Dernière mise à jour 29/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pour un Observatoire de la «Rilance»

confcroissance_2.jpgAu soir du 17 juin prochain, quand l’heure des résultats aura sonné, toute l’Europe retiendra son souffle comme ce fut le cas au soir du 29 mai 2005. Dans un peu plus de deux semaines en effet, la Grèce et la France seront appelées à élire leurs députés nationaux. Les enjeux apparaissent d’ores et déjà historiques. Ils peuvent être décisifs.


[dernière mise à jour le 17/06/12]

À ma droite, l’Europe néolibérale dans toute sa splendeur et ses solutions éculées dont les principaux acteurs, à cet instant, poursuivent plus que jamais le rêve supra-national pour se tirer d’affaire et prolonger le dogme financiariste par l’acharnement thérapeutique. À ma gauche, une idée politique soutenue en premier lieu par un petit parti grec appelé à devenir grand et nommé SYRIZA [1].

D’ici à l’échéance électorale, la pression ne manquera pas de monter. Ici, on fait déjà donner l’extrême droite xénophobe pur jus [2] dans les ports grecs pour faire valoir aveuglément et à bras raccourcis la préférence nationale tandis qu’outre atlantique, la dame patronnesse du système capitaliste y allait sans complexe de son « Fais ce que je te dis, mais ne fais pas ce que je fais » [3]. À travers elle, ne nous y trompons pas, un signal d’une violence inouïe était lancé depuis les États-Unis ne demandant qu’à trouver la voie de son expression la plus réactionnaire si le vieux continent s’avisait, courant juin prochain, de ne pas obtempérer aux dictats des marchés et de la fameuse Troïka constituée de la Commission européenne, de la BCE et du FMI.

Casque d’argent

La dame qu’on appellera si l’on veut « casque d’argent », sobriquet évoquant plus ses 380 939 euros de gains annuels exemptés du traitement par l’impôt que sa chevelure argentée, avant de donner gracieusement sa leçon de morale à une Grèce depuis trop longtemps exsangues, nous avait aussi promis le salut par l’application étriquée et assidue des préceptes qui - dans le texte de la novlangue de circonstance - font les ajustements structurels, en clair, les coupes sombres dans les budgets publics et les privatisations opérées jusqu’à l’os.

D’abord, le salut des hellènes et partant celui de tous les pays d’Europe comme de bien entendu, ceux-là même que l’on voit plonger les uns après les autres dans le piège de la récession subie, y compris ceux qui furent distingués par les meilleurs compliments du FMI et de la Commission Européenne, comme l’Irlande, l’Espagne et bientôt les Pays-Bas dont la note est menacée d’être aussi dégradée.

Rilance ?

Le salut, ce devait être l’incontournable « Rilance », terme que Mme Lagarde alors ministre inventa en bonne communicante qu’elle est (sic !). Traduisez, Rigueur & Relance dans l’austérité et la croissance à défaut de s’exercer dans la joie et la bonne humeur. La cure sans alternative possible avant la terre promise.

Hier soir, c’était au tour de M. Hollande qu’on a encore un peu de mal à appeler Monsieur le Président. Il se disait être en action et n’avoir jamais été en transition. Et en guise d’action au sujet de la Grèce, plutôt que de recevoir la visite d’Alexis Tsipras, il y est allé, lui aussi, de ces bons conseils respectueux :

 « Les Grecs doivent être mis devant leurs responsabilités : attention, ce que vous allez décider le 17 juin va avoir des conséquences, pour vous et pour nous (…) Mais nous vous respectons. Je vous respecte. C’est un changement par rapport à la période antérieure. »

Attention ! Oui, mais attention à quoi au juste ? La vérité c’est que la méthode austéritaire vascille bel et bien et si elle venait à tomber définitivement à l’eau, que resterait-il ? La réponse est toute fléchée depuis le 6 mai : la méthode croissancitaire qui recouvre, nous dit-on, plusieurs conceptions internes à l’idéologie de la croissance histoire de nous laisser croire qu’il y a là encore matière à un choix supposément démocratique. Il y aurait en effet à choisir entre celle que concéderait Mme Merkel et celle qui fait courir M. Hollande à travers l’europe et le monde, à pas cher.

Vu à la Télé

La première conception ressemble à si méprendre à la merkelite aigue, cette austérité toute teutonne faite de flexibilité, de prédation des biens sociaux et de job à 1 euro de l’heure. La seconde, s’obtiendrait par la chasse aux déficits qui devrait dégager suffisamment de marges pour assurer le service de la dette (les intérêts, on verra le capital plus tard) et une redistribution plus juste mais le tout à moyens constants. Une redistribution de quelques choses mais de quoi et de combien ?

