Last site update 27/11/2020

To content | To menu | To search

Entries feed    Comments feed

Tag - Pharmacodefaillance

edito.gif

Effets secondaires graves des vaccins "pandémiques" : l’agence européenne avoue

Les vac­cins “pan­dé­mi­ques” n’ont été auto­ri­sés selon des pro­cé­du­res excep­tion­nel­les et sans tous les tests habi­tuels qu’à la con­di­tion expresse que la phar­ma­co­vi­gi­lance soit par­ti­cu­liè­re­ment ren­for­cée. Dans plu­sieurs décla­ra­tions publi­ques, Rose­lyne Bache­lot a affirmé que c’était fait, en France. Et pour­tant … L’aveu de l’EMEA Dans son bul­le­tin n°5 du 6 jan­vier 2010, l’agence euro­péenne qui a auto­risé le Pan­dem­rix avoue : il y a eu moins de syn­dro­mes de Guillain-Barré noti­fiés qu’il n’y en avait de pré­vi­si­bles [1] avec ou sans le vac­cin dans la popu­la­tion vac­ci­née ! La sous-noti­fi­ca­tion mas­sive des effets secon­dai­res est donc ainsi recon­nue par l’auto­rité euro­péenne, con­fir­mant les inquié­tu­des expri­mées par les experts indé­pen­dants au vu des 7 décès sur 2000 per­son­nes piquées. Cet aveu de l’agence euro­péenne vient con­fir­mer offi­ciel­le­ment les caren­ces gra­ves de la phar­ma­co­vi­gi­lance soi-disant “ren­for­cée” que nous dénon­cions dès le 7 décem­bre 2009 dans l’arti­cle : “Pan­dem­rix : vac­cin-mira­cle ou sérieux pro­blè­mes de phar­ma­co­vi­gi­lance ?” Nous savons donc désor­mais offi­ciel­le­ment que si “les don­nées de phar­ma­co­vi­gi­lance sont ras­su­ran­tes”, c’est parce qu’elles sont un peu trop “ras­su­ran­tes” pour être hon­nê­tes.

Continue reading


edito.gif

Sans précaution et jusqu'à l'ultime dignité

Dans la société tra­di­tion­nelle mon­gole, il peut arri­ver le jour où, à défaut d’une mala­die ou d’un acci­dent mor­tel, le doyen qui vit encore à l’appro­che de l’hiver pour­rait met­tre en péril la sur­vie de la tribu. Il est de cou­tume, en ces cir­cons­tan­ces, de don­ner à ava­ler un os à moëlle enrobé de graisse à ce parent, à cet ancien devenu vieux, que l’on res­pecte et que l’on vénère, un os dont on sait, dont tout le monde sait, qu’il est taillé pour étouf­fer sans faillir et empê­cher même l’expi­ra­tion du der­nier souf­fle. [À Michèle, décé­dée le 25 décem­bre 2009]

Continue reading