lui suffirait de se marier au petit R., Maître de No, pour que naisse un couple à la fois très traditionnel et très international : un Maître de No japonais et une Poétesse de haïku d’origine française, qui se connaissent depuis le berceau ! 

Mais nous ne faisons plus cette blague entre parents. Parce que les parents du petit R. sont des gens subtils et ils ont compris que nous préférerions éloigner notre fille de l’Est du Japon, au moins à partir de l’université. Autrefois, nous pensions à une université de Tokyo pour notre fille, maintenant, nous ne voulons plus. Ce sera Kyoto, Osaka ou Paris (?)…. mais pas Tokyo en tous les cas. 

Tokyo a encore cette épée de Damocles de Fukushima Daiichi pour des dizaines d’années, sans compter la difficulté de se procurer de l’alimentation non contaminée et les risques sismiques accrus depuis mars. À Nagano, nous sommes un peu moins exposés, mais ça ne vaut toujours pas la région de Osaka-Kyoto. Bref, on ne parle plus de « mariage rêve » avec la famille du petit R. Pourtant, qu’est-ce qu’ils sont « amoureux », ces deux petits !

Après la représentation de No, nous sommes entrés dans une des nombreuses sources thermales du Nord de Nagano-ville. C’était sur notre route, alors on s’est dit : un petit bain bien chaud, ça va nous faire du bien car il neige sans arrêt depuis trois semaines ici ! À l’entrée dudit WAKATSUKI ONSEN, quel fut notre surprise : « Bain au radium » ! 

Je pensais que ce type de bain rendu volontairement radioactif aux fausses vertus thérapeutiques n’existait plus au Japon, au moins depuis la catastrophe de Fukushima ! Et bien non. Même si le Pr Hiroaki KOIDE de l’université de Kyoto, comme tous les spécialistes sérieux, nous mettent en garde depuis des années contre cette croyance erronée dans les vertus du radium… 

Il s’agit d’une de ces sources thermales volcaniques, comme on en trouve partout au Japon, à laquelle les tenanciers ajoutent une forte dose de radioactivité naturelle. On place une pierre chargée en radium au milieu de la baignoire commune, et on laisse s’irradier les clients. Il était écrit en toutes lettres : « Profitez des vertus extraordinaires du radium » ou « la radioactivité naturelle revigore les cellules affaiblies et permet de neutraliser LES CELLULES CANCEREUSES ! ».

[en rouge sur la photo]…

On y découvre aussi les photos d’un soit-disant Docteur Mitsuhiro WATANABE (!?) et de feu Mme Marie Curie ! Bien sûr, il n’est pas indiqué que Marie Curie est décédée du fait de ce même radium ! Pire, il est aussi recommandé sur cette enseigne de boire l’eau au radium ! Cela s’appelle de la contamination interne, ce qu’il y a de pire pour déstructurer l’ADN des cellules ! 

Bien sûr, nous avons fait demi-tour pour choisir une autre source thermale voisine, normale, sans « ajouts de radium » … Mais en rebroussant chemin, nous avons croisé deux familles avec des enfants, à l’entrée de ces bains maléfiques ! 

À l’heure actuelle, les enfants de l’Est du Japon doivent se battre contre la contamination interne. Dans notre famille, nous réussissons au prix de maints efforts, à réduire à pratiquement zéro cette contamination. Mais la plupart des enfants, même ici à Nagano, doivent ingérer plusieurs becquerels de césium 137 chaque jour à cause de l’ignorance de leurs parents.

Dans ce contexte, rajouter « un peu » d’irradiation au radium… Ce n’est plus de l’ignorance, c’est de la bêtise.

Notes :

[1] Pour ceux qui ne sont pas encore des lecteurs habitués de cette chronique, le haïku est une poésie traditionnelle japonaise


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 5
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

Janek Janek ·  30 January 2012, 04h10

Il y a peu je suis tombé sur un page très bien faite rappelant tous les produits à base de radioactivité que la publicité à tenté de vendre à différentes époques. Cet article fait le tour de toutes les publicités douteuses, des pulls au radium qui tiennent chaud l’hiver au chocolat au radium, en passant naturellement par les nombreuses sources thermales radioactives:

http://www.dissident-media.org/info…

A lire rire un peu (rire jaune aux deux sens du terme ^^).

Add a comment This post's comments feed


You might also like

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Continue reading