Last site update 29/10/2020

To content | To menu | To search

Entries feed    Comments feed

Tag - Democratie

une-tcherno-50pix.jpg

Nucléaire : deux prix Nobel s'inquiètent

Par­fois le mili­tan­tisme trouve ses récom­pen­ses dans d’heu­reu­ses sur­pri­ses. En voilà deux et pas des moin­dre, deux prix Nobel bien con­nus, Geor­ges Char­pak et Pierre-Gil­les de Gen­nes, tous les deux prix Nobel de phy­si­que ce qui est à por­ter au cré­dit des cri­ti­ques qu’ils pro­non­cent. Et quand au plus pres­ti­gieux des prix s’ajoute en prime une bonne dose de sagesse, on ne peut plus bou­der son plai­sir…

Continue reading


Loi instituant un état d'urgence

Loi n°55-385 du 3 avril 1955 - ver­sion con­so­li­dée au 16 juin 2000 - ver­sion JO ini­tiale

Continue reading


« Administration : abus de pouvoir »

Lors de l’émis­sion « Lundi inves­ti­ga­tion » dif­fu­sée sur Canal Plus le 24 octo­bre 2005 (ADMI­NIS­TRA­TION : ABUS DE POU­VOIR), nous avons pu appren­dre un cer­tain nom­bre de cho­ses fort uti­les pour le citoyen.

Continue reading


Nucléaire : la banalisation de l’insoutenable

Addendum - citation - Alain Minc - France Inter - 23/09/08 “Je pense que le Grenelle de l’environnement a permis en contrepartie des mesures pro-environnement de valider le choix collectif en faveur du nucléaire.” Je ne sais pas si ce monceau d’inepties aux relents gaulliens qui s’affichent sur le site du Monde en face d’une des nouvelles publicités de cette EDF qui ne cache pas ses ambitions [2] aura été lu par beaucoup d’entre nous mais on se demande comment un journal dit de référence peut laisser s’étaler autant de fausses vérités dans ses propres colonnes. En fait, il n’y a pas à chercher longtemps, l’auteur de cet article n’est autre que le « président du conseil de surveillance de la Société éditrice du Monde SA. », un de ces hauts cadres responsables qui a toutes les facilités de trouver tribune ouverte dans le journal qui le paye pour être surveillé. On ne pourra pas reprendre point par point les niaiseries doublées d’arrogance qui jonchent ce parterre de mots produits pour soutenir le difficile projet de la privatisation d’EDF et le sauvetage d’Areva. On retiendra pour commencer la dernière phrase : « Nous pouvons, si nous le voulons, inventer à nouveau notre pétrole ». Quel message subliminal que voilà ! Rappelez-vous : on n’a pas de pétrole mais on a des idées… Ce slogan au demeurant bien venu voulait nous encourager à faire preuve d’imagination pour faire le plus d’économie d’énergie possible alors que dans la même période tout était fait pour que nos maisons soit au « tout électrique »… nucléaire bien sûr ! [Article initialement publié et largement commenté sur le site Yonne Lautre]

Continue reading