Last site update 29/10/2020

To content | To menu | To search

Pour une société ne dépendant pas du nucléaire

Mabesoone_LM_31-12-11.jpgEn cette fin d’année, il semble que les divers mouvements citoyens japonais portent enfin leurs fruits.

Par exemple, ce retournement spectaculaire du Gouverneur de Nagano, avant-hier, le 29 décembre. Il s’est prononcé contre tout transport de débris ou de déchets radioactifs vers la région de Nagano, alors qu’il s’y déclarait favorable jusqu’à la semaine dernière. Entre les deux, il y a eu, le 20 décembre, cette fameuse rencontre du Gouverneur avec des parents de Nagano où nous avons clamé notre opposition farouche à l’« étalement de la radioactivité ».

Déjà, le Maire d’Osaka semble revenir sur son accord de principe. Bientôt, tous les gouverneurs vont se prononcer contre le déplacement des débris sauf, peut-être, le très pro-nucléaire gouverneur de Tokyo, Ishihara. Et la Tepco devra enfin prendre ses responsabilités : 4 sarcophages pour les 4 réacteurs condamnés + 1 sarcophage pour tous les déchets et débris, incinérés avec des filtres spéciaux sur place, puis enterrés à coté de la centrale.

La pression du bas vers le haut semble donc pouvoir fonctionner encore dans ce pays et c’est tant mieux !

En fait, le schéma du mouvement citoyen depuis mars dernier a suivi à peu près le chemin suivant :

  1. Mouvements de parents à commencer les « mamans de Fukushima »,
  2. Soutiens d’artistes notamment le réalisateur de dessins animés MIYAZAKI Hayao, le musicien SAKAMOTO Ryuichi, l’acteur YAMAMOTO Taro, etc.
  3. Soutiens de grands intellectuels comme le Prix Nobel OE Kenzaburo, la romancière SETOUCHI Jakucho, etc. 
  4. Messages de chefs religieux tels que la Réunion des Évêques Catholiques au Japon ou le symposium en opposition à la centrale de Monju tenu en novembre au centre temple zen de Eiheiji, etc.
  5. Action des politiques à commencer par les Maires et les Gouverneurs et par les parlementaires du PC japonais.

Justement, le 28 décembre dernier, une « requête officielle » extraordinaire a été présentée au Premier Ministre Noda (cf. l’illustration du jour) de la part d’un des deux chefs de l’École bouddhique la plus importante au Japon – en nombre de temples et de pratiquants inscrits[1]

En voici la traduction :

À Monsieur Yoshihiko NODA,
Premier Ministre du gouvernement

De la part de Akira YASUHARA
Chef de l’École Véritable de la Terre Pure Otani

Pour une société ne dépendant pas de l’énergie nucléaire

Du fait de l’accident nucléaire survenu à la centrale de Fukushima Daiichi, à la suite du séisme de l’Est du Japon du 11 mars dernier, la vie de nombreuses personnes a été mise en danger et leurs droits humains sont encore violés, dans un quotidien rempli de souffrances.

À l’occasion du 750eme anniversaire du nirvana de notre fondateur Shinran, cette année, notre École Jodo shinshu Otani a déjà publié un texte intitulé « La vie demeure en vous », où il est inscrit : « Il faut que chaque vie soit respectée dans son simple droit à vivre ». Nous ajoutons la requête suivante, en vous assurant de notre ferme volonté.

Requête

  1. Que des mesures de radioactivité constantes et fiables soient effectuées sur les territoires contaminés, et que ces mesures soient communiquées aux habitants. Que les travaux de décontamination soient menés, là où un retour des habitants est possible.
  2. Prenez au plus vite des mesures d’aide pour l’évacuation des habitants, en particulier des femmes enceintes, des nouveau-nés et des enfants, là où la décontamination n’est pas possible.
  3. Prenez toutes les mesures possibles, avec tous les moyens techniques disponibles, pour mesurer précisément le degré d’irradiation et de contamination interne des habitants, pour leur permettre un suivi médical au long cours et une aide financière conséquente afin d’assurer leur vie matérielle à venir.
  4. La réalité de la dispersion de la radioactivité et de la contamination générale due à cet accident nucléaire est d’une telle atrocité, que la preuve n’est plus à faire que l’utilisation des centrales nucléaires constitue une erreur de fond. Pour l’avenir des enfants qui doivent nous survivre, nous vous demandons d’annuler au plus vite la dépendance de notre société vis à vis de l’énergie nucléaire.

Le 28 décembre 2011

Notes :

[1] Jodo shinshu, « École Véritable de la Terre Pure », 20 000 temples, 13 millions d’inscrits.


Post-Scriptum

Envoyez, si vous avez le temps, un courriel de remerciement au Gouverneur de Nagano, M. ABE, pour avoir refusé tout nouveau débris radioactif dans notre préfecture, un résultat de la rencontre que nous avons eu avec lui (cf. l’article « Mme M. et M. le Gouverneur »). S’il parle du soutien populaire qu’il reçoit du monde entier, tous les autres gouverneurs feront de même car ils ont aussi besoin d’être élus. Et la tepco sera obligée de prendre ses responsabilités, c’est à dire, de construire un sarcophage pour les débris, sur ses terres, à Fukushima Daiichi. L’adresse : koho@pref.nagano.lg.jp


Document(s) attaché(s) :

  1. no attachment



Rate this entry

5/5

  • Note: 5
  • Votes: 3
  • Higher: 5
  • Lower: 5

Laurent Mabesoone

Author: Laurent Mabesoone

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed


You might also like

EPR-consomme-milliards.jpg, mar. 2020

EPR : le gouvernement profite de la crise du Coronavirus pour accorder quatre ans de plus à EDF

Un décret publié au Journal officiel accorde un nouveau délai à EDF pour tenter de mettre en service le réacteur maudit en chantier à Flamanville depuis 2008

Continue reading

Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Continue reading