Dernière mise à jour 20/07/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Un beau sujet pour les Présidentielles !

Mabesoone_LM_29-12-11.jpgJusqu’à tout à l’heure, deux membres du conseil municipal de Nagano, Mmes Hiromi NONOMURA et Chiho ISHIZAKA, étaient à la maison pour discuter avec moi de l’organisation des manifestations du 11 mars prochain, dans la préfecture de Nagano. Nous avons beaucoup parlé des mouvements citoyens divers et nous sommes tombés d’accord : tout se jouera aux manifestations de la commémoration de l’accident de Fukushima.

Notre « mouvement jaune » - couleur des antinucléaires - ne peut pas se passer du « mouvement rouge » du PC japonais, avec toute sa structure très bien organisée « à la japonaise ». Il y aura une grande manifestation unitaire pour tout le département au pied du Château de Matsumoto, le 11 mars. Les deux conseillères m’ont demandé de faire à nouveau un discours au mégaphone, ce jour là. C’est un honneur et ce sera un plaisir ! Pour le reste, le rassemblement le plus important à l’échelle nationale se tiendra à Koriyama, préfecture de Fukushima, avec un discours du Prix Nobel de littérature Kenzaburo OE.

À cette date, le 11 mars 2012, si il n’y a pas de remise en marche de réacteur d’ici là, seuls deux réacteurs, Kariwa 6 et Tomari 3 seront encore en service !

Pour l’instant, nous en sommes à 6 réacteurs encore en marche. Ils sont mentionnés en bleu sur la carte du Japon qui illustre cette chronique. Celui de Genkai 4, en rouge, a été mis en arrêt pour maintenance le 25 décembre dernier.

Et voici le programme des arrêts pour révision de maintenance des 6 derniers réacteurs encore en fonctionnement :

  1. Ikata 2 (Shikoku Electric co) doit être arrêté avant le 13 janvier
  2. Kariwa 5 (Tokyo Electric co) doit être arrêté le 25 janvier
  3. Shimane 2 (Chugoku Electric co) doit être arrêté avant le 27 janvier
  4. Takahama 3 (Kansai Electric co) doit être arrêté le 20 février
  5. Kariwa 6 (Tokyo Electric co) doit être arrêté avant la fin du mois de mars
  6. Tomari 3 (Hokkaido Electric co) doit être arrêté avant la fin du mois d’avril

Et C’EST FINI !

En fait, si nous avons des chances d’arriver enfin à ce résultat, c’est grâce à deux choses :

  1. Le mouvement citoyen résultant de l’accident nucléaire qui aura duré. Pour la société japonaise, il est toujours exceptionnellement présent, surtout grâce à la volonté des parents dont beaucoup de mères de famille, et en partie grâce au soutien du PC japonais. Il suffit donc que ce mouvement prenne encore un peu d’ampleur d’ici la commémoration des 12 mois après le début de la catastrophe.
  2. KAN Naoto, l’ancien Premier Ministre, a toujours été intimement convaincu des dangers du nucléaire, depuis sa jeunesse, quand il était très proche du PC japonais. Ainsi, il s’est battu, juste avant de laisser son poste à NODA, pour que soit votée une loi sévère (et très compliquée) sur les « stress-tests » de sécurité des centrales. C’est grâce à cette loi que très peu de centrales ont été remises en marche [1]
    Bref, le peuple japonais pourrait être reconnaissant à KAN de cette action in extremis, quoiqu’on lui reproche par ailleurs. Pour faire simple, c’est un miracle que nous ayons eu, dans cette période, le seul « Premier Ministre proche du PC » de l’histoire du Japon !

Et si nos amis Français, avec leurs 58 réacteurs, étudiaient la question des stress-tests, comme moyen de pression efficace, a l’instar de KAN et des Japonais ? Après tout, cela me semble plutôt simple : si les risques démesurés d’un accident nucléaire étaient correctement pris en compte dans les stress-tests, aucune centrale ne devrait recevoir l’approbation des institutions internationales ? Ceci, surtout si la France et la Grande-Bretagne acceptent enfin d’intégrer le risque terroriste.

Beau sujet pour la campagne présidentielle qui s’annonce ?

Notes :

[1] Pour le réacteur n°3 de la centrale de Tomari et le réacteur n°4 de la centrale de Genkaï, les opérateurs ont prétexté que leurs tests de sécurité étaient déjà efectués avant la loi, mais ce n’est plus possible maintenant…


Post-Scriptum

La preuve est faite que les centrales ne sont pas conçus pour résister à un tremblement de niveau 6 ! La sortie du nucléaire au Japon est proche, vivement le printemps prochain !

La preuve aussi est faite, enfin !, que le tremblement de terre était le principal responsable de la catastrophe atomique de Fukushima, fatal au moins au réacteur n°1 de Fukushima Daiichi :

“The latest analysis also presents evidence that xenon-133 began to vent from Fukushima Daiichi immediately after the quake, and before the tsunami swamped the area. This implies that even without the devastating flood, the earthquake alone was sufficient to cause damage at the plant.”
Source : http://www.nature.com/news/2011/251011/full/478435a.html

[NDLR] Traduction en français :

« La dernière analyse présente également des preuves qu’à Fukushima Daiichi, des fuites de xénon-133 ont débuté immédiatement après le séisme, et avant que le tsunami ne submerge la région. Cela implique que même sans la crue dévastatrice, le tremblement de terre lui seul a suffi pour causer des dommages à la centrale. »


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.75/5

  • Note : 4.75
  • Votes : 4
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 4

Laurent Mabesoone

Auteur: Laurent Mabesoone

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Mabesoone Mabesoone ·  29 décembre 2011, 15h53

Enfin, en post scriptum, cet article essentiel de “Nature”, qui vient de paraitre en ligne, relatant les résultats d’un groupe de chercheurs norvégiens (en lien avec le Pr Hayakawa de l’université de Gunma, dont j’ai déjà parlé).
Enfin la preuve que le tremblement de terre était le principal responsable de la fusion des réacteurs, au moins au réacteur 1:

“The latest analysis also presents evidence that xenon-133 began to vent from Fukushima Daiichi immediately after the quake, and before the tsunami swamped the area. This implies that even without the devastating flood, the earthquake alone was sufficient to cause damage at the plant. “


Du Xenon 133 commençait déja à être libéré avant l’arrivée du Tsunami !

À mon avis, cette fois-ci, c’est presque gagné pour une sortie rapide du nucléaire au Japon ! Les stress-tests décidés par M. KAN ne passeront plus jamais, même si les compagnies électriques font des demandes de remise en service après maintenance. Car la preuve est enfin faite que la structure des centrales actuelles ne supporte pas un tremblement de niveau 6 !
La sortie du nucléaire au Japon est proche, vivement le printemps prochain !

[http://www.nature.com/news/2011/251011/full/478435a.html]

Fallout forensics hike radiation toll : Nature News - www.nature.com

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Le grand retour du nucléaire n'a pas eu lieu

Depuis des années, industriels, gouvernements et médias font croire que le nucléaire est sur le point de se relancer. Hélas pour ces mauvais perdants, nos fleurons EDF et Areva sont en pleine déconfiture et leurs campagnes de pub (financées avec notre argent) n’inversent pas la tendance.

Lire la suite