Dernière mise à jour 25/05/2018

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Mot-clé - Proglio

Fukushima made in France

On y parle d’eau, de vent, de burn-out, de dettes pharaoniques, de fluence, de fissures (en tout genre), de barrages menaçants, de sous-traitances maltraitées, de diésels défaillants, de LAM décapité, d’indépendance énergétique et de thermosensibilité, d’Enercoop, de ZAD, de Bure et Cigeo, de CLER aussi, de TEPOS et enfin, d’autoconsommation. C’est tout une histoire de risques, de menaces… et de temps qui vient à manquer.   À lire absolument : Nucléaire Danger Immédiat (et ça se passera près de chez vous) Thierry Gadault & Hugues Demeude Flammarion Enquête - février 2018 En voici un court extrait.

Lire la suite


Fukushima-ruban_jaune-Seegan.jpg

Énergie : «Il faut que tout change pour que rien ne change»

Ces derniers mois, les noms d’Orano, Enedis et Engie ont respectivement remplacé les marques Areva, ErDF et GDF-Suez, ringardes ou déconsidérées. On ne peut que penser à la célèbre réplique “Il faut que tout change pour que rien ne change” de Tancrède dans le roman “Le Guépard”, popularisé par Luchino Visconti dans le film éponyme sorti en 1963.

Lire la suite


edito.gif

Lagarde rapprochée du Président

En plein été maussade, l’affaire Tapie change de look. Elle devient, par la décision de la Cour de Justice de la République d’ouvrir une enquête pour détournement de fonds publics et usage de faux, l’affaire Lagarde. Elle va rapidement se révéler comme le plus grand scandale politico-financier de la Vème République. Pourtant, elle n’est que la partie émergée de l’iceberg régulièrement consolidé depuis plus de vingt ans par de douteuses pratiques politiques que le sarkozysme a grandement banalisées. La crise politique qui est d’abord la perte de confiance des citoyens envers la classe politique doit beaucoup à l’abandon coupable des représentants de l’Etat aux sollicitations appuyées des intérêts privés dominants. Pour restaurer la démocratie ainsi sacrifiée il ne suffira pas que Mme Christine Lagarde aille au tapis. L’arbre abattu découvrira une forêt profonde à éclaircir. N’oublions pas qu’un été plus tôt M. Éric Woerth était sur la sellette.

Lire la suite