Dernière mise à jour 21/11/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Paul Ariès : face à une crise systémique il faut une réponse systémique

Paul ArièsCes 27, 28 et 29 Août 2010 avaient lieu à Marlhes dans le département de la Loire, les (F)Estives 2010 des Objecteurs de Croissance, organisées par le MOC (Mouvement des Objecteurs de Croissance)

Vous retrouverez bientôt, le temps pour nous d’y travailler, un 3e numéro d’Au Ras du Réel, consacré à celles et ceux qui se sont rendus à ces journées.

En avant goût, Netoyens.info vous propose une entrevue avec Paul Ariès, politologue, rédacteur en chef du journal le Sarkophage, et théoricien de la décroissance, réalisée ce dimanche à Marlhes à la suite de sa participation à une table ronde intitulée “Pouvoirs, contre-pouvoirs et anti-pouvoirs, Elections : y participer en (objection de) conscience ?”.

Marlhes, 30 août 2010
(F)Estives
origanisées par
le Mouvement des Objecteurs de croissance

20 minutes avec Paul Ariès

 
«Il est évident que nous sommes face à une crise systémique c’est à dire une crise écologique, une crise politique, une crise de la personne humaine, une crise sociale. Et face à une crise systémique, il faut effectivement une pensée systémique, il faut une réponse systémique
 
«Il est évident que nous sommes face à une crise systémique c’est à dire une crise écologique, une crise politique, une crise de la personne humaine, une crise sociale. Et face à une crise systémique, il faut effectivement une pensée systémique, il faut une réponse systémique

Une interview diffusée par Netoyens.info

Production
reportages/PALME/grand-logo.gif
Au Ras du Réel

Lire :







Parce que l’information indépendante nécessite des moyens, des personnes, et des qualifications.
Pour l’ensemble du projet Netoyens.info : 


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Évaluer ce billet

4.33/5

  • Note : 4.33
  • Votes : 3
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 4

Au Ras du Réel

Auteur: Au Ras du Réel

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Le dindon de la farce Le dindon de la farce ·  23 septembre 2014, 20h22

Incrédules, s’abstenir !

« La croissance de la France est égale à zéro depuis sept ans et on constate une décroissance continue des gains de productivité depuis une quinzaine d’années.
(…)
Il existe une règle de base en économie qui explique qu’on ne sait pas gérer démocratiquement à moyen et court terme un pays sans croissance. (…)
La fin d’année 2014 sera dramatique pour la France, car de la crise sociale brûlante qui s’échafaude en ce moment naîtra une crise institutionnelle qui pousse à lancer un véritable cri d’alarme. La situation est extrêmement grave. Le risque réel d’implosion fin 2014 du système économique français est sérieux. L’implosion annoncée pourrait entraîner un conflit sociétal humain source de violences physiques dans les zones urbaines où résident les Français aux ressources faibles et les classes moyennes inférieures. Le danger est réel. Le danger est imminent. Les indicateurs sont dans le rouge. L’alarme s’est déclenchée. » http://www.lesechos.fr/idees-debats…

