Dernière mise à jour 24/09/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Papier gitan »

J’ai écrit ces lignes le 17 juin 2006, après avoir lu “Métro”, une nou­velle de Joseph Bia­lot.

                                                    La Gitane a fait son entrée dans le wagon ;
                                                    Elle bous­cule d’un coup les lignes d’hori­zon !

                                                    Jupe verte à volants par­se­mée de fleurs gri­ses,
                                                    guir­lan­des qui vol­ti­gent au souf­fle d’une brise…
                                                    Des médailles dorées tin­tent à son fou­lard
                                                    qui retient ses che­veux magni­fi­ques et noirs.
                                                    Sur ses pieds pous­sié­reux dans des san­da­les fines,
                                                    d’étran­ges ara­bes­ques sur sa peau nue des­si­nent
                                                    des signes fan­tas­ti­ques et kab­ba­lis­ti­ques.
                                                    Pendu à son bras bis un tout petit gar­çon
                                                    geint et se plaint, par­fois agité d’un fris­son.
                                                    Il sem­ble placé là tout exprès par génie,
                                                    pour ins­pi­rer pitié aux bra­ves gens sans malice.
                                                    Enchif­fonné d’un tissu noir plus clair jadis,
                                                    dans les bras de sa mère il est pres­que endormi. 

                                                    Elle avance, avec peine, vers cha­que voya­geur ;
                                                    elle a, à ce qu’il sem­ble, un gros poids sur le cœur,
                                                    et leur pré­sente un bout de papier sans rien dire,
                                                    où sa sup­pli­que, en carac­tè­res d’impri­me­rie,
                                                    s’étale sous des yeux qui ne regar­dent pas.
                                                    Elle insiste, qué­mande à cha­cun pas à pas,
                                                    sup­pliant tous ces gens qui ne la voient même pas,
                                                    et qui fixent au loin der­rière elle l’hori­zon,
                                                    un espace inconnu à tra­vers ses haillons.
                                                    On dirait que ces gens la veu­lent trans­pa­rente.
                                                    Ils repous­sent loin d’eux ce visage qui les hante,
                                                    ces grands yeux noirs où danse une flamme anxieuse,
                                                    et cette main ten­due, quelle audace, la gueuse ! 

                                                    Enfin la femme sort sur le quai du métro.
                                                    Le petit ne bouge plus, et ses lèvres sont clo­ses.
                                                    Sou­dain la mère titube et tombe comme une folle,
                                                    son enfant étendu tout à plat sur le sol.
                                                    Elle, vraie bête fauve, hurle à tous les échos…
                                                    Et alors seu­le­ment, un curieux fait la pause.
                                                    Un autre encor s’arrête, et tous deux ils se cau­sent.
                                                    La Gitane est à terre, et son fils est sans vie.
                                                    Elle ne voit plus les pas­sants. Elle pleure, accrou­pie.
                                                    Son papier est tombé, où il était écrit :
                                                    “Mon bébé est malade. Dites-moi quel métro
                                                     il faut pren­dre pour aller à l’hôpi­tal Trous­seau.
                                                                                    Merci ! “

 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Gdalia Roulin

Auteur: Gdalia Roulin

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

msikato msikato ·  29 septembre 2009, 21h05

merci bien :)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fresque_NDL_Vinci_Degage.jpg

Vous, le bâton. Nous, les carottes

Vous, Super Ayrault, de votre légitimité de premier ministre, sous la houlette de Hollande,oser faire tonitruer le bruit des bottes à Notre Dame des Landes.

Lire la suite

Jean_Ferrat.png

Jean, mon pays se perd...

Lettre de Philippe Torreton à Jean Ferrat - Parue le 24 Avril 2012 - J’aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J’aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu’à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j’étais à Entraigues il n’y a pas si longtemps et je n’ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c’est sacré !

Lire la suite