Last site update 18/11/2019

To content | To menu | To search

Le capitalisme est-il soluble dans la crise ?

Et si on pou­vait regar­der som­brer le capi­ta­lisme, les doigts de pied en éven­tail, en spec­ta­teur, comme devant son écran télé, où tout se déroule sans que nous n’inter­ve­nions le moins du monde, étant situé d’ailleurs hors de notre atteinte, que les évè­ne­ments soient légers ou extrê­me­ment gra­ves, qu’ils soient fic­tifs ou réels ?
Comme si ce mons­tre car­ni­vore, tel l’hydre de Lerne, n’était pas doté de mul­ti­ples têtes, capa­bles de repous­ser au fur et à mesure que le héros les coupe !

L’heure, celle de la crise, serait bien choi­sie d’éta­blir nos bilans, et de déci­der ensem­ble de la manière dont nous vou­lons ou pas doré­na­vant con­ti­nuer à faire société.
Cer­tes le sys­tème capi­ta­liste nous écrase et il menace mor­tel­le­ment ce qui per­met la vie sur la pla­nète, cer­tes la mal­hon­nê­teté fon­cière de ce sys­tème est dévoi­lée au grand jour pour qui veut bien ouvrir les yeux, mais va-t-il pour autant s’effon­drer, comme s’il suf­fi­sait qu’un orga­nisme soit cri­mi­nel­le­ment injuste et nui­si­ble pour dis­pa­raî­tre ?
Je ne le crois pas.
Notre orga­ni­sa­tion sociale n’est pas fon­dée sur un réel souci de jus­tice, elle ne res­pecte pas l’éga­lité des droits ni la liberté pour­tant pro­cla­mée par la devise répu­bli­caine. Elle n’est pas fon­dée sur une réelle recher­che de l’uti­lité vivrière pour tous, sur la volonté de pro­mou­voir con­crè­te­ment l’épa­nouis­se­ment de cha­cun. Le sens de la fra­ter­nité s’appa­rente à celui de Jacob ou de Caïn, tan­dis que la soli­da­rité devient insi­dieu­se­ment un délit léga­le­ment ins­ti­tué !  
Tout tourne autour du mythe du veau d’or, et nos “éli­tes” n’ont de cesse de tout mer­can­ti­li­ser, tout con­ver­tir en “pro­fits” action­na­riaux démul­ti­pliés, tan­dis que les “res­sour­ces humai­nes” sont comp­ta­bi­li­sées dans la colonne “char­ges patro­na­les”, et con­si­dé­rées comme des objets uti­li­tai­res jeta­bles au milieu de tant d’autres pou­bel­les. La nature elle-même n’est pas con­si­dé­rée comme notre source de vie, mais elle est pillée et pol­luée sans ver­go­gne, comme un domaine exploi­ta­ble dans le seul but d’entas­ser des mon­ta­gnes (vir­tuel­les) de béné­fi­ces moné­tai­res.
L’argent est roi, et la crois­sance est reine.
La pour­suite dog­ma­ti­que de “la Crois­sance” prô­née à l’una­ni­mité par les affai­ris­tes (crois­sance ver­ti­gi­neuse des pro­fits moné­tai­res des ultra-riches sur le dos des lais­sés pour compte) ne se con­tente même plus de repro­duire des iné­ga­li­tés crian­tes, l’oppres­sion éhon­tée du “bas peu­ple” par quel­ques pri­vi­lé­giés de la for­tune. Main­te­nant nous pou­vons voir enfin, clair comme le jour, que la pour­suite de cette crois­sance aggrave ces iné­ga­li­tés de façon expo­nen­tielle avec un cynisme (par­don Antis­thène, Dio­gène, Cra­tès, Hip­par­chia…) et une hypo­cri­sie abso­lus, et ruine nos vies et la pla­nète, au mépris total du droit des géné­ra­tions futu­res à pou­voir trou­ver en arri­vant un milieu sain où vivre sa vie.

Que raconte notre mythe fon­da­teur ?

