Dernière mise à jour 27/05/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Decroissance

banniere_n--o--n-_info.gif

Loi sécuritaire et émotion : mais où donc est passé Charlie ?

Ce qui m’inquiète beaucoup mais finalement ne me surprend pas tellement c’est que pour des raisons qui me sont étrangères, ce qui nous arrive maintenant que l’on appelle assez légitimement le Patriot Act français[1] (et pas « à la française » ce qui serait un euphémisme douteux) ne suscite finalement que très peu d’émotion voire même aucune comparé à celle qui a traversé la France - et partant la planète médiatisée toute entière - en janvier dernier. Et pourtant, tout le monde peut voir ou comprend qu’il y a bien un rapport. Pourquoi faut-il encore insister autant pour prendre la mesure de l’énormité de la situation et son caractère inacceptable tellement la ficelle est grosse ? 168

Lire la suite


amis-de-la-terre-france.jpg

Lettre ouverte aux Amis de la Terre-France

En octobre 2014, trente-trois réacteurs électronucléaires en France sur cinquante-huit auront 30 ans ou plus. Il y en avait vingt et un au début du mandat du président Hollande, et seulement deux au début du Grenelle de l’Environnement. Sans sursaut des écologistes antinucléaires, il risque d’y en avoir quarante-six dès novembre 2017. Pour tâcher de s’extraire de l’impasse atomique et cesser de banaliser le désastre en cours au Japon, il faut un coup d’arrêt à la production anthropique massive de radioactivité. Pour cela, il faut exiger enfin en France, de toute urgence et en attendant mieux, le remplacement transitoire des réacteurs nucléaires par des centrales thermiques à flamme. A gaz et même, si nécessaire, en partie au fioul et au charbon. Ce n’est pas antagonique, bien au contraire, avec l’adaptation au changement climatique et la lutte contre son aggravation. Et c’est essentiel pour la préservation de la vie sur terre, ainsi que pour celle d’une démocratie en France. Plus vite ça se fera, mieux ce sera. Y compris pour le climat. Il est de la responsabilité historique des Amis de la Terre de le dire, et de le faire comprendre autour d’eux.

Lire la suite


2014-SL-Debranche.jpg

Débranchez les voitures électriques !

Ce mois-ci, votre chroniqueur préféré se mue en leader charismatique et lance un mot d’ordre de salut public : “Débranchons les voitures électriques !”. Prenons de suite les devants : non, il ne s’agit pas d’un complot en faveur des constructeurs automobiles et des pétroliers. Oui, la voiture thermique - essence ou diesel - est elle aussi une véritable calamité qu’il faut combattre. C’est dit !

Lire la suite


gds_au_robinet.jpg

Gaz de schiste et trêve des confiseurs

Eh bien, non, pas de trêve des confiseurs pour les foreurs !2014 - La course folle à l’énergie s’amplifie et tout est bon pour y parvenir.Voici un petit survol pour l’Europe : forages, lobbies, pots de vin, répressions des opposants et déréglementations à tous les étages.

Lire la suite


edito.gif

Effondrement global

Le présent de l’Humanité – et de la planète qui la supporte – est chaque jour plus cocasse que la veille. Les hommes vaquent à leurs occupations, petites ou grandes, en négligeant de façon pathétique de s’occuper de l’essentiel : annihiler les risques majeurs de l’effondrement définitif restant coupablement comme une vague possibilité ou un triste épouvantail agité par quelques fâcheux écolos.

Lire la suite


reflechir.jpg

Le nouveau paradigme sera démocratique

Nous avons passé quelques heures à Notre-Dame-des-Landes où se déroulait, du 1er au 9 août dernier la semaine de résistance visant à faire échec au projet d’aéroport du “Grand-Ouest”, un projet vieux de 30 ans pour suppléer l’aéroport “Nantes-atlantique” que les autorités disent saturé. Un argument bien douteux. Sur les lieux, il y avait à l’ouest du site le Camp Climat autogéré et à l’est, les stands de 7 partis politiques représentés : le NPA (Christine Poupin), Europe Écologie (Yannick Jadot), le PG (Corinne Morel-Darleux), les Alternatifs (Jean-François Pélissier), M’PEP (Aurélien Bernier), le PPLD et Europe Décroissance (Christian Sunt). Nous avons planté la tente au beau milieu, sans le savoir. Le soir venu, à notre gauche, au delà d’une rangée de toilettes sèches qui faisaient aussi office de cabinets de lecture, sous un chapiteau circulaire on ne peut mieux rempli, les clowns du Camp racontaient leurs actions dans la joie et la bonne humeur, des actions de sensibilisation visant à provoquer le débat avec les clients de l’aérodrôme, les personnels mais aussi les policiers qui n’ont semble t-il pas hésité à lancer une invitation pour qu’une action du même genre ait lieu sur les plages bretonnes envahies par les algues vertes. Du sérieux dans la non violence, comme toujours. À l’opposé du site, à droite de notre tente, les stands s’étaient vidés mais il restait encore quelques représentants des délégations. De nos entretiens, il est ressorti que “la décroissance” avait fait son chemin dans les esprits d’une gauche anti-néolibérale de plus en plus verte et inversement. Il restait encore à voir combien ou jusqu’où et surtout comment.

