Dernière mise à jour 29/03/2017

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Pouvoir

Affiche-5eme_petit_salon-gd.jpg

Alain Badiou : le rapport entre culture et pouvoir

Hier, samedi 2 juin, nous étions au 5ème Petit salon du livre politique pour une rencontre-discussion avec Alain Badiou. Il a choisi en celui vivant et même - vous l’entendrez - assez bruyant, d’aborder des questions relatives à la culture comme ce matin notre ami Bernard Sabathé. Les grands esprits se rencontrent aussi sur Netoyens.info. Nous vous proposons d’écouter en deux fois 35 minutes, dans un premier temps la réflexion d’Alain Badiou et dans un second, la discussion qui a suivi.

Lire la suite


Un si beau chant d'amour

« Lettre à D. » Un merveilleux cadeau qu’André Gorz nous a fait avant de s’éteindre. « Tu vas avoir quatre vingt deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses plus que quarante cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. J’ai besoin de te redire simplement ces choses simples avant d’aborder les questions qui depuis peu me taraudent.  Pourquoi es-tu si peu présente dans ce que j’ai écrit alors que notre union a été ce qu’il y a de plus important dans ma vie ? Pourquoi ai-je donné de toi dans « Le Traître » une image fausse et qui te défigure ? »

Lire la suite


Le conflit d'intérêts en "République bananière"

Quand l’enfumage remplace la morale. Inutile de vous faire un résumé de l’affaire Bettencourt/Woerth, même télé-Sarkozy a dû en parler, tellement se taire aurait fait mauvaise façon.

Lire la suite


edito.gif

Culpabilité personnelle et responsabilité collective : le meurtre de Marie Trintignant par Bertrand Cantat comme aboutissement d’un processus collectif.

par léo thiers-vidal Pré­sen­ta­tion dans le cadre du Col­lo­que Marx IV – 01/10/04 - Matin, Sec­tion ” Genre et rap­ports sociaux ” (Nou­vel­les Ques­tions Fémi­nis­tes) Lors­que, le 27 juillet 2003, Ber­trand Can­tat a décidé de frap­per - à mort - Marie Trin­ti­gnant, il a engagé sa res­pon­sa­bi­lité indi­vi­duelle pour les con­sé­quen­ces de ses actes - quels que puis­sent être ensuite ses dis­cours de déni, de recon­nais­sance par­tielle, de pro­jec­tion de res­pon­sa­bi­lité ou de pleine recon­nais­sance et éven­tuelle demande de par­don. Si cette dimen­sion sub­jec­tive, indi­vi­duelle de la recon­nais­sance de cul­pa­bi­lité peut être impor­tante pour les per­son­nes pro­ches de Marie Trin­ti­gnant et la façon dont cel­les-ci pour­ront vivre ce meur­tre, elle n’éva­cue évi­dem­ment ni la cul­pa­bi­lité indi­vi­duelle de Can­tat, ni la dimen­sion de res­pon­sa­bi­lité col­lec­tive pour ce meur­tre. J’entends par res­pon­sa­bi­lité col­lec­tive le fait que les actes de Can­tat peu­vent évi­dem­ment être ana­ly­sés comme reflé­tant son inves­tis­se­ment dans la mas­cu­li­nité hété­ro­sexuelle – c’est-à-dire l’inves­tis­se­ment sub­jec­tif par un humain d’un cer­tain regis­tre de pra­ti­ques de soi et des autres, sour­ces de béné­fi­ces struc­tu­rels con­si­dé­ra­bles. Les actes de Can­tat révè­lent ainsi le degré de résis­tance et/ou de com­plai­sance que celui-ci a au préa­la­ble déve­loppé face à cette socia­li­sa­tion mas­cu­line héte­ro­sexuelle. Plus spé­ci­fi­que­ment, les actes de Can­tat peu­vent éga­le­ment être ana­ly­sés comme le pro­duit d’une socia­li­sa­tion mas­cu­line spé­ci­fi­que­ment de gau­che radi­cale. Et c’est en tant que pra­ti­que d’une mas­cu­li­nité hété­ro­sexuelle enga­gée à gau­che que les actes de Can­tat peu­vent col­lec­ti­ve­ment inter­ro­ger les hom­mes hété­ro­sexuels de la gau­che radi­cale.

Lire la suite


cultiver.gif

Fracture

Par: Coa­li­tion des “hys­té­ri­ques” et fiè­res de l’être.

Lire la suite


cultiver.gif

Je ne serai pas ta femme !

Par: Coa­li­tion des “hys­té­ri­ques” et fiè­res de l’être.

Lire la suite


cultiver.gif

Toi.

Par: Coa­li­tion des “hys­té­ri­ques” et fiè­res de l’être.

Lire la suite


edito.gif

La transition autoritaire

Après une décen­nie de déve­lop­pe­ment exa­cerbé du dis­cours sécu­ri­taire, nourri en France par des gou­ver­ne­ments de colo­ra­tions dif­fé­ren­tes, le moment est venu de pas­ser à l’étape sui­vante, celle du recueil des fruits géné­reux du nou­veau gou­ver­ne­ment des citoyens par l’ins­tru­men­ta­tion de la peur savam­ment ins­til­lée aux tré­fonds des esprits les moins cri­ti­ques. Après les semailles sécu­ri­tai­res voici enfin, pour la Droite débar­ras­sée de tout état d’âme, le temps de la mois­son auto­ri­taire.

Lire la suite


edito.gif

Poisson d'avril ?

Évi­dem­ment, lan­cer un 1er avril un “Mou­ve­ment pour la refon­da­tion d’une Europe véri­ta­ble­ment sociale et démo­cra­ti­que”, c’est un sacré pois­son ! Bien que… A bien y réflé­chir, jus­te­ment, est-ce que cela ne méri­te­rait pas réflexion ? Cer­tains essaient de pro­mou­voir un boy­cott qui...

Lire la suite


edito.gif

Violences sexistes : abus de pouvoir

Vio­lence, corps meur­tri Tout de bleus vêtu Sa ven­geance a tout pris Salie de son mépris La con­fiance s’est tue. En vain recher­cher l’oubli Ne plus exis­ter, s’étein­dre Se cacher, s’aveu­gler S’iso­ler pour ne pas fein­dre Dépouillée d’iden­tité. Souf­france aux airs d’indif­fé­rence Rem­part de méfiance S’inter­dire de plaire Pour ne plus s’émou­voir Ne lais­ser que l’amer Fan­tôme illu­soire Tenir au loin l’homme Sus­cep­ti­ble de réveiller Dans sa pri­son la femme Aux désirs effa­cés. (…)     (poème de femme) Cette femme un jour s’est tue ; clouée au sol, recro­que­villée, ses bras, seuls comme déri­soi­res rem­parts. A une main de sa tête, une table l’écla­bousse de ses mor­ceaux, der­niè­res échar­des recou­vrant tel lin­ceul l’être déshu­ma­ni­sée. Déshu­ma­ni­sée, non humaine, ani­male, chose ; objet, jouet brisé ; tas informe, désar­ti­cu­lée, san­gui­no­lente ; per­sonne, rien…Ce n’est que des années après qu’elle a retrouvé la parole. 

Lire la suite