Au début serait le capi­tal, qui, par la grâce de ses inves­tis­se­ments géné­reux, nous per­met de trou­ver le tra­vail que nous som­mes sup­po­sés cher­cher à toute fin toute force, dému­nis que nous som­mes, et nous pour­voit donc des moyens (de pro­duc­tion) de “gagner” nos vies.
Met­tez-vous à la place des patrons : ils ont misé leurs bas de laine, c’est une prise de ris­que. Vont-ils per­dre au jeu ? À moins qu’ils ne gagnent plus !… Tiens donc, ne sont-ce pas tou­jours les gros qui man­gent les petits ? Ils sont donc gras­se­ment rému­né­rés, car l’argent appelle l’argent.
C’est paraît-il jus­tice.
Et tout l’écha­fau­dage bâti là-des­sus doit bien com­por­ter quel­ques erreurs, puis­que nous en som­mes arri­vés au point où cer­tains êtres humains per­çoi­vent en une jour­née l’équi­va­lent de la valeur recon­nue de cen­tai­nes d’années de tra­vail pour d’autres !
Les ci-devant patrons ont en outre le pou­voir de déci­der, puisqu’ils sont les heu­reux pro­prié­tai­res des entre­pri­ses, et nous devrions nous sen­tir soli­dai­res de leur for­tune per­son­nelle, puis­que s’ils font faillite, ou par­tent avec la caisse, nous per­dons notre “emploi” et les sub­si­des qui nous per­met­tent de vivo­ter.
Par­fois même, le tra­vailleur est devenu  mini-action­naire de sa pro­pre boîte, his­toire de se sen­tir impli­qué dans la course aux béné­fi­ces, qui seront néan­moins mini pour lui, mais quand on a trop besoin, pour sûr, on hésite à  cra­cher dans la soupe !
Cette belle loi de la jun­gle au ser­vice des plus forts, de ceux qui pèsent finan­ciè­re­ment, quel­les que soient les ori­gi­nes de leur compte en ban­que, se vou­drait une loi juste, une sorte de rétri­bu­tion du mérite, qua­si­ment une “loi natu­relle” ! Quelle escro­que­rie !
C’est sup­po­ser bien naï­ve­ment qu’il est juste de naî­tre riche, ou pau­vre, et que cha­cun est rétri­bué “à sa juste valeur”, et que les prix fixés le sont par rap­port à une valeur réelle, “objec­tive”, des mar­chan­di­ses. Quelle illu­sion ! Dans la déter­mi­na­tion d’un prix entre sur­tout la valeur d’échange, qui peut être fon­dée sur la trom­pe­rie pure et sim­ple, et qui sou­vent, rap­porte d’autant plus que le prix de revient est com­pressé au maxi­mum et le prix de vente gon­flé autant que pos­si­ble. Et on nous bourre le mou à grands ren­forts de publi­ci­tés for­cé­ment men­son­gè­res, puisqu’il ne s’agit en aucun cas d’infor­ma­tion, mais de nous inci­ter à ache­ter d’une manière qua­si­ment hyp­no­ti­que. Et bien-sûr, le con­som­ma­teur la paie, la fac­ture publi­cité. En outre, il est des bureaux d’étu­des qui tra­vaillent, et bien rému­né­rés eux aussi, à faire en sorte que les objets pro­duits ne durent sur­tout pas trop long­temps, car il “faut faire mar­cher le com­merce”…

Imbro­glios de cer­cles vicieux qui nous enchaî­nent à un sta­tut pas­sif de con­som­ma­teurs-qué­man­deurs d’emploi, fra­gi­li­sés, cul­pa­bi­li­sés et sous sur­veillance, ou de sala­riés can­ton­nés sou­vent à des tâches absur­des et rare­ment choi­sies, uni­que­ment pour per­ce­voir à la fin du mois les mai­gres res­sour­ces moné­tai­res qui nous per­met­tront de nous ravi­tailler et d’entre­te­nir ce sys­tème pré­da­teur qui nous con­duit droit dans le mur, en ne nous deman­dant sur­tout pas notre avis.