On le verra bien assez tôt et sans trop attendre. L’heure toute estivale du « coup de pouce » donné au SMIC ne saurait tarder. Il « devra rattraper ce qui n’a pas été accordé cette dernière année » tout en veillant « à ce que cela ne déstablise pas les entreprises » nous disait hier soir notre bon Président, vu à la Télé. C’est tout dire à l’heure de la démultiplication des plans a-sociaux et des délocalisations en pagaille.

Trève d’ironie car il faut craindre que la croissance, quoiqu’il en coûte, ne sera jamais suffisante pour régler une dette dont les mécanismes pervers, quoiqu’on en dise, tiennent plus de l’escroquerie que du sauvetage ou de la solidarité et qui pour l’essentiel, on le mettra sans doute à jour tôt ou tard, est indue voire même odieuse.

Crois-sens

Bien plus que l’apercevoir comme le bout du tunnel, il faut bien plutôt la craindre car, Oiseau de malheur !, Cassandre ! et Mauvais augure !, comme nous en avertit Jean Gadrey, « La croissance ne reviendra sans doute jamais », ce que Geneviève Azam expliquait autrement en nous rappelant que « la croissance est un jeu à somme nulle ». À craindre et même aussi à redouter car plus on accumule de croissance et plus la croissance est difficile à aller chercher - avec ou sans les dents - tant la pression de la demande internationale opère sur des matières premières fossiles de moins en moins de bonne qualité et de plus en plus rares. Ainsi, plus la concurrence entre les pays et leur mains d’oeuvre est tendue et plus les effets de la croissance finissent par se retourner contre les plus faibles d’abord.

croissance_1950-2010_graphGadrey.png

Que faut-il donc en déduire ? Quelle solution ?

D’abord faire le tri dans les dettes et ne retenir que ce qui a bénéficié aux politiques publiques et non au sauvetage des banques. On peut attendre les résultats de l’audit de la Cours des comptes. On peut aussi soutenir l’effort déjà entamé des audits citoyens [4] menés à travers l’Europe.

Ensuite, entre peuples d’europe, faire cause commune pour ne plus avoir à traiter qu’avec les banques centrales lors de l’établissement de nouveaux emprunts pour financer les politiques publiques à taux modiques et constants, c’est-à-dire à moindre frais.

Enfin, ne plus chercher à élargir absolument ce « gâteau empoisonné » qu’est le PIB, en réalité un néocolonialisme forcené et sans avenir fait d’extractions insensées de matières fossiles escroquées et de productivisme délocalisé, pour tendre à l’autosuffisance en matière première et en énergie renouvelables dans le cadre d’une économie relocalisée faite tant qu’il est possible de circuits courts et de sobriété.

Faut-il le rappeler :

Les ressources non renouvelables représentent 70 % de l’ensemble des ressources nécessaires à l’économie française (extraction intérieure et importations) en 2007. La quantité totale de ces ressources non renouvelables a progressé de 8 % en 17 ans. Alors que la quantité de matières issue de ressources non renouvelables extraites du territoire  en 2007 est quasi-identique à celle de 1990, leurs importations ont progressé de 25 %. [5]  

En attendant, la « Rilance » doit être mise sous une surveillance citoyenne la plus étroite [6] et préparons-nous à devoir battre ardemment le cul des casseroles… et de celles et ceux qui les trimballent jusque dans les plus hautes sphères.




Notes :

[1] En campagne : Alexis Tsipras à Paris

[2] L’extrême droite, dernier recours contre la crise - Courrier International

[3] La patronne du FMI a mis le feu aux poudres en estimant dans une interview au quotidien britannique The Guardian que « les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement » en « payant tous leurs impôts » tout en se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d’Afrique.

[4] http://www.audit-citoyen.org/

[5] http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/299/1161/besoin-matieres-productivite-materielle-leconomie.html

[6] s’inscrire à l’OBCR pour y prendre part



Petit Observatoire de la Rilance

[dernière mise à jour le 17/06/12]

