Last site update 21/09/2019

To content | To menu | To search

Entries feed    Comments feed

Tag - Ecologie

fabrice_nicolino.jpg

Fabrice Nicolino : "Crise systémique : la voie à emprunter est une mobilisation sociale de grande ampleur"

Préambule « Nous ne devons pas cultiver l’exceptionnel, chercher le héros, autre forme du leader, nous devons soulever le peuple, le meubler, le différencier, le rendre humain. Politiser c’est ouvrir l’esprit, c’est éveiller l’esprit, c’est comme disait Césaire, inventer des âmes.Il n’y a pas d’homme illustre capable de tout, les mains magiciennes ne sont en définitive que celles du peuple »Frantz Fanon – Les Damnés de la Terre Parallèlement à celle de Patrick Herman, c’est une autre entrevue sonore que le cycle d’emission Au Ras du Réel vous propose ici. Une entrevue réalisée le même jour, le dimanche 17 avril à Nant (Aveyron), lors de la mobilisation contre les permis d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste. Nous y avons rencontré Fabrice Nicolino, journaliste, écologiste de longue date, notamment auteur de « Pesticides, révélations sur un scandale français » et de « Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde ». Lors de cette rencontre, Fabrice Nicolino, nous livre en détail ce qu’il exprime lors de son dernier ouvrage intitulé « Qui a tué l’écologie ? ». Une critique radicale, foudroyante, des organisations et associations telles que France Nature Environnement, WWF, Greenpeace, ou la Fondation Nicolas Hulot, participantes du Grenelle de l’Environnement d’Octobre 2007, de la toute fraiche présidence Sarkozy. Nant, 17 avril 2011 13 minutes avec Fabrice Nicolino

Continue reading


reflechir.jpg

Le spectre de l'occident paralyse la pensée, par Denis Duclos

L’article de Jean Bricmont paru dans le Monde Diplomatique d’août 2007, «An 01 de la gauche, on arrête tout, on réfléchit» (texte integral) a peut-être occulté l’autre article, celui de Denis Duclos, paru dans le même journal associés pages 6 et 7 sous un titre commun : Face à l’hégémonie intellectuelle de la droite. Cet article de Denis Duclos (*) mérite toute notre attention. L’administration américaine, qui fonde sa vision du monde sur le ¬´choc des civilisations¬ª, s’en sert aussi comme d’un carcan pour tenir ses alliés. Qu’il s’agisse de la relance du non-alignement au Sud ou des défis planétaires liés à l’environnement, l’épouvantail du terrorisme empêche la gauche de saisir des possibilités de sursaut inédites.

Continue reading