erou erou ·  06 juin 2015, 14h22

« Aujourd’hui, avec l’effondrement du stalinisme d’une part, et le surgissement des formes disons – classiques – de processus révolutionnaires (comme en Tunisie ou en Grèce par exemple) d’autre part, réapparaissent le personnage et la pensée de Léon Trotsky comme l’authentique voie pour la défense des classes ouvrières dans la voie du socialisme », Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky
La satisfaction des besoins des travailleurs nécessite plus que jamais de s’attaquer aux fondements mêmes du système capitaliste, c’est-à-dire une révolution prolétarienne expropriant les groupes capitalistes, les banques , les assurances…sans indemnité ni rachat, socialisant et planifiant l’économie pour satisfaire ces besoins, donnant le pouvoir aux travailleurs, organisés à tous les niveaux en conseils, comités de délégués élus et révocables, mandatés par les assemblées de base, mettant en place un nouveau gouvernement de la Commune, un gouvernement ouvrier, tendant la main aux autre classes ouvrières, pour une Europe des travailleurs, pour les Etats-unis socialistes d’Europe.
La seule réponse de l’impérialisme : la guerre, la barbarie… La création de toutes pièces (financement et armement directs et indirects) d’un ennemi « implacable » – l’Etat islamique –, par lequel il tente de faire diversion et de terroriser les peuples… La guerre contre la révolution, c’est la réponse constante de l’impérialisme ! La guerre en permanence (Irak, Afghanistan, Somalie, Soudan, Palestine, Libye, Syrie, Mali, Centrafrique…), c’est la bannière du capitalisme pourrissant un siècle après 1914 ! La révolution prolétarienne contre la guerre c’est la réponse du Trotskysme.
En France, une crise révolutionnaire ouverte affleure, quelle en sera l’étincelle ? Par exemple, un appel de travailleurs d’une entreprise menacée dans tel département, appelant l’ensemble du département à monter en masse à Paris, et à occuper une place centrale comme en Egypte ou en Tunisie, ce pourrait être alors le détonateur, cristallisant toute la situation politique de plus en plus insupportable pour le peuple face à Hollande-Valls les petits commis de l’Union européenne au service du capital financier. Le retentissement médiatique d’une telle initiative, ses répercussions à travers tout le pays, poseraient inéluctablement la question du pouvoir et de qui doit diriger le pays.
« Bloquer tout le pays », « la grève générale », c’est ce qui monte de plus en plus d’en bas. Balayer les institutions de la cinquième république et de l’union européenne- institutions de la bourgeoisie- une nécessité en haut pour donner tout le pouvoir au peuple. « Dégage ! », l’expression adressée aux dictateurs Ben Ali et Moubarak a fait rapidement le tour du monde, injonction adressée à tous les dirigeants de droite comme de gauche, complètement inféodés au capital financier. La France, quant à elle, a des traditions révolutionnaires bien ancrées : 1789-1794, 1830, 1848, 1871, 1919-1920, 1936, 1945-1947, 1953, 1968
144 ans plus tôt, voici les mesures que prit en 72 jours le premier gouvernement ouvrier de l’histoire de l’humanité, la Commune de Paris, avant qu’elle ne soit massacrée en mai 1871 par Thiers et les représentants des capitalistes, spéculateurs et privilégiés de l’époque : • Réquisition des usines dont les patrons sont incapables d’assurer la gestion. • Suppression du travail de nuit pour les catégories qui y sont soumises. • Réquisition des logements vacants pour les ouvriers sans logement. • Remise de l’ensemble des loyers en retard. • Abolition des amendes imposées aux travailleurs. • Établissement de l’instruction publique laïque. • Expulsion des congrégations religieuses de l’école et séparation de l’église et de l’État. • Adoption d’un décret limitant à 8 heures la journée de travail. • Garantie légale de l’égalité juridique des femmes et des hommes. • Obligation que tous les élus, sans exception, y compris les plus élevés, touchent au maximum le salaire d’un ouvrier. • Abolition de l’armée permanente.
L’immense mérite de la Commune de Paris c’est justement son existence et son gouvernement pour satisfaire les seuls intérêts populaires, c’est d’avoir montré aux yeux du monde entier qu’un gouvernement ouvrier était possible, ce que confirmera la révolution russe dirigée par Lénine et Trotsky en donnant « tout le pouvoir aux soviets », avant d’être trahie puis assassinée par le stalinisme.
A LIRE

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet


À voir également

2012-02-15_CAN30-CAN84_antinucleaire_salle-01.jpg

Au Ras du Réel !... le Gard entre convergence et éclatement

Vendredi 15 février, Netoyens.info se déplaçait à Nîmes devant le Conseil Général du Gard (30) pour un reportage sur la mobilisation contre le projet de réacteur nucléaire Astrid à Marcoule. C’est en effet que ce jour là devait avoir lieu une interpellation publique des élu(e)s et du Président du Conseil Général PS, Damien Alary, à l’appel de la Coordination Antinucléaire Sud Est (CAN 84) accompagnées de plusieurs autres organisations écologistes et politiques (retrouvez en pièce jointe à la fin de ce billet le texte de l’appel et ses signataires). Arrivés sur place, c’est en réalité deux mobilisations différentes qui occupaient le pavé. Venus s’ajouter aux militants antinucléaires, nous avons trouvé des militants des syndicats Sud Solidaires et de la CGT porteurs de revendications pour les agents territoriaux gardois. Ils allaient, eux aussi, investir les travées de l’auditorium du Conseil Général afin d’interpeller publiquement ses élus.

Lire la suite

nddl-17-nov-petit.jpg

En campagne : NDDL, pourquoi Vinci y tient autant !

En campagne n°10«NDDL, pourquoi Vinci y tient tant !»Notre Dame des Landes (Loire Atlantique)09 novembre 2012 Prise de son : Jean-Louis CrochardUne émission produite par Au Ras du RéelDiffusée par Netoyens.infoGénérique : Ejam etc…

Lire la suite