Deux poids, deux mesu­res…

Si nous élar­gis­sons un peu notre champ de vision, nous voyons à quel point l’ordre éco­no­mi­que qui s’impose à nous, et qui s’emploie à met­tre le monde entier sous sa coupe, est nocif.
Si nous, sim­ples humains, avons ten­dance à nous foca­li­ser sur notre famille, nos amis, notre pays, le sys­tème capi­ta­liste, lui, s’est com­plè­te­ment mon­dia­lisé depuis quel­ques dizai­nes d’années, et passe lar­ge­ment au-des­sus des États.
Les hom­mes d’État, nos chers élus, sont en géné­ral deve­nus des pan­tins dans les mains des puis­san­ces d’argent, qui dis­po­sent de bud­gets démen­tiels, bien supé­rieurs à ceux des États…
Des marion­net­tes, ou des com­pli­ces. À se sub­ven­tion­ner tant et plus les uns les autres.
Quand un ménage est “suren­detté”, comme on dit, c’est la honte, la mise sous tutelle fran­che, ou enro­bée d’un ser­vice d’assis­tance ou de con­seil bud­gé­taire que les mal­heu­reux ne sau­raient esqui­ver, coin­cés qu’ils sont dans leurs cré­dits impayés ou autres det­tes, tan­dis qu’il faut sur­vi­vre et nour­rir leur famille au jour le jour, en gar­dant un toit sur la tête, tant que pos­si­ble. Ce sont rare­ment les orga­nis­mes de cré­dits usu­riers qui se voient rap­pe­lés fer­me­ment au sens de la mesure.
Quand la finance inter­na­tio­nale joue qua­si­ment au casino avec les sous qu’ils ont raclés dans nos tiroirs pour empi­ler leurs mon­ta­gnes d’or, et quand les bul­les écla­tent en ne lais­sant que du vent, on ne va pas leur dire qu’ils ont mal géré leur bud­get ! Ce ne sont pas des ména­gè­res au bout du rou­leau, ces dis­tin­gués “cols blancs” ! Là, la soli­da­rité natio­nale joue à plein, tou­jours dans le même sens que d’habi­tude, et c’est avec la plus grande célé­rité que nos brillants gou­ver­ne­ments volent très con­crè­te­ment au secours de leurs amis de classe, à coups de mil­liards, ponc­tion­nés benoî­te­ment sur le pot com­mun. En se gar­dant bien de natio­na­li­ser ce que l’argent du peu­ple aura ren­floué. Pour­tant, n’est-ce pas là le credo de nos diri­geants : défen­dre le droit de pro­priété ?
Devons-nous en con­clure que lorsqu’une grosse ban­que est au bord de la faillite, les mil­liards débour­sés par l’État ne sau­raient jamais la rache­ter ? Parce que nous ne sau­rions jamais pos­sé­der col­lec­ti­ve­ment ce que pour­tant seul l’argent réuni de tous peut payer ?
Quand un qui­dam n’arrive plus à régler les trai­tes de sa mai­son, on ne fait pas tant d’his­toi­res pour le met­tre sur le pavé, sans effa­cer son ardoise pour autant !
Et l’État ne trou­vera pas non plus les quel­ques mil­liards pour ren­flouer le soi-disant trou de la sécu, bien qu’il s’agisse d’un orga­nisme vital de soli­da­rité natio­nale ! Hé quoi, les assu­reurs pri­vés bavent à la porte !
Et tout cela n’empê­chera nul­le­ment la pen­sée uni­que de con­ti­nuer à pré­ten­dre que ces ripoux & com­pa­gnie ayant apporté le capi­tal, ils ont donc droit à leurs divi­den­des. Cela ne les empê­chera pas davan­tage de délo­ca­li­ser à loi­sir pour trou­ver plus pro­duc­tifs que nous, et plus ren­ta­bles, en jetant les tra­vailleurs à la rue après avoir pressé le citron au maxi­mum…

Puis­que nous som­mes dans un pays libre,
essayez d’expli­quer que vous ne vou­lez plus jouer à ce jeu là.

Essayez de dire que cette entre­prise que le patron veut délo­ca­li­ser doit, en bonne jus­tice, appar­te­nir aux tra­vailleurs, à ceux qui ont réel­le­ment engraissé la boîte de leur sueur, et que si le patron veut par­tir, bon voyage ! Que les tra­vailleurs n’ont qu’à s’appro­prier leur entre­prise et la gérer à leur façon. Si les patrons ne peu­vent pas se pas­ser d’employés, puisqu’ils tirent leurs reve­nus de la valeur mar­chande pro­duite par leurs sala­riés, les employés qui se pas­sent de patron se sont débar­ras­sés d’un para­site.
(Je ne parle pas ici des “petits patrons”, des arti­sans à échelle humaine qui tra­vaillent aussi dur que leurs employés, qui ne sont eux aussi que trop mena­cés de ruine par les requins, et qui seraient peut-être beau­coup plus sereins s’ils pou­vaient vivre dans un con­texte social et éco­no­mi­que de soli­da­rité, au lieu d’être affron­tés à un mar­ché à la con­cur­rence féroce, soit-disant libre et non faus­sée, qui ne donne pas tou­jours une prime à la qua­lité, loin de là.)