  1. 08/04/12 | 1972-2012 : le Club de Rome confirme la date de la catastrophe
  2. 25/06/12 | Serge Latouche : « La Banque centrale européenne, c’est Dieu »
  3. 25/05/12 | La croissance mondiale va s’arrêter - H. Kempf
  4. 09/05/12 | Dennis Meadows : « Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger »
  5. 30/05/12 | Le référendum irlandais, un test pour la politique d’austérité dans la zone euro - AFP/F24
  6. 30/05/12 | L’Irlande vote sur le pacte budgétaire “entre peur et colère” - LeMonde.fr
  7. 31/05/12 | Bilderberg 2012 : quels objectifs ? (I)
  8. 02/06/12 | Bilderberg 2012 et « silence français »
  9. 03/06/12 | Bilderberg 2012 : la presse française, bâillonnée ?
  10. 03/06/12 | Bilderberg 2012 : quels objectifs ? (II)
  11. 04/06/12 | ALERTE : Empêcher le totalitarisme austéritaire
  12. 04/06/12 | Aube dorée/Extrême droite en Grèce : la crise n’explique pas tout
  13. 07/06/12 | La campagne électorale tourne mal en Grèce: un élu d’Aube dorée agresse une députée de gauche en direct à la télévision
  14. 08/06/12 | « Hellas Hell: l’enfer des réfugiés en Grèce »
  15. 08/06/12 | Environnement : Hollande craint un «échec» du sommet de Rio
  16. 08/06/12 | L’économie française menacée de récession, mauvaise nouvelle pour le gouvernement
  17. 08/06/12 | Pour Obama, il est urgent de résoudre la crise européenne
  18. 08/06/12 | Merkel, la chancelière qui dit “nein”
  19. 09/06/12 | Start the engines, Angela - The Economist
  20. 09/06/12 | Espagne : la zone euro envisage un plan d’aide jusqu’à 100 milliards d’euros
  21. 10/06/12 | Comment l’Espagne a cédé aux pressions, de tractations en réunions secrètes
  22. 10/06/12 | L’aide à l’Espagne pourrait ne fournir qu’un bref répit
  23. 14/06/12 | Hollande demande à la Grèce de tenir ses promesses
  24. 15/06/12 | Elections en Grèce : la presse européenne s’affole
  25. 15/06/12 | Grèce: les trois scénarios d’une élection cruciale
  26. 15/06/12 | Hollande et Merkel sont-ils vraiment en désaccord ?
  27. 15/06/12 | Pourquoi les jeunes agriculteurs se tournent vers SYRIZA - Okeanews
  28. 17/06/12 | “Etre ou ne pas être dans la zone euro”, la Grèce appelée aux urnes
  29. 17/06/12 | Législatives : la Grèce vote sous l’œil du G20
  30. 17/06/12 | Hollande propose 120 milliards pour relancer la croissance en Europe

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Éric Jousse

Auteur: Éric Jousse

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Dindon de la farce Dindon de la farce ·  12 octobre 2012, 19h29

Mise à jour pour 2012

Source : Pacte budgétaire, croissance et crise (II) :
http://alternatives-economiques.fr/…

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

edito.gif

Sale temps pour les mégalos

Un vent mauvais a commencé de souffler contre la folie des grandeurs des bétonneurs. Du même coup, le ciel semble s’éclaircir pour les opiniâtres adversaires des « grands Projets inutiles et imposés ». Certes, ces projets sont très nombreux et d’autres vont encore fleurir dans l’imagination des aménageurs restant désespérément accrochés aux dogmes du temps révolu de la Croissance sans f(re)in mais déjà plusieurs d’entre eux ont été ces derniers mois suspendus ou stoppés net dans leur construction publicitaire et médiatique, sans attendre donc la pose de la première pierre. Cela annonce-t-il de la part des « décideurs », avec un grand retard coupable, un début de remise en cause du schéma de pensée productiviste ? Une timide prise de conscience que le coût de la destruction des écosystèmes est désormais insupportable serait-elle en train d’émerger ? Hier arrogants, les promoteurs semblent perdre un peu de leur superbe sérénité.

Lire la suite

edito.gif

Big data et petits esprits

Disons-le tout net : nous vivons un hiatus monstrueux. Les milliards de micro-processeurs interconnectés et mus par des algorithmes toujours plus puissants nous permettent de connaître le monde dans ses moindres détails tandis que les hommes qui dirigent ce monde malade de déséquilibres économiques et sociaux grandissants ainsi que d’une crise écologique terrifiante continuent d’appliquer partout les recettes qui ont mené à ce désastreux échec. L’on ne cesse de nous vanter les prouesses à attendre du big data, de l’Internet des objets qui devraient demain résoudre tant de problèmes insolubles jusqu’ici. À en croire les plus optimistes, l’intelligence artificielle poussée à son comble va nous forger un monde quasiment parfait dans lequel tous les risques pesant sur les hommes seront désamorcés avant d’éclater ou de prendre trop d’ampleur.

Lire la suite