Lire la suite


edito.gif

Retour du Contre-Grenelle 2

Ce samedi 2 mai, il fai­sait beau à Lyon. Nous étions quel­ques-uns à nous y être retrou­vés pour par­ti­ci­per au Con­tre-Gre­nel­le2. Nous y avions le choix entre assis­ter aux inter­ven­tions à l’inté­rieur d’une salle bien rem­plie ou, à l’exté­rieur et sous les arches accueillan­tes et ombra­gées de la cour inté­rieure de la Mai­rie du 6ème arron­dis­se­ment, infor­mer de notre cam­pa­gne Europe-décrois­sance.

Lire la suite


edito.gif

Autoritarisme ou concertation et démocratie.

La lec­ture d’une inter­view de Nico­las Hulot à l’occa­sion de la sor­tie de son pro­chain film mon­tre bien que nous y som­mes… au pied du mur. Vou­lons-nous une décrois­sance impo­sée dras­ti­que­ment, ou bien nous déci­dons-nous à pren­dre la parole et à pro­po­ser nous même nos choix ? Un débat que nous devons avoir, au moins, à l’échelle euro­péenne, des pro­po­si­tions à faire à l’occa­sion des pro­chai­nes élec­tions.

Lire la suite


Antimanuel d'écologie - extraits

Crise éner­gé­ti­que, chan­ge­ment cli­ma­ti­que, pol­lu­tions chi­mi­ques, OGM : est-il rai­son­na­ble d’être alar­miste ? On peut choi­sir de s’enfouir la tête dans le sable du déni col­lec­tif. On peut choi­sir de s’enfouir la tête dans le sable du déni col­lec­tif. On peut aussi se poser les ques­tions qui font mal pour mieux com­pren­dre et réa­gir. Le dérè­gle­ment cli­ma­ti­que est-il iné­luc­ta­ble ? Quelle est la res­pon­sa­bi­lité de l’être humain dans la dis­pa­ri­tion des espè­ces ? Devons-nous crain­dre la raré­fac­tion du pétrole et des matiè­res pre­miè­res ? Quel­les con­sé­quen­ces aurait la relance du nucléaire dans le monde ? Bref, que va-t-il nous arri­ver ?Pour répon­dre à ces ques­tions, Yves Cochet n’y va pas par qua­tre che­mins. Avec le cou­rage poli­ti­que et le franc par­ler qui le carac­té­ri­sent, il dresse un por­trait inquiet de notre pla­nète. Pré­cur­seur dans la pen­sée éco­lo­giste, il est pour l’ins­tant le seul homme poli­ti­que fran­çais à défen­dre la notion de “décrois­sance”. Si l’heure est grave, la catas­tro­phe en mar­che n’est pas une fata­lité. Ce n’est pas la fin du monde, c’est un chan­ge­ment de civi­li­sa­tion.Avec cet Anti­ma­nuel, il s’agit de pren­dre cons­cience des grands enjeux pla­né­tai­res pour réin­ven­ter le monde. Le XXe siè­cle sera éco­lo­gi­que ou ne sera pas. Anti­ma­nuel d’éco­lo­gie d’Yves Cochet (Bréal, 2009) - Pré­sen­ta­tion par l’édi­teur

Lire la suite


edito.gif

C'est comment qu'on freine ?

Sur le chemin même semé d’embûches de la construction démocratique des convergences politiques, faisons le point une fois pour toute et ne perdons pas de temps à instrumentaliser les urgences. Y a t-il urgence sociale ? Pour les plus démunis sans aucun doute, pas pour les bénéficiaires du bouclier fiscal. Y a t-il urgence politique ? Si on ne fait pas la confusion entre politique et électoralisme, certainement. Et si on s’avise que l’antisarkozisme participe d’un buzz médiatique sarko compatible, sans nul doute. Oui, il y a urgence politique, urgence à construire, autrement, dès maintenant, l’après 2012. Y a t-il urgence à sauver l’humanité ? Oui, mille fois oui : l’humain et l’humanité, c’est le rôle de notre humanisme. Dans cette affaire, c’est bien elle la plus menacée, la plus nuisible mais aussi la plus fragile, peut-être même la plus atteinte : homo toxicus sommes devenus. Y a t-il urgence à sauver la planète ? Voir.

Lire la suite