On peut tou­jours essayer. C’est alors que notre gou­ver­ne­ment élu, grand sub­ven­tion­neur grâce à l’argent de nos impôts des failli­tai­res cos­sus, envoie les for­ces dites “de l’ordre” con­tre les tra­vailleurs floués et indi­gnés, qui osent occu­per leur lieu de tra­vail, mani­fes­ter leur colère et rete­nir quel­ques heu­res un direc­teur ou un PDG ! En nous racon­tant, en prime, que ces tra­vailleurs en colère sont des voyous, et en se fai­sant pas­ser pour le che­va­lier blanc.
Des délin­quants, ces tra­vailleurs mani­pu­lés et trom­pés, en train de per­dre, avec leur tra­vail, tout ce qu’ils avaient cru pou­voir “gagner” dans leur vie, et qui plon­gent tout à coup dans la pré­ca­rité avec leur famille, leurs enfants, parce qu’il serait licite que des action­nai­res ano­ny­mes ponc­tion­nent tou­jours plus de pro­fits par tous les moyens !
    Quel curieux sens de la jus­tice !
    Liberté, éga­lité, fra­ter­nité, qu’ils disaient !

Dans la fou­lée, puisqu’il s’agit, paraît-il, de « mora­li­ser… le capi­ta­lisme » (sic), exi­geons la levée de tous les secrets ban­cai­res, et la sup­pres­sion totale des para­dis fis­caux, ce qui résou­drait d’un coup pas mal de pro­blè­mes d’argent sale. Si, pour une fois, les actes con­cor­daient vrai­ment avec les paro­les, en toute hon­nê­teté ?
Mais je crains qu’en l’occur­rence nous n’atten­dions bien long­temps et en vain !

Pour­quoi ne pas exi­ger des cho­ses aussi rai­son­na­bles que de ces­ser de plier sous la loi des pro­fits exor­bi­tants de quel­ques ultra-pri­vi­lé­giés, d’exi­ger de choi­sir nous-mêmes com­ment nous vou­lons vivre (en paix), et ce que nous vou­lons fabri­quer ou non, d’exi­ger de pro­duire des objets uti­les, de qua­lité, beaux, fonc­tion­nels et soli­des que nous aurons con­çus ensem­ble, d’exi­ger que les pol­lu­tions soient radi­ca­le­ment inter­di­tes et les équi­li­bres éco­lo­gi­ques res­pec­tés ?
Il est vrai­ment temps de remet­tre beau­coup de cho­ses à plat, et de nous ques­tion­ner ensem­ble pour savoir ce que nous vou­lons faire, ensem­ble, de nos vies. Pour savoir dans quelle société nous vou­lons vivre, et selon quel con­trat social. Selon quelle orga­ni­sa­tion éco­no­mi­que et démo­cra­ti­que.
Et dire quel monde nous vou­lons lais­ser à nos enfants !

Et per­sonne ne pren­dra à notre place les res­pon­sa­bi­li­tés qui nous incom­bent.

    « L’État com­prime et la Loi tri­che,
    L’impôt sai­gne le mal­heu­reux ;
    Nul devoir ne s’impose au riche ;
    Le droit du pau­vre est un mot creux
    C’est assez lan­guir en tutelle,
    L’Éga­lité veut d’autres lois ; […]
   
    Pro­duc­teurs, sau­vons-nous nous-mêmes,
    Décré­tons le salut com­mun ! » [1]


[1] Eugène Pot­tier, L’Inter­na­tio­nale – Paris, juin 1871.

Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

0/5

  • Note: 0
  • Votes: 0
  • Higher: 0
  • Lower: 0

Gdalia Roulin

Author: Gdalia Roulin

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (1)

Geneviève Confort-Sabathé Geneviève Confort-Sabathé ·  31 May 2009, 17h41

Gda­lia,
Je ne reti­re­rai pas un mot de ce texte bien que comme tou­jours je reste con­vain­cue qu’il ne peut y avoir de véri­ta­ble chan­ge­ment de para­digme sans un rap­port de for­ces dont nous ne pou­vons pas encore des­si­ner les con­tours mais dont il est évi­dent pour moi qu’il pas­sera pas une prise de la Bas­tille. Nous serons peut-être déjà mor­tes mais nos enfants y par­vien­dront. Par­fois, je pense à ce film “La Ser­vante écar­late”. Et je me dis qu’aucune dic­ta­ture ne résiste à la joie révo­lu­tion­naire, au désir de vie, à la pas­sion liber­taire. Pas même la dic­ta­ture de l’argent.

Add a comment This post's comments feed


You might also like

edito.gif

Le point de "non retour"

Sauver le climat ou sauver le système, il faut choisir.

Continue reading

edito.gif

Quand Carlos se gavait !

Le débat ouvert par le mouvement des Gilets Jaunes a de saines vertus. Nous ne parlons pas ici du « grand débat », diversion qui ne trompe que les naïfs patentés, mais du débat intelligent et intelligible auquel participent tous les observateurs honnêtes qui voient dans ledit mouvement la nécessaire occasion de mettre à nu les terribles tensions à l’œuvre dans notre société.

